Biographie :

Lorsque Vancouver s’est vu décerner le droit d’être hôte des Jeux olympiques d’hiver de 2010, Megan Tandy était loin de penser qu’elle pourrait un jour participer à cet événement planétaire, et ce, dans son arrière-cour ou presque. Néanmoins, sept années plus tard, elle y était. Megan, alors âgée de 21 ans, a conclu les Jeux avec le meilleur résultat des biathloniennes canadiennes et a été la première Canadienne à participer à une épreuve de poursuite, malgré qu’elle venait à peine de revenir, quelques semaines plus tôt, d’une pause imposée par la coqueluche.

Après Vancouver 2010, Megan a donné naissance à son premier enfant, l’obligeant à mettre une croix sur la saison 2010-2011 de biathlon. Elle a renoué avec le circuit de la Coupe du monde en 2011-2012 et a participé aux Championnats du monde de 2012 et de 2013 avant de retourner aux Jeux olympiques de Sotchi 2014. Pour elle, le fait saillant a été d’avoir fait partie de l’équipe canadienne féminine s’étant la mieux classée au relais, avec une 8e place. Megan a obtenu un score parfait au tir pendant son segment pour en faire une de ses meilleures performances personnelles en carrière, et ce, après des courses décevantes aux épreuves individuelles.

Elle a remonté la pente à partir de là en réalisant une superbe année en 2014-2015. Elle s’est classée au top 15 à plusieurs courses de la Coupe du monde et a obtenu le pourcentage de tir s’étant le plus amélioré sur le circuit. Elle a terminé dans le top 30 à ses quatre épreuves individuelles aux Championnats du monde de 2015 et s’est qualifiée pour le départ groupé. Membre de l’équipe de Coupe du monde pendant la majeure partie de la dernière décennie, Megan s’entraîne à Ruhpolding, en Allemagne, loin de l’équipe nationale.

À PyeongChang 2018, Megan Tandy a terminé 57e à l’épreuve du sprint 7,5 km.

À propos de Megan

Débuts : Elle a fait l’essai du biathlon quand elle avait 12 ans au Caledonia Nordic Ski Club avant de commencer à s’entraîner sérieusement à 16 ans. Le champ de tir, qui se trouvait à côté d’un marécage rempli de moustiques, se composait d’une ligne de tir rocheuse et inégale dotée de cibles en métal qui bloquaient souvent. Elle dit que c’est parce qu’elle a appris à tirer dans ces conditions que le tir est devenu sa plus grande force.

Au‑delà du biathlon : Elle aime se rendre dans les petits marchés quand elle voyage et possède des décorations de Noël qui proviennent de partout au monde. Quand elle ne fait pas des câlins, du vélo ou de la pâtisserie expérimentale avec son fils, elle joue de la flûte et aime faire de la randonnée ainsi que partir à l’aventure. Elle étudie à temps partiel pour obtenir sa MBA en gestion des sports. Elle voyage toujours avec une version miniature de l’ours polaire en peluche favori de son fils qui porte une feuille d’érable au pied. Citation favorite : « Si vous voulez quelque chose que vous n’avez jamais eu, vous devez être prêt à faire quelque chose que vous n’avez jamais fait. » – Thomas Jefferson. Elle tire son inspiration de sa grand-mère, Ellen Norman, qui faisait de la course, à l’adolescence, et qui s’y est remise à 56 ans. Quand elle a eu 65 ans, elle a fait son premier demi-marathon, en plus de plusieurs courses de 10 km, toujours avec passion et toujours dévouée à réaliser ses objectifs.