Devenu un incontournable du Mouvement olympique, le relais du flambeau olympique se tient avant chaque Jeux. La flamme traverse alors le pays hôte (et parfois, le monde entier) pour marquer le coup d’envoi de l’événement multisports.

Voici des réponses aux questions les plus fréquentes au sujet de cet événement cérémonial. 

Qu’est-ce que le relais du flambeau olympique?

Le relais du flambeau olympique est un événement au cours duquel, la flamme olympique voyage d’Olympie, en Grèce, jusqu’au pays hôte. Le parcours comprend souvent des arrêts à travers la Grèce ainsi qu’à travers la nation hôte.

À LIRE : Les relais les plus spectaculaires de la flamme olympique 

Pourquoi la flamme olympique est-elle allumée à Olympie?

La flamme olympique est allumée à Olympie, en Grèce, afin de commémorer les rituels de la Grèce antique. Dans la Grèce antique, les Jeux olympiques constituaient une façon d’honorer les dieux, et surtout Zeus. Le feu brûlait dans plusieurs sanctuaires autour de la Grèce antique, mais jamais autant que dans le Temple de Héra, qui se situe à Olympie et qui a été nommé ainsi en l’honneur de la femme de Zeus. La cérémonie moderne se déroule dans les ruines du Temple de Héra.

Les 11 femmes qui participent à la cérémonie d’allumage du flambeau olympique sont des actrices, embauchées pour jouer le rôle des vierges vestales, un groupe de la Grèce antique qui se dédiait à l’apprentissage des rituels de la société, notamment ceux qui concernaient les Jeux olympiques antiques.

Une femme en robe blanche allume la flamme dans un décor de la Grèce antique

Une danseuse habillée en prêtresse allume la flamme olympique avec un mirroir parabolique à la cérémonie d’allumage de la flamme olympique, à Olympie, en Grèce, le 21 avril 2016. (AP Photo/Thanassis Stavrakis)

Comment le flambeau olympique est-il allumé?

Le flambeau olympique est allumé grâce à un miroir parabolique qui réfléchit les rayons du soleil, ce qui en fait la flamme la plus pure. Le miroir a une forme courbée qui permet de diriger les rayons du soleil vers un point focal, ce qui génère suffisamment de chaleur pour allumer la flamme olympique.

Il y a eu une exception : les Jeux olympiques d’hiver d’Oslo 1952. Ce furent les seuls Jeux modernes pour lesquels la flamme olympique ne venait pas d’Olympie. Plutôt, afin d’honorer les origines du ski, elle a été allumée dans la maison d’une légende norvégienne du 19e siècle et véritable pionnier du ski Sondre Norheim à Morgedal, longtemps considéré comme le berceau du ski alpin et du saut à ski.

Est-ce que la flamme olympique s’éteint parfois?

Il est parfois arrivé que la flamme olympique s’éteigne pendant le relais. Même si elle est considérée comme la flamme la plus pure, elle peut réagir aux éléments comme n’importe quelle autre flamme. Si le flambeau olympique s’éteint, il sera allumé à nouveau grâce à des flammes qui voyagent avec le relais. Ces flammes peuvent rallumer le flambeau, car elles sont aussi pures que la flamme originale, ayant été allumées à l’occasion d’une répétition de la cérémonie à Olympie, qui se déroule quelques jours avant la cérémonie officielle. Ces flammes peuvent aussi être utilisées si jamais il n’y a pas assez de soleil le jour de la cérémonie officielle pour allumer la flamme.

Comment la flamme olympique se rend-elle dans la nation hôte?

Les flammes à l’air libre sont strictement interdites à bord des avions, mais la flamme olympique est conservée à l’intérieur d’une lampe de sécurité (semblable à une lampe de mineur) quand elle commence son long périple et aussi chaque soir, quand les porteurs du flambeau prennent une pause. La flamme doit bien dormir quelque part!

Toutefois, la flamme peut utiliser différents moyens de transport pour se rendre dans le pays hôte, selon la proximité entre celui-ci et la Grèce. La flamme olympique a voyagé par avion (la première fois à l’occasion du relais pour les Jeux d’Helsinki 1952), par bateau (elle a traversé la Manche à deux occasions, pour Londres 1948, puis à nouveau en 2012) et par d’autres moyens de transport, comme une navette spatiale, un chameau et à dos de cheval. Son moyen de transport le plus incroyable a sûrement été utilisé dans le cadre des Jeux de Montréal 1976, puisqu’elle s’est alors déplacée d’Athènes à Ottawa par satellite.

À LIRE : Sept moments marquants du relais de la flamme olympique à travers le temps

Quand le relais du flambeau olympique a-t-il commencé?

Les origines du relais du flambeau olympique remontent à 1936, en prévision des Jeux de Berlin. À l’époque, il était considéré par Adolf Hitler et le Troisième Reich comme un moyen d’étendre leur propagande. Le relais a traversé plusieurs pays dans lesquels ils souhaitaient imposer leur programme politique.

Après la Deuxième Guerre mondiale, on a voulu effacer ces débuts obscurs de nos mémoires. Le relais a été ramené avant les Jeux de Londres 1948 et a été nommé le « relais de la paix ». La course symbolique a débuté par un soldat qui déposait les armes et qui retirait ses habits de combattant, dévoilant des vêtements sportifs avant de partir à la course.

Quelle est la durée du relais du flambeau olympique?

Le relais du flambeau olympique n’est pas soumis à un horaire strict ou uniforme. Plutôt, le pays et la ville hôte ont la flexibilité et la liberté de planifier le relais comme ils le souhaitent. Le plus court relais s’est déroulé dans le cadre des Jeux d’Oslo 1952 et n’a duré que deux jours. Le plus long a été organisé avant les Jeux d’Athènes 2004 et s’est déroulé sur 142 jours.

La distance couverte par le relais varie aussi. Le plus long à l’échelle mondiale s’est tenu avant les Jeux de Beijing 2008 et a couvert un incroyable total de 137 000 kilomètres. Le plus long à avoir eu lieu dans un seul pays (excluant le passage en Grèce) a eu lieu avant les Jeux de Sotchi 2014, alors que 65 000 kilomètres ont été parcourus à travers la Russie. 

À LIRE : 10 endroits incroyables où le flambeau olympique a voyagé (incluant l’espace!)

Ces jours et ces distances sont couverts par un grand nombre de porteurs du flambeau. C’est à Tokyo 1964 que l’on a utilisé le plus de relayeurs, soit 101 000 personnes. Cela représente quatre fois plus de porteurs du flambeau que le deuxième plus haut total. Cela s’explique par le fait que pour le relais de 1964, les organisateurs ont nommé deux coureurs suppléants pour chaque porteur de la flamme, qui étaient aussi accompagnés de 20 autres personnes. Ils ont tous reçu le titre de porteurs de la torche.

Le relais au cours duquel le plus de gens ont officiellement touché au flambeau est celui avant les Jeux de Beijing 2008, au cours duquel 21 800 relayeurs ont transporté la flamme autour du monde, jusque dans la capitale chinoise.