De Petite-Rivière-Saint-François aux Jeux olympiques, Dominique Maltais a parcouru le monde à la conquête des podiums de snowboard cross. La Canadienne est maintenant prête a ajouter un autre titre à sa carrière, celui de retraitée.

38 podiums sur le circuit de la Coupe du monde, cinq globes de cristal, l’or des X Games et deux médailles olympiques, Dominique Maltais a marqué le sport du snowboard cross. Des titres marquants, certes, mais qu’est-ce qui a le plus empreint le parcours de l’athlète québécoise?

Olympique.ca s’est entretenu avec la vedette de Canada Snowboard pour faire le bilan des moments forts de sa carrière. Voici ce qu’elle nous a partager.

Entrer dans la famille

Dominique a vite goûté au succès en Coupe du monde et on comprend pourquoi ses débuts sur le circuit l’ont marquée. « Je me souviens et je parle souvent de mon premier podium à vie sur le circuit de la coupe du monde en 2004, une deuxième place à Bad Gastein à ma deuxième coupe du monde en carrière, s’est rappelée Dominique avec émotion. Je me souviens d’avoir levé la tête et avoir vu mon nom écrit à l’écran avec la feuille d’érable à côté signifiant que je faisais maintenant partie de la grande famille d’athlètes canadiens. »

 « J’ai porté fièrement le drapeau canadien à chaque compétition et je resterai à jamais une fière représentante de mon pays. » – Dominique Maltais

Le statut d’olympienne

Deux ans plus tard Dominique a représenté le pays à la plus grande compétition qui soit, les Jeux olympiques de 2006. « Les premières journées au village olympique de Turin, l’atmosphère au sein de l’équipe canadienne ainsi que les cérémonies d’ouverture et de fermeture » ont grandement marqué la Canadienne, mais c’est aussi à Turin que la Dominique a remporté sa première médaille olympique, le bronze, au snowboard cross. « C’est à ce moment que j’ai réalisé l’impact de gagner des médailles aux JO! » La fierté de Petite-Rivière-Saint-François venait d’être catapultée au rang d’étoile canadienne. Un rôle qu’elle a épousé tout au long de sa carrière.

(G-D) Lindsey Jacobellis des États-Unis, Tanja Frieden de la Suisse et Dominique Maltais du Canada lors de la remise des médailles à l'épreuve du snowboard cross aux Jeux olmypiques de Turin, le 17 février 2006. (AP Photo/Lionel Cironneau)

(G-D) Lindsey Jacobellis des États-Unis, Tanja Frieden de la Suisse et Dominique Maltais du Canada lors de la remise des médailles à l’épreuve du snowboard cross aux Jeux olmypiques de Turin, le 17 février 2006. (AP Photo/Lionel Cironneau)

La persévérance

Des obstacles, Dominique Maltais en a rencontré et pas que sur les parcours de snowboard cross et c’est ce qui explique que ses meilleurs souvenirs ne sont pas que lorsqu’elle a trôné sur les podiums.

Au-delà des médailles, le bilan de Dominique sur sa brillante carrière porte aussi sur tout le travail qu’elle a effectué au quotidien pour lui permettre de dominer la discipline.

« Ma contre performance à Vancouver 2010 m’a frappée, se souvient-elle. On se pose alors beaucoup de questions sur soi-même. Faut-il abandonner ou non? Faut-il concourir pendant une autre saison ou poursuivre pendant encore quatre ans ou encore laisser tomber tout bonnement? »

Dominique s’est assujettie à un régime d’entraînement des plus sérieux en vue de Sotchi 2014. Elle a trouvé un entraîneur basé à Montréal et a personnalisé son entraînement. Ensemble, ils se sont concentrés sur l’amélioration de ses départs et de sa vitesse ainsi que sur le perfectionnement de mouvements propres au snowboard cross.

« Tous les efforts que j’ai mis dans ma préparation pour ma course à Sotchi sont définitivement un des plus grands moments de ma carrière. » On la comprend! Non seulement elle a prouvé qu’elle était capable de remonter la pente, ce qu’elle a fait en décrochant sa deuxième médaille olympique, l’argent.

Bravo Dominique pour ton amour du sport, ton dévouement et ta persévérance. On a hâte de te suivre dans tes prochaines aventures en tant qu’entraîneuse aux niveaux régional et provincial, bonne retraite.