Biographie :

C’est aux Jeux du Commonwealth de 2014 à Glasgow que Marie-Ève Beauchemin-Nadeau a décroché sa première médaille d’or lors d’une compétition internationale majeure, quatre ans après avoir terminé 2e à Delhi, les deux médailles dans la catégorie des 75 kg. Elle a enchaîné avec une deuxième médaille d’or la même année, aux Championnats mondiaux universitaires de 2014, compétition où elle avait pris le bronze en 2010. Elle est aussi double médaillée de bronze des Universiades d’été. Marie-Ève cumule huit participations en Championnats du monde seniors, son meilleur résultat (5e) remontant à 2013 dans la catégorie des 75 kg.

Aux Championnats du monde de 2015, elle a concouru dans la catégorie des 69 kg pour la première fois à l’occasion d’une épreuve importante depuis sa 6e place à ses débuts olympiques à Londres 2012. Elle a remporté la médaille de bronze chez les 69 kg aux Championnats panaméricains de 2016 et a tout juste raté le podium aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto avec sa 4e place dans la catégorie des 75 kg, avant de terminer 9e aux Jeux de 2016 à Rio. Elle détient le record national du poids total levé dans les catégories des 69 kg (240 kg) et des 75 kg (251 kg).

À propos de Marie-Ève

Famille : Elle est la fille de Guy-Paul Beauchemin et Sylvie Nadeau. Elle a une sœur cadette, Andréanne. Débuts : Elle a découvert l’haltérophilie à l’âge de 15 ans. Elle faisait de l’athlétisme quand son entraîneur l’a encouragée à essayer l’haltérophilie pour améliorer sa puissance, et ce fut le coup de foudre. Au-delà de l’haltérophilie : Elle a terminé sa formation postdoctorale en médecine de famille à l’Université de Sherbrooke et a fait son stage de résidence dans un hôpital de Rouyn-Noranda. Elle a passé ses examens du Collège des médecins en octobre 2015 et a été acceptée. Elle aime regarder des films, lire et cuisiner. Sa devise : S’il vaut la peine de faire quelque chose, il vaut la peine de bien le faire.