Biographie :

Maxwell Lattimer a grandi à Vancouver et a été témoin des Jeux olympiques d’hiver de 2010. Il a été envahi d’un sentiment de fierté pour sa nation et a alors compris qu’il aimerait être bien plus qu’un spectateur. Il a eu la chance de représenté le Canada en 2014, et il a obtenu la 13e position à ses premiers Championnats du monde à l’épreuve du quatre de pointe poids léger. Auparavant, il a participé à deux Championnats du monde des moins de 23 ans. Représentant l’Université de la Colombie-Britannique aux Championnats de SIC en 2013, Maxwell a remporté trois médailles pour les Thunderbirds : l’argent aux épreuves de skiff poids léger et de huit de pointe et l’or à l’épreuve du quatre de pointe poids légers. En 2015, Maxwell et son équipe du quatre de pointe, le « Nothern Light », ont gagné l’or des Jeux panaméricains de 2015 à Toronto en plus d’obtenir leur billet pour les Jeux olympiques de 2016 à Rio grâce à leur 11e place aux Championnats du monde. Il a ensuite avoué que cette course lui avait imposé le plus grand stress de sa vie : une seule course à l’issue de trois années de préparation détermine si oui ou non il allait participer à la plus importante compétition au monde.

À propos de l’athlète…

Famille : Ses parents se nomment Michael et Kelly Lattimer. Ses frères aînés se nomment Thomas et Sullivan, et ses frères cadets, Aaron et Samuel. Aaron fait également des compétitions d’aviron pour les moins de 23 ans et menace son frère de lui ravir son titre de rameur le plus rapide de la famille. Débuts : Il a commencé à pratiquer l’aviron en 2006 au Vancouver College suivant l’exemple de ses frères, car il aimait les voir courser à l’école. Au-delà de l’aviron : Il est actuellement inscrit à sa quatrième année du baccalauréat en sciences (à distance) de l’Université de la Colombie-Britannique. Il aime cuisiner (surtout le pain), lire et écouter des films afin d’oublier momentanément ses entraînements. Une fois la saison d’aviron terminée, il aime faire du vélo et jouer au golf. Il joue souvent au badminton, au football et aux quilles avec son colocataire et équipier, Eric Woelfl. Rob Weitemeyer l’inspire beaucoup. Cet ancien élève de son école secondaire, remplaçant aux Jeux de 2004 à Athènes, l’impressionne par sa volonté et sa détermination malgré sa petite taille. Il collectionne les monnaies étrangères lorsqu’il voyage et les ajoute à sa « vaste » collection canadienne. Sa citation préférée : « La douleur est temporaire. Elle durera peut-être une minute, une heure, un jour ou même une année, mais au bout du compte elle s’apaisera et quelque chose d’autre prendra sa place. Cependant, si j’abandonne, la douleur durera toujours. »