Biographie :

Tim Schrijver est passé au niveau senior après avoir participé à deux Championnats du monde des moins de 23 ans et avoir remporté une médaille d’or en 2014 à l’épreuve du quatre de pointe avec barreur. Avec le « True North Four », l’embarcation à quatre de pointe sans barreur, il a remporté la médaille de bronze de coupe du monde à Varèse en Italie, tout juste avant de terminer quatrièmes, à un cheveu près du podium des Championnats du monde. Entre ces deux compétitions, il a obtenu deux médailles d’or aux Jeux panaméricains de Toronto 2015 en quatre et en huit de pointe. Au cours de ses années universitaires, il a démontré ses forces au sein de l’équipe de l’Université Brock. Pendant ses quatre saisons parmi les Badgers, il a participé tous les ans aux Championnats canadiens universitaires d’aviron et a terminé en 2e position à l’épreuve du huit de pointe en 2014, 2013 et 2012, et en 1re position à l’épreuve du deux de pointe en 2012. En 2014, il a également représenté le Canada aux Championnats du monde universitaires où il a récolté la médaille d’argent à l’épreuve du quatre de pointe sans barreur. Après une blessure au dos en 2013, Tim a souffert de plusieurs blessures aux genoux, aux coudes et aux côtes depuis 2014. Tim s’est vu forcer de sacrifier l’entraînement de qualité au profit de l’amélioration de sa santé. De ce fait, il a été contraint de ne pas participer à la deuxième Coupe du monde de 2016 afin de s’assurer d’être en bonne condition physique pour sa préparation en vue de Rio 2016.

À propos de l’athlète…

Famille : Ses parents se nomment Leo et Gerda Schrijver. Son frère aîné s’appelle Roy et ses frères cadets, Jay et Eric. Débuts : Il a commencé à faire de l’aviron à l’âge de 18 ans. Il a fait beaucoup de sport pendant ses études secondaires, mais il désirait essayer quelque chose de nouveau. Il a rencontré Peter Somerwil, l’entraîneur-chef de l’équipe d’aviron de l’Université Brock qui était ravi que Tim fasse un essai; son énergie et son impulsivité l’y ont poussé. Après son premier essai au huit de pointe, il a eu la piqûre. Il désirait ramer pour le Canada depuis le jour où, après s’être joint à l’équipe d’aviron junior de l’Université Brock, il a regardé les épreuves olympiques d’aviron sur You Tube. Au-delà de l’aviron : En 2015, il a obtenu un baccalauréat en sciences avec spécialisation en kinésiologie de l’Université Brock. Il aime jouer aux cartes, regarder la télévision, lire et apprendre de nouvelles langues. Citation préférée : « Si c’était si facile, tout le monde le ferait. » Il s’inspire de Mahé Drysdale, champion olympique en 2012, car il a dû surmonter l’adversité, et de Conlin McCabe, son coéquipier, parce qu’il s’est illustré au niveau du programme national. À la ligne de départ, il essaie d’établir un contact visuel avec les membres de l’équipe adverse et leur souhaiter bonne chance. Il a des chaussettes porte-bonheur, mais ce ne sont jamais toujours les mêmes qu’il porte pour des raisons d’hygiène. On le surnomme Ivan, Drago ou Dulph.