Il y a tout juste quelques semaines, des millions de Canadiens étaient rivés à leurs écrans pour regarder Ryan Cochrane nager jusqu’à la médaille d’argent à l’épreuve de 1500  m nage libre aux Jeux olympiques de Londres.

Médaillé de bronze en 2008 dans la même épreuve,  Cochrane, de Victoria, en Colombie-Britannique, essayait d’écrire une page d’histoire dans la piscine, non seulement en rattrapant le Tunisien Oussama Mellouli, qui a fini par gagner l’épreuve, mais en tentant d’égaler un record vieux de 100 ans, connu de tous les nageurs du Canada.

C’est aux Jeux de 1912 à Stockholm que George Hodgson (1893-1983) deviendrait le dernier Canadien à gravir la plus haute marche du podium à l’épreuve du 1500  m. Hodgson a également gagné l’or au 400  m nage libre en Suède.

Seul représentant du Canada en natation à Stockholm, Hodgson a connu un parcours très atypique avant de devenir le premier double médaillé d’or du Canada de l’histoire.

À seulement 18 ans, Hodgson ne s’est pas entraîné régulièrement pour le sport et ne bénéficiait pas d’un entraînement formel. L’entraînement du Montréalais s’est fait principalement l’été au chalet familial dans les Laurentides et par des bains récréatifs journaliers à la piscine de l’Association athlétique amateur de Montréal.

«  Il venait d’une famille plutôt athlétique, et il était un très bon nageur, a commenté sa petite-fille Martha Oram qui réside maintenant à Ottawa. Il a fait plusieurs de ses entraînements dans le lac. La natation était une partie intégrante de sa vie.  »

Même s’il a pris sa retraite peu de temps après avoir remporté ses deux médailles d’or, la performance de Hodgson a passé le test du temps, car le Canada devrait attendre 1984 pour obtenir une autre médaille d’or dans la piscine.

La disette de 72 ans prendrait fin, grâce à trois nageurs, aux Jeux de Los Angeles, et Alex Baumann a récolté deux médailles d’or à ces Jeux aux épreuves du 200  m et du 400  m quatre nages individuel, égalant du même coup le record de Hodgson, un exploit jusqu’à présent inégalé.

La brève, mais remarquable carrière de Hodgson l’a conduit au Panthéon des sports canadiens où il a été intronisé en 1949 et au Temple de la renommée internationale de la natation en 1968.

Alors qu’Oram suivait les Jeux olympiques de Londres cette année avec sa famille élargie, elle a été submergée par la joie en voyant une image de son grand-père George à l’écran avant la course de Cochrane.

«  Nous étions tous en train de regarder et nous avons crié lorsque sa photo est apparue, de raconter Martha. Nous étions très heureux et nous avons encouragé très fort Ryan.  »

Que penserait George Hodgson en regardant Cochrane faire des vagues dans la piscine?

«  Il aurait été très heureux et très emballé, pense Oram.  »

«  Mais par-dessus tout, il aurait été très fier de Ryan.  »

Par George Fadel