Biographie :

Jillian Gallays s’y connaît en matière d’adversité. Dès son jeune âge, elle a annoncé qu’elle était aux prises avec la dyslexie. Cette difficulté d’apprentissage l’a encouragée à se battre pour ses rêves et à ne jamais abandonner. Cette attitude l’a aidée à persévérer malgré de nombreuses blessures. En octobre 2006, après avoir atteint la 5e position aux Championnats mondiaux juniors, elle a subi sa première chirurgie du genou, à son ligament croisé antérieur gauche. Elle a manqué la saison 2012 presque entièrement à cause d’une chirurgie du ligament croisé antérieur droit en avril. En mars 2014, elle a subi une autre opération, au ménisque gauche cette fois, mais elle a tout de même pu participer à quelques compétitions et y accomplir divers exploits. Cette année-là, elle a obtenu une médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth et une médaille de bronze aux Championnats du monde UWW. Elle a aussi remporté des victoires au Grand Prix d’Allemagne, à l’Austrian Ladies Open et à la Coupe Canada. En janvier 2015, elle a souffert d’une déchirure du ligament collatéral externe au deuxième degré. Au mois d’août de la même année, elle a subi une autre chirurgie du ménisque gauche et du ligament collatéral interne qu’elle s’est déchirés lors d’un camp d’entraînement. Par malchance, un groupe d’athlètes est tombé sur elle lors de son échauffement. Elle n’a pas pu participer aux essais nationaux de décembre, mais on lui a accordé un match décisif, en février, qu’elle a remporté et qui lui a permis de participer aux Qualifications olympiques panaméricaines. Elle n’y a obtenu que des victoires, assurant ainsi son billet pour Rio et la continuité de son rêve olympique.

À propos de l’athlète

Famille : Ses parents se nomment John Gallays et Karen Johb, et sa sœur aînée s’appelle April. Débuts : Elle a commencé la lutte à l’âge de 9 ans. Même si elle a essayé toutes les activités possibles à l’école, c’est la lutte qui lui offre le plus grand lot de défis et c’est ce sport qu’elle a choisi. Le sport l’a aidée à rester positive malgré les obstacles qu’elle devait surmonter sur les bancs d’école. Au-delà de la lutte : Elle adore l’entraînement, la lecture, la danse, les jeux de société et l’escalade. Elle a obtenu son diplôme en kinésiologie de l’Université de la Saskatchewan en 2011. Elle aimerait reprendre les études après Rio 2016 afin de compléter un MBA. Elle a de l’admiration pour Tonya Verbeek, chez qui elle a vécu dans un appartement au sous-sol, car elle s’entraînait avec beaucoup de rigueur et elle aimait son sport. Son mot d’ordre : Travailler fort pour ensuite s’amuser autant.