Biographie :

David Carter a participé à plus de 185 matchs au niveau international senior en hockey sur gazon comme membre de l’équipe canadienne depuis 2007, année où il a fait ses débuts dans le sport. Après avoir amené le Canada à une médaille d’or à la Coupe panaméricaine en 2009 – ce qui a permis à son équipe de se qualifier pour la Coupe du monde de la FIH en 2010 – David a été nommé gardien par excellence du tournoi. À Guadalajara 2011, il a inscrit deux blanchissages comme gardien de but partant à trois des cinq matchs disputés par le Canada, ce qui a permis à l’équipe de remporter la médaille d’argent. Seul gardien de but canadien aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, il n’a accordé que deux buts en trois parties de poule. Il a réussi son deuxième jeu blanc du tournoi lors des quarts de finale en empêchant le Brésil de s’inscrire au tableau durant le temps réglementaire en demi-finale. Le Canada a terminé le tournoi avec une médaille d’argent. Carter a aussi réalisé un fait saillant de carrière en disputant les Jeux olympiques de 2016, aidant le Canada à prendre le 11e rang. Le gardien a aussi participé à trois Jeux du Commonwealth.

À PROPOS DE DAVID

Débuts : Il a commencé à jouer au hockey sur gazon à l’âge de 15 ans. Quand l’école secondaire qu’il fréquentait était à la recherche d’un gardien de but, il a répondu à l’appel, une décision qu’il considère comme l’une des meilleures de sa vie. Il a ensuite joué au rugby jusqu’au moment où il était prêt à s’inscrire à l’Université de la Colombie-Britannique; on lui a alors demandé s’il voulait remplacer le gardien de but de l’équipe universitaire qui venait tout juste de partir. Autres intérêts : En 2008, David a obtenu son baccalauréat en histoire de l’Université de la Colombie-Britannique. Il joue de la guitare depuis l’âge de 16 ans et était membre d’un groupe musical pendant ses années universitaires. Il aime faire du camping. Il fait de la menuiserie une fois la saison sportive terminée. De tout et de rien : Sa devise : « L’image d’un champion est celle de quelqu’un penché vers l’avant, trempé de sueur, au bord de l’épuisement alors que personne d’autre ne le regarde. » On le surnomme Carts. Son rêve olympique est né lors d’Atlanta 1996 quand il a vu Donovan Bailey remporter la médaille d’or du 100 m sur une télévision portative dans le stationnement d’un restaurant. Ses deux principales phobies sont l’avion et les araignées. Il porte un tatouage de la feuille d’érable sur le mollet droit. Depuis 2014, il doit composer avec une dysplasie congénitale de l’articulation de la hanche droite.