SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Un avenir prometteur pour Kaetlyn Osmond

Un avenir prometteur pour Kaetlyn Osmond
NADOLNY_Mark_COC_cropped

Par Mark Nadolny

Peu de gens attirent l’attention nationale à 16 ans comme l’a fait Kaetlyn Osmond en octobre dernier lorsqu’elle a remporté les Internationaux Patinage Canada de 2012 à Windsor (Ontario), la première victoire au Grand Prix ISU de sa carrière.

Cette athlète discrète, originaire de Marystown (T.-N.-L.), a obtenu ses meilleures notes personnelles avec 60,56 points au programme court et 115,89 au programme long pour se classer au premier rang de sa discipline avec une note combinée de 176,45.

Ainsi, elle a terminé devant Akiko Suzuki, Olympienne et médaillée de bronze aux Championnats du monde, et Kanako Murakami, classée parmi les 10 meilleures au monde, toutes deux du Japon, à la grande surprise et au grand plaisir de la foule de Canadiens assemblés au Centre WFCU.

« J’étais tout simplement ravie », a déclaré Kaetlyn Osmond après sa victoire.

C’est à cette occasion qu’elle a véritablement commencé à s’affirmer, elle qui s’était fait remarquer pour la première fois par les fervents admirateurs au Canada lorsqu’elle avait terminé troisième aux Championnats canadiens de 2012, derrière Amélie Lacoste et Cynthia Phaneuf, qui s’est maintenant retirée des compétitions.

En plus de remporter l’épreuve de patinage artistique du Trophée Nebelhorn en septembre à Oberstdorf, en Allemagne, l’année dernière s’est clairement révélée être une année de percée pour Kaetlyn Osmond.

Une année de croissance

Kaetlyn Osmond (au centre), médaillée d’or chez les femmes, accompagnée à sa gauche de Akiko Suzuki, médaillée d’argent, du Japon et de Kanako Murakami, médaillée de bronze, du Japon à la cérémonie de remise des médailles au Grand prix de Patinage Canada. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

Ce serait un euphémisme de dire que les quelques derniers mois ont été un tournant dans la carrière de Kaetlyn Osmond.

Ce qui est très admirable concernant cette transformation, c’est la rapidité avec laquelle elle s’est taillé une place de premier plan comme concurrente dans son sport. N’ayant concouru qu’à titre de junior avant cette saison, Kaetlyn Osmond n’avait jamais obtenu de meilleur classement qu’une neuvième place à une épreuve de Grand Prix junior ou même remporté de titre national dans son groupe d’âge.

Cette percée est en grande partie attribuable à un nouveau dévouement envers son sport, sur la patinoire et à l’extérieur de la patinoire. C’est ce que plusieurs dans son équipe ont constaté, notamment l’entraîneur Ravi Walia, ayant lui-même déjà participé au niveau national comme patineur artistique.

« Au cours de la dernière année, elle a consacré plus de temps au patinage », explique Ravi Walia, qui est l’entraîneur de Kaetlyn Osmond depuis qu’elle est âgée de 10 ans. « Elle fait du Pilates, elle travaille avec une diététicienne et elle fait beaucoup d’entraînement hors glace. Ce sont toutes des choses qu’elle faisait précédemment, mais elle y accorde davantage d’attention et ses résultats le démontrent clairement. C’est ce qu’elle doit faire pour passer au niveau suivant. »

Certaines de ces séances d’entraînement hors glace commencent aussi tôt que 5 h et, en plus du Pilates, l’équipe incorpore beaucoup de gymnastique et de ballet pour équilibrer son entraînement.

Ravi Walia affirme qu’il a toujours reconnu que Kaetlyn Osmond possédait toutes les qualités requises pour devenir une concurrente de niveau supérieur sur le circuit de patinage artistique.

« Vous savez, elle n’est pas vraiment différente de ce qu’elle était quand elle avait 10 ans », affirme-t-il. « Elle adorait la compétition, travaillait vraiment fort et aimait patiner. Avec de telles qualités, vous avez nécessairement un grand potentiel pour l’avenir. Vous pouvez voir qu’elle a perfectionné son patinage. Et c’est très important pour se classer parmi les meilleures en patinage et parmi les 10 meilleures au monde. Elle a travaillé d’arrache-pied pour atteindre cet objectif. »

Des attentes croissantes

La série de victoires récentes de Kaetlyn Osmond en a impressionné beaucoup, dont Joannie Rochette, médaillée de bronze aux Jeux olympiques d’hiver de 2010. LA PRESSE CANADIENNE/Rob Skinner

Depuis que Joannie Rochette s’est retirée de la compétition, les partisans canadiens attendent ardemment la venue d’une nouvelle jeune concurrente. Kaetlyn Osmond prouvera peut-être qu’elle est la prochaine élue, ayant déjà fait bonne impression sur la médaillée de bronze des Jeux olympiques d’hiver de 2010.

« J’ai assisté à la victoire de Kaetlyn Osmond à Patinage Canada », a déclaré Joannie Rochette. « Je ne la connaissais pas vraiment avant puisqu’elle était au niveau junior ou novice lorsque je faisais encore de la compétition. Elle est très jeune. Elle a réalisé une très belle performance à Patinage Canada et elle m’a grandement impressionnée. Je pense qu’elle a un avenir prometteur. Pendant de nombreuses années, on doutait du talent des dames au Canada. Bien, en voici une qui pourrait avoir un potentiel énorme. Je suis impatiente de voir ses résultats. »

À court terme, pour réaliser son plein potentiel, Kaetlyn Osmond et son équipe devront d’abord affronter les autres concurrentes du pays à l’occasion des Championnats canadiens de patinage artistique qui auront lieu du 18 au 20 janvier à Mississauga en Ontario.

Un titre national sera en jeu contre la concurrence relevée de la championne en titre Amélie Lacoste, mais ce sera également l’occasion de participer à la sélection des membres de l’équipe du monde canadienne et de concourir en sol canadien à l’occasion des Championnats du monde qui auront lieu en mars à London en Ontario.

En plus d’obtenir un bon classement aux Championnats du monde, il y a aussi la possibilité de se qualifier pour l’équipe olympique et de représenter le Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, un des plus grands événements du monde. Kaetlyn Osmond en est pleinement consciente.

« À 17 ans, j’ai peine à m’imaginer me qualifiant pour les Jeux olympiques en un peu plus de un an », affirme Kaetlyn Osmond qui célébrait son anniversaire en décembre. « Mais, en raison de ma performance sur la glace ces derniers temps, je l’ai dans ma mire. Ce serait incroyable. Je dois m’entraîner encore plus ardemment et continuer de performer en tout temps. Je dois rester concentrée toute l’année et continuer de m’améliorer. »

Prochaines étapes

Kaetlyn Osmond a accordé beaucoup de confiance à Ravi Walia au cours des sept dernières années, ce qui explique pourquoi il a réussi à trouver le bon équilibre entre l’entraînement et le plaisir et à définir l’intensité de ses entraînements.

Ils se sont fixé des objectifs communs pour s’améliorer à chacune des compétitions. Jusqu’à maintenant, ils ont clairement démontré qu’ils réalisent ces objectifs pendant la saison 2012-2013 puisque sa note globale de 170,19 à l’épreuve de patinage artistique du Trophée Nebelhorn est passée à 176,45 au Grand Prix Patinage Canada, une amélioration notable de sa note de 155,47 aux Championnats canadiens de 2012.
« L’automne a été fantastique, mais mes attentes demeurent les mêmes pour Kaetlyn », déclare Ravi Walia. « Nous avons toujours comme objectif de continuer de nous améliorer à chacune des compétitions et de faire partie de l’équipe mondiale. Il faut beaucoup de planification et d’amélioration pour atteindre ce niveau.

« Je sais qu’elle souhaite figurer aux premiers rangs mondiaux. Si elle continue sur sa lancée, c’est un brillant avenir qui l’attend. »

-    George Fadel

NADOLNY_Mark_COC_cropped

Par Mark Nadolny

Identification Olympique

Sondage

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 30 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.