Biographie :

Depuis qu’il a émigré de Cuba, en 2004, Haislan Garcia a porté les couleurs du Canada à trois reprises aux Jeux olympiques et il s’apprête à le faire à nouveau. Après avoir obtenu sa citoyenneté canadienne en décembre 2007, il a représenté le Canada pour la première fois aux Championnats panaméricains de 2008 où il a remporté la médaille d’argent. Il a ensuite participé à ses premiers Jeux olympiques en 2008 à Beijing. Il est monté sur le podium des Championnats panaméricains à trois autres reprises en 2009, 2010 et 2011 avant ses deuxièmes Jeux olympiques, à Londres 2012, où il s’est rendu jusqu’en quarts de finale. Haislan a participé à cinq Championnats du monde depuis 2009, et il a réussi son meilleur résultat, une 5e place, en 2010. Il a récolté plusieurs médailles de prestigieuses compétitions internationales, dont le Dave Schultz Memorial où il a remporté l’or en 2010 et 2011 ainsi que le bronze en 2013. Ses plus récentes victoires sont survenues en 2014 à la Coupe Canada et au Bill Farrell Memorial. À sa première participation aux Jeux panaméricains, à TORONTO 2015, Haislan a remporté une médaille de bronze.

À propros de l’athlète

Famille : Il est le fils de Eutimio Veranes Goulet et Regla Garcia Martinez. Sa sœur cadette s’appelle Mirialis. Son père a immigré le premier au Canada, suivi de sa mère et de sa sœur. Haislan a émigré de Cuba à l’âge de 21 ans après la fin de l’école militaire. Au début de l’année 2008, il a réussi à amener son fils Harrison au Canada alors qu’il avait 5 ans, et ce dernier est maintenant lui aussi lutteur. Haislan a occupé divers emplois (construction, menuiserie, entretien ménager d’un cinéma) pendant qu’il apprenait l’anglais. Débuts : Il a commencé la lutte à l’âge de 8 ans lorsqu’un entraîneur l’a approché à l’école. Il a tout d’abord immigré à Toronto, mais on lui a demandé s’il voulait déménager à Vancouver pour faire carrière en lutte. Au-delà de la lutte : Son idole est le médaillé d’or olympique canadien Daniel Igali. Lorsqu’il grandissait, à Cuba, il faisait semblant d’être Igali. Sa devise : « Tout est possible. Si tu travailles fort, tu peux y arriver. »