Biographie :

Surnommée « Calamity Jane », Jane Bell a fait partie de l’équipe féminine championne olympique du relais 4×100 m aux Jeux d’Amsterdam de 1928, ce qui marquait du même coup la première présence de femmes canadiennes en athlétisme aux Jeux olympiques.

Florence Isabel « Jane » Bell a couru le troisième relais conduisant au record du monde établi par son équipe, décrochant par le fait même la médaille d’or du relais 4×100 m féminin à Amsterdam en 1928 avec ses coéquipières Myrtle Cook, Ethel Smith et Bobbie Rosenfeld. Elle a aussi atteint la deuxième ronde au 100 m. À leur retour au pays après les Jeux, l’équipe du relais a été accueillie par 200 000 personnes à la gare de Toronto. Bell et les cinq autres femmes qui ont représenté le Canada en athlétisme à Amsterdam en 1928 ont reçu le sobriquet de « Matchless Six » (ou les « Six incomparables ») en raison de leur domination de leur sport à leur apogée.

Membre du Parkdale Ladies Athletic Club, Bell était une athlète complète. L’année suivant ses succès olympiques, elle fut couronnée championne canadienne au 60 m haies, au lancer du javelot et au lancer de la balle de baseball.

L’implication de Bell dans le sport a commencé à l’âge de 13 ans, inspirée par son père qui était joueur de crosse de compétition et qui lui a donné son surnom « Calamity Jane ». Elle a été diplômée de l’école Margaret Eaton School for Girls à Toronto en 1930 et a commencé à enseigner l’éducation physique au YWCA de Guelph, faisant d’elle une professionnelle et mettant fin à sa carrière en athlétisme.

S’établissant aux États-Unis avec son mari, Bell est devenue citoyenne américaine, en plus d’une joueuse de curling et de golf de compétition. Quand elle s’est éteinte, en 1998 à Fort Myers en Floride à l’âge de 88 ans, Bell était la dernière survivante de l’équipe de relais olympique de 1928.

Bell a été intronisée au Temple de la renommée olympique du Canada en 1949 et au Panthéon des sports canadiens en 1955.