Maude Charron pendant Lima 2019

Maude Charron

Décompte des médailles olympiques canadiennes

Gold medal icon 1
Silver medal icon 0
Bronze medal icon 0

Biographie

La première présence de Maude Charron sur un podium international remonte à 2016 quand elle a décroché une médaille de bronze chez les 63 kg aux Championnats du monde universitaires, seulement un an après avoir commencé la pratique de l’haltérophilie. Après une médaille de bronze remportée aux Championnats panaméricains de 2017, elle a fait tourner des têtes à ses premiers Championnats du monde de l’IWF vers la fin de 2017 quand elle a pris le deuxième rang à l’arraché et le cinquième rang du classement cumulatif. Charron concourait dans le Groupe B la veille de l’entrée en scène des athlètes du Groupe A qui comprenait toutes les favorites. Elle était assise pour observer cinq femmes qui ont demandé un kilo de plus que ce qu’elle avait soulevé à l’arraché la veille et seulement une d’entre elles y est parvenue. Sa performance à 224 kg était un kilo de moins que les médaillées d’argent et de bronze. 

Charron a maintenu son rythme en 2018, remportant l’or chez les 63 kg aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast où elle a abaissé le record des Jeux à l’épaulé-jeté, soulevant 122 kg. Elle a continué en récoltant une autre médaille d’or au Championnats du monde universitaires et a terminé 10e aux Championnats du monde de l’IWF chez les 64 kg. 

En 2019, Charron a pris le quatrième rang chez les 64 kg aux Jeux panaméricains à Lima et le sixième rang aux Championnats du monde de l’IWF avant de conclure l’année avec une médaille d’or au Grand Prix de l’IWF à Lima. 

À sa seule épreuve internationale en 2020, Charron a remporté la médaille d’argent à la Coupe du monde disputée à Rome. Quand la compétition a repris en 2021, elle a décroché l’or aux Championnats panaméricains au mois d’avril, établissant des records continentaux chez les 64 kg à l’arraché (107 kg), à l’épaulé-jeté (133 kg) et au cumulatif (240 kg). 

À propos de Maude

Débuts : A voulu commencer l’haltérophilie à l’âge de sept ans après avoir vu ce sport pratiqué dans un film, mais ses parents lui ont dit qu’elle était probablement trop petite… Elle a commencé à faire du CrossFit en 2013 après avoir quitté l’école de cirque en raison de blessures… Un entraîneur d’haltérophilie a assisté à un de ses entraînements et a jugé qu’elle avait du potentiel… Elle a participé à sa première compétition d’haltérophilie en septembre 2015 et a participé à ses premiers Championnats canadiens cinq mois plus tard… Dès le départ, elle n’avait aucune idée du poids qu’elle pouvait soulever à l’entraînement puisque tous les poids étaient en kilos et qu’elle ne connaissait que les livres du système impérial utilisés au CrossFit… Autres intérêts : Étudie la gestion des ressources humaines à l’Université du Québec à Rimouski… Elle aimerait devenir policière… Elle aime lire, faire des casse-têtes et peindre… De tout et de rien : Collectionne les drapeaux des pays où elle est en compétition… Est allée à l’école de cirque de Québec pendant trois ans après avoir été une jeune gymnaste… Inspirée par Tia Clair Toomey, une olympienne australienne de Rio 2016 en haltérophilie et championne de CrossFit…  

Faits saillants olympiques

Jeux Sport Épreuve Rang
Tokyo 2020Haltérophilie64 kg - FemmesOr

Palmarès international

Jeux olympiques : 2020 - OR (64 kg)

Jeux panaméricains : 2019 – 4e (64 kg) Jeux du Commonwealth : 2018 – OR (63 kg) Championnats du monde de l’IWF : 2019 – 6e (64 kg); 2018 – 10e (64 kg); 2017 – 5e (63 kg); Championnats panaméricains : 2021 – OR (64 kg); 2019 – 4e (64 kg); 2018 – 5e (63 kg); 2017 – BRONZE (63 kg) Universiades de la FISU : 2017 – 6e (63 kg) Championnats du monde universitaires de la FISU : 2018 – OR (63 kg); 2016 – BRONZE (63 kg)