Huit jours après son allumage et avoir voyagé à travers la Grèce, la flamme olympique de PyeongChang 2018 est enfin arrivée en sol coréen pour son parcours de 100 jours qui la mènera jusqu’à la cérémonie d’ouverture du 9 février prochain.

Et faire le transport de la flamme olympique de la Grèce jusqu’en Corée du Sud n’est pas une mince affaire.

À LIRE : Les relais les plus spectaculaires de la flamme olympique

D’abord, la flamme a été placée en sécurité dans une lampe spécialement conçue pour son périple en avion, soit un vol de 12 h à bord d’un avion de Korean Air à destination d’Incheon. D’ailleurs, madame ne voyage pas en première classe, mais utilise deux sièges.

 Revoyez l’arrivée en grande pompe de la flamme olympique à Incheon

Do Jong-whan, ministre sud-coréen de la Culture, des Sports et du Tourisme, et Kim Yuna, championne olympique sud-coréenne de patinage artistique, portent la flamme olympique à son arrivée à l’aéroport international d’Incheon, en Corée du Sud, le mercredi 1er novembre 2017 (Photo AP / Lee Jin-man)

À son arrivée, la flamme a fait sa sortie de l’avion sur le tarmac du terminal 2 de l’aéroport d’Incheon entre les mains de Kim Yuna, championne olympique en patinage artistique aux Jeux de Vancouver 2010, et de Do Jong-whan, ministre sud-coréen de la Culture, des Sports et du Tourisme, où un flambeau a été allumé en bonne et due forme.

À LIRE : La flamme olympique débute son parcours vers PyeongChang

C’est à l’espoir olympique de patinage artistique You Young qu’est revenu l’honneur d’effectuer le premier relais de la flamme, qui sera portée par 7500 relayeurs d’ici à la cérémonie d’ouverture des Jeux de PyeongChang 2018.

L’arrivée de la flamme en sol coréen mercredi marquait 30 ans depuis sa dernière présence au pays lors des Jeux de Séoul 1988.
twitter_frsocial-ads