Biographie :

Sur papier, Bolade Ajomale n’était pas censé se rendre jusqu’en finale du 100 m des Championnats canadiens de 2016, mais c’est bel et bien pour cela que l’on procède à des courses.

Il a obtenu un record personnel de 10,15 secondes en ronde préliminaire, ce qui se trouvait sous le standard olympique pour le 100 m. Il a terminé quatrième en finale, se taillant une place au sein e l’équipe de relais 4×100 m pour Rio 2016. À Rio, il a été le quatrième coureur du relais pour la vague de première ronde, aidant le Canada atteindre la finale. Il a ensuite regardé l’équipe canadienne masculine réaliser un record national en finale pour décrocher une médaille de bronze, qu’il a aussi obtenu.

Ajomale a participé à ses premiers Championnats du monde de l’IAAF en 2017, cette fois encore avec l’équipe du relais 4×100 m, aidant le groupe à prendre le sixième rang. Il a remporté l’or au relais 4×100 m des Championnats de la NACAC en 2018.

Après être resté à l’écart de la compétition pendant la saison 2014-2015 à l’Academy of Art University à San Francisco, Bolade a représenté le Canada aux Jeux mondiaux universitaires de 2015 où il s’est rendu jusqu’en demi-finales aux épreuves de 100 m et 200 m. Il avait auparavant porté les couleurs du Canada aux Championnats du monde juniors de l’IAAF de 2012 et de 2014.

À propos de Bolade

Débuts : Il a commencé à courir sur piste à l’âge de 16 ans… Il a toujours su qu’il était rapide, et ce, depuis ses jours passés à jouer au soccer… Il a décidé de s’entraîner sérieusement après s’être qualifié pour les Championnats de la FASSO sans entraînement… Autres intérêts : Il aime la musique et jouer au soccer. Il fait une majeure en communication et en technologie des médias à l’Université Academy of Art à San Francisco… De tout et de rien : On le surnomme Bo, Bugatti… Il possède une pièce de monnaie chanceuse à l’image d’une boussole… Il collectionne les aimants à réfrigérateur quand il voyage… Il dispose de trois listes de lecture de musique pour les journées de compétition : « matin » pour se lever et commencer sa journée, « piste » pour tout juste avant la course, et « après » pour les tours de relâchement et les étirements… Ses devises favorites : « Je vais vous montrer à quel point je suis bon » et « Quand vous voudrez réussir autant que vous voudrez respirer, vous aurez alors du succès » .