TOKYO-2020-TEAM_ANNOUNCEMENTS-SWIMMING-FeatureImage-2680x1508-v2 Photo : Swimming Canada/Joseph Kleindl
Photo : Swimming Canada/Joseph Kleindl

Six nageurs nommés provisoirement au sein d’Équipe Canada pour les Jeux de Tokyo 2020

Natation Canada a annoncé vendredi que six athlètes rejoindront les rangs d’Équipe Canada aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, sur une base de nomination provisoire.

Cinq nageuses et un nageur ont été nommés pour les épreuves précises dans lesquelles ils ont été médaillés ou les meilleurs finalistes individuels du Canada aux Championnats du monde de la FINA de 2019, à Gwangju en Corée du Sud.

Les nageurs nommés provisoirement au sein de l’équipe et leurs épreuves sont les suivants :

Femmes

Margaret Mac Neil (100 m papillon)
Kylie Masse (100 m dos, 200 m dos)
Penny Oleksiak (200 m libre)
Sydney Pickrem (200 m brasse, 200 m QNI, 400 m QNI)
Taylor Ruck (100 m libre)

Homme

Markus Thormeyer (200 m dos)

Ces six athlètes devront quand même participer aux Essais canadiens, qui devaient être disputés pendant la première semaine d’avril, mais qui sont maintenant repoussés du 24 au 28 mai. Natation Canada a aussi annoncé vendredi qu’elle prévoyait une compétition de qualification olympique supplémentaire qui se tiendra du 21 au 23 juin.

En raison de l’impact de la pandémie de la COVID-19, Natation Canada a invoqué la clause de circonstances imprévues de ses critères de nomination pour l’équipe olympique. Cela donne au comité de sélection la discrétion d’ajuster le processus de sélection comme il l’entend tout en adhérant aux principes d’équité.

Natation Canada a convenu que d’accorder des nominations provisoires à ces athlètes, qui sont reconnus pour leur rendement au niveau mondial, leur permettra de se préparer avec plus de certitude au cours des prochains mois. Il est à noter que ces nominations ne bloquent totalement aucune épreuve en vue de futures nominations puisque le Canada peut inscrire jusqu’à deux nageurs par épreuve olympique, tant que ceux-ci réalisent le chrono de qualification olympique.

Aux Championnats du monde de 2019, Équipe Canada a amassé huit podiums, notamment deux médailles d’or et six médailles de bronze, dans ce qui a été la meilleure performance de l’histoire du pays à cette rencontre. Le Canada a également obtenu des places olympiques dans le épreuves du relais 4×100 m libre féminin, du relais  4×200 m libre féminin et des places aux relais 4×100 m QN féminin, masculin et mixte à ces mêmes Mondiaux.

À LIRE : Huit médailles pour Équipe Canada aux Mondiaux de natation de la FINA 2019

Une nageuse lève le point en célébrant sa victoire à une course de natation

Margaret Mac Neil du Canada réagit après avoir remporté la finale du 100 m papillon féminin aux Championnats du monde de natation à Gwangju, en Corée du Sud, le lundi 22 juillet 2019 (AP Photo / Lee Jin-man)

Margaret Mac Neil décroche son billet au 100 m papillon après avoir réalisé une des plus grandes surprises de l’histoire de la natation. Elle a battu la spécialiste la plus dominante de l’épreuve à l’échelle mondiale et la championne olympique en titre, Sara Sjöström de la Suède, pour remporter son titre mondial tout en établissant un record canadien. Elle a aussi remporté la médaille de bronze au relais 4×100 m style libre et au 4×100 m quatre nages. Tokyo 2020 marquera sa première participation aux Jeux olympiques.

Une nageuse et sa médaille

Kylie Masse du Canada pose avec sa médaille d’or après avoir remporté la finale du 100 m dos féminin aux Championnats du monde de natation à Gwangju, en Corée du Sud, le mardi 23 juillet 2019 (AP Photo / Lee Jin-man)

La deuxième médaille d’or aux Mondiaux de 2019 a été remportée par Kylie Masse, qui obtenait ainsi un deuxième titre mondial consécutif au 100 m dos. Elle a aussi remporté une médaille de bronze individuelle au 200 m dos et a mené l’équipe du relais 4×100 m quatre nages, médaillée de bronze. À ses premiers Jeux olympiques à Rio en 2016, Masse a remporté la médaille de bronze à égalité à l’épreuve du 100 m dos. Un an plus tard, elle a établi une marque mondiale de l’épreuve, soit aux Championnats du monde de 2017.

Deux nageuses se félicitent après une course

Penny Oleksiak, à droite, félicite Sarah Sjostrom de la Suède après la finale du 100 m papillon aux Mondiaux aquatiques, le 24 juillet 2017 à Budapest. Photo: Natation Canada/Ian MacNicol

Penny Oleksiak est devenue une étoile à sa première apparition olympique, soit aux Jeux de Rio en 2016. Elle est alors devenue la première athlète canadienne de l’histoire à remporter quatre médailles dans une seule édition des Jeux olympiques d’été et la plus jeune championne olympique canadienne de l’histoire à l’âge de seulement 16 ans. Bien qu’elle n’a pas remporté de médaille individuelle aux Mondiaux de 2019, Oleksiak a pris le sixième rang au 200 m libre et a contribué à trois médailles de relais.

Sydney Pickrem à la brasse.

Sydney Pickrem nage le 200 m brasse aux Championnats du monde de natation à Gwangju, en Corée du Sud, le 25 juillet 2019. (AP Photo/Lee Jin-man)

En 2019, Sydney Pickrem est devenue la première femme canadienne à remporter trois médailles individuelles aux Championnats du monde en natation, ajoutant les médailles de bronze au 200 m QNI et au 200 m brasse à celle remportée en 2017 au 400 m QNI. Elle a presque ajouté une autre médaille au 400 m QNI en 2019, terminant au quatrième rang. Elle a été un ajout de dernière minute pour nager la portion de brasse du relais 4×100 m quatre nages et a contribué à la médaille de bronze de l’équipe. Tokyo 2020 marquera sa deuxième apparition olympique.

Deux nageuses se félicitent après une course

Taylor Ruck du Canada, à droite, est félicitée par l’Australienne Ariane Titmus après avoir remporté la médaille d’or au 200 m libre féminin lors des finales de natation aux Jeux du Commonwealth le jeudi 5 avril 2018 à Gold Coast, en Australie.PRESS/Ryan Remiorz

Comme ce fut le cas pour Oleksiak, Taylor Ruck est rentrée des Mondiaux de 2019 avec trois médailles de relais. Elle obtient sa deuxième nomination olympique grâce à une cinquième place au 100 m style libre, bien qu’elle se soit aussi classée parmi les cinq meilleurs derrière Masse dans les deux épreuves de dos. Ruck a remporté deux médailles de bronze au relais aux Jeux de Rio en 2016, à l’âge de 16 ans.

Seul athlète masculin à avoir assuré sa place au sein de l’équipe pour le moment, Markus Thormeyer a pris le huitième rang du 200 m dos aux Championnats du monde de 2019. Il avait pris le 17e rang des rondes préliminaires, mais avait reçu l’invitation de participer aux demi-finales après le retrait d’un compétiteur. Profitant de l’occasion, il a établi un record canadien pour accéder à la finale.

Le comité de sélection de Natation Canada peut, à sa discrétion, ajuster les critères de sélection précédemment publiés pour l’équipe olympique quand des circonstances imprévues ou inhabituelles surviennent. Les répercussions de la pandémie de COVID-19 représentent un tel scénario.

Si les Essais ne peuvent avoir lieu en mai, Natation Canada se réserve le droit d’appliquer davantage la clause de circonstances imprévues à la sélection de l’équipe.

Avant d’être sélectionnés au sein d’Équipe Canada, tous les athlètes nommés sont sujets à l’approbation du comité de sélection de l’équipe du COC, après avoir reçu les nominations de tous les organismes nationaux de sport.

Vous pouvez vous tenir au courant du nombre de places de quota d’Équipe Canada pour Tokyo 2020 et des athlètes qui les ont déjà réclamés via notre suivi des qualifications.