Rowing Team

Porter la feuille d’érable : Équipe Canada à travers les décennies

Comme la mode évolue, et bien, la mode olympique évolue aussi.

Bien sûr, les modes vont et viennent, mais la fierté canadienne, elle, est toujours présente chez les athlètes qui portent la feuille d’érable sur la plus grande scène sportive du monde.

Voici un aperçu de ce qu’Équipe Canada a porté au fil des ans aux Jeux olympiques d’été.

Années 20

Des costumes blancs, des chapeaux en cloches, de courtes jupes, il est vrai que la mode fait très années 20, mais la feuille d’érable reste très présente.

Années 30

Un uniforme sportif classique avec le nom gravé au centre de la poitrine.

Années 50 et 60

Le fameux jogging restera toujours à la mode.

Années 70

Un regard rapide sur ces uniformes nous confirme que nous sommes bel et bien dans les années 70, les pantalons larges, les chemises au grand collet, les long chapeaux, même la coupe des chandails à manches courtes.

Années 80

Aucune chance ici non plus de croire que nous sommes ailleurs que dans les années 80. Les vestes en jogging. Les polos.

Années 90

Deux modes différentes dans les années 90. Tout d’abord, à Barcelone 1992, on était tout en couleurs. Ensuite, à Atlanta 1996, c’était plutôt retour dans le temps afin de célébrer les 100 ans des Jeux olympiques.

Années 2000

Beijing 2008 a permis au Canada de s’inspirer des icônes chinois, de leurs contrastes et des couleurs du pays.

Années 2010

C’est le raffinement 100% canadien qui était à l’œuvre à Londres 2012 , incluant la fameuse veste en jeans avec les appliqués pour la Cérémonie de clôture. Et à Rio 2016, Équipe Canada était reconnaissable de loin grâce à la feuille d’érable dans son dos.

Années 2020

Pour Tokyo 2020, la collection olympique mélange les looks classiques à la mode street style, toujours avec une touche canadienne. Les petits détails en disent long, comme les 13 bandes de la feuille d’érable au dos de la veste de Cérémonie d’ouverture représentant l’unité de nos 10 provinces et de nos trois territoires. Ça vaut vraiment le coup d’approfondir tout le symbolisme du graffiti sur la veste en jean de la Cérémonie de clôture.