SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Une pionnière tire sa révérence

NADOLNY_Mark_COC_cropped

By Mark Nadolny

De nombreux souvenirs remontent à la mémoire des partisans des quatre coins du pays en réaction à l’annonce de la retraite imminente d’Ashleigh McIvor, médaillée d’or en ski-cross des Jeux olympiques de 2010. C’était en effet hier qu’Ashleigh marquait les mémoires d’une nation que ses propres rêves ont inspirée.

« Je suis comblée d’avoir remporté une médaille chez moi, au moment où notre sport faisait son entrée au programme olympique. Je n’aurais pas pu demander mieux! »

Les planètes se sont alignées pour Ashleigh quand le ski-cross a été inclus au programme des Jeux olympiques lors des Jeux d’hiver de 2010. L’athlète originaire de Whistler en Colombie-Britannique excellait sur le circuit de la Coupe du monde avant les Jeux de Vancouver.

Ashleigh a connu une saison exceptionnelle en 2009. Elle est montée à trois reprises sur le podium avant de remporter les Championnats du monde d’Inawashiro au Japon au mois de mars. Au sommet de son art au bon moment, Ashleigh a eu la chance de démontrer toute la mesure de son talent dans la province où elle a grandi.

Les attentes étaient grandes pour Ashleigh qui est montée trois fois sur le podium en Coupe du monde un mois avant la cérémonie d’ouverture. Son passage sur les pentes de Cypress Mountain à West Vancouver s’avérait une occasion en or pour faire vivre des moments magiques à ses partisans.

« Un de mes amis m’a écrit de “savourer chaque moment” sur Facebook, raconte Ashleigh à propos des conseils reçu à la veille de son expérience olympique. J’ai gardé son conseil à l’esprit et j’ai profité du moment présent et du fait que je ne serais jamais aussi nerveuse de ma vie. »

En sprintant pour franchir la ligne d’arrivée, Ashleigh a coiffé la Norvégienne Hedda Bernsten et la Française Marion Josserand pour s’emparer de la médaille d’or au douzième jour des compétitions de ses premiers Jeux olympiques. On se souviendra d’elle comme la première médaillée d’or en ski-cross de l’histoire de la discipline.

Cette victoire a propulsé la popularité d’Ashleigh vers de nouveaux sommets et la pétillante et joviale vedette a gagné de nombreux partisans.

Deux ans et demi après avoir réalisé son rêve, Ashleigh a décidé de prendre sa retraite de la compétition sportive pour s’adonner à d’autres activités.

« C’est la décision la plus difficile que j’ai eue à prendre de ma vie, a-t-elle admis en parlant de sa retraite.

J’ai retourné la question dans tous les sens et je me suis demandé si je prenais la bonne décision. Mais j’ai déjà accompli plus dans ce sport que ce que j’aurais cru possible. Et puis, je préférais prendre ma retraite pendant que j’étais au sommet et championne olympique en titre. »

Le déchirement du ligament croisé antérieur de son genou qu’elle a subi en janvier 2011 n’est pas étranger à sa décision.

« Mon genou est encore en rémission et il me faudrait le forcer pour obtenir des résultats cette saison et être en position de participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi en Russie, confie Ashleigh. J’ai décidé qu’il était plus important pour moi de pouvoir pratiquer le ski comme loisir, maintenant et pour le restant de mes jours. Je me vois offrir des occasions de carrière qui ne peuvent être remises à plus tard et une vie épanouissante à l’extérieur du monde de la course. »

Ce n’est pas les possibilités qui manqueront pendant la prochaine étape de la vie d’Ashleigh. La belle blonde de 1,78 m a déjà déambulé sur les passerelles de défilés de mode et représente de nombreuses causes comme porte-parole.

Elle a travaillé avec certains des plus grands photographes de mode du monde, a fait du mannequinat à New York en plus d’avoir été le visage de campagnes de publicité majeures.

« Le moment est bien choisi pour effectuer une transition vers une nouvelle étape de ma carrière, c’est à dire tirer avantage des occasions qu’a suscitées mon succès en tant que skieuse, poursuit McIvor, qui compte continuer à faire du ski et travailler auprès de ses commanditaires. »

« Je suis enthousiaste à l’idée de représenter mes partenaires et commanditaires dans les médias, à travailler avec des photographes et à prendre plaisir au ski dans sa forme la plus pure, sans le stress de la compétition. Je continuerai à encourager mes coéquipiers. J’ai toujours été leur plus grande admiratrice, même lorsqu’ils étaient mes adversaires. »

Ashleigh a eu une influence indéniable sur sa discipline. Sa carrière en ski-cross qui a commencé en 1997 et qui lui a permis de monter 11 fois sur le podium en Coupe du monde a fait d’elle une pionnière et un modèle pour les autres skieuses.

Elle a pavé la voie à des étoiles montantes comme Kelsey Serwa de Kelowna en Colombie-Britannique, championne du monde en titre, et Marielle Thompson, une autre skieuse de Whistler et championne au classement général de la Coupe du monde de ski-cross féminin.

« Ashleigh a certainement contribué à faire connaître le sport au Canada, soutient Brady Leman, le numéro mondial en ski-cross. Sa victoire à Vancouver a été monumentale pour notre sport. Elle a mis la table pour que le ski cross soit le nouveau sport alpin à surveiller et un sport des plus intéressants à regarder. »

« Elle a eu de nombreux excellents résultats au fil des ans et elle a toujours été une coéquipière amusante. Elle s’amusait constamment et apportait une bouffée d’air frais. C’était génial de voir qu’elle a obtenu autant de reconnaissance pour ses réalisations. »

Ashleigh soutient qu’elle continuera à tirer des leçons de sa brillante carrière et de ses réalisations.

« Ma carrière m’a appris beaucoup sur la persévérance et la poursuite des rêves. Je sais maintenant qu’il faut se concentrer sur un but à la fois et éviter de se laisser submerger par le résultat que l’on espère atteindre, » explique la skieuse qui planifie également son mariage au capitaine des Whitecaps de Vancouver, Jay DeMerit.

« En travaillant au sein d’une équipe, j’ai appris énormément sur la dynamique de groupe et les relations interpersonnelles. J’ai eu l’occasion de forger de profondes amitiés et je conserve des souvenirs qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Photo: Alpine Canada

Photo du COC : Mike Ridewood

NADOLNY_Mark_COC_cropped

By Mark Nadolny

Identification Olympique

Sondage

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 25 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.