Vendredi soir, Akeem Haynes, Aaron Brown, Brendon Rodney et Andre De Grasse ont non seulement remporté la première médaille du Canada au relais masculin 4×100 m depuis 1996, mais ils ont aussi éclipsé le chrono des champions olympiques d’Atlanta.

C’est donc dire à quel point le sport a évolué depuis 20 ans.

(G-D) Andre De Grasse, Brendon Rodney, Aaron Brown et Akeem Haynes.

(G-D) Andre De Grasse, Brendon Rodney, Aaron Brown et Akeem Haynes.

En 1996, Robert EsmieGlenroy GilbertBruny Surin et Donovan Bailey avaient été sacrés champions olympiques avec un chrono de 37,69 s.

La génération 2016 du relais masculin a complété la distance en 37,64 secondes, un temps suffisant pour grimper sur la troisième marche du podium.

Les Canadiens à la finale du relais 4×100 m, Rio 2016. 19 août 2016. Photo du COC/Stephen Hosier

Les Canadiens à la finale du relais 4×100 m, Rio 2016. 19 août 2016. Photo du COC/Stephen Hosier

À LIRE : Les Canadiens décrochent le bronze au relais 4×100 m

« Il est évident que nous étions au courant de l’anniversaire du record canadien, Glenroy est notre entraîneur, a mentionné le deuxième relayeur Aaron Brown. Il y a un moment déjà que nous pensons à battre ce record et de le faire à Rio est tout simplement magique. »

Bien que de Grasse a su rétrécir l’écart dans la dernière portion de la course, la performance des Canadiens prouve toute la profondeur du programme d’athlétisme au Canada.

Andre De Grasse et Brendon Rodney célèbrent suite à la finale olympique du relais 4x100 m Rio de Janeiro, le 19 août 2016. Le Canada y a gagné le bronze. THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

Andre De Grasse et Brendon Rodney célèbrent suite à la finale olympique du relais 4×100 m Rio de Janeiro, le 19 août 2016. Le Canada y a gagné le bronze. THE CANADIAN PRESS/Frank Gunn

« De Grasse a brillé ce soir, mais tout le monde a bien fait son travail, souligne Brendon Rodney. Je suis fier de tous mes coéquipiers, et que dire du jeune Bolade qui a coursé en demi-finale hier. »

De Grasse lui-même ne tarit pas d’éloge pour son équipe : « Ils ont inscrit un temps dans les 37 secondes sans moi en demi-finale, je savais qu’on avait ce qu’il fallait pour briser le record. Les vieux n’ont maintenant plus le droit de s’en vanter, c’est à notre tour maintenant, » a-t-il plaisanté.

On a déjà hâte les voir courir à nouveau!