Biographie :

Kelly Fitzsimmons a disputé ses premiers championnats nationaux de pentathlon moderne en 2001, alors qu’elle étudiait encore à l’école secondaire. Bien qu’elle prévoyait concourir au niveau international junior après avoir obtenu son diplôme, elle a plutôt pris une pause de ce sport pendant qu’elle terminait ses études universitaires. Cependant après avoir décroché son baccalauréat à l’Université de Calgary en 2009, elle a réalisé à quel point la compétition lui manquait et elle a décidé de renouer avec le pentathlon moderne, surtout qu’elle pouvait maintenant se le permettre financièrement puisque sa carrière professionnelle était désormais bien lancée.

Elle a participé à sa première compétition de la Coupe du monde en 2012. En 2016, elle a remporté le bronze dans l’épreuve par équipe de triathlon aux Championnats du monde de biathlon/triathlon de l’UIPM. Fitzsimmons a remporté des titres canadiens de pentathlon moderne en 2016, 2018 et 2019.

À propos de Kelly

Débuts : A commencé à faire de la natation à l’âge de huit ans, ayant été inspirée par la médaille d’or remportée par Mark Tewksbury à Barcelone 1992… Avait auparavant commencé à faire de l’équitation en famille en très bas âge… A appris l’existence du pentathlon moderne au moment de regarder Sydney 2000, soit les premiers Jeux olympiques à inclure le pentathlon moderne féminin au programme… A commencé à fréquenter les clubs locaux grâce à l’aide de son mentor Barb Broen, qui a participé à deux Jeux olympiques à titre de joueuse de volleyball… Autres intérêts : A obtenu son diplôme de l’Université de Calgary en 2009, un baccalauréat en commerce… Avait auparavant étudié en génie et en architecture à l’Université de la Colombie-Britannique… Travaille maintenant comme stratège en innovation et produits dans le secteur de la technologie… Ses loisirs préférés sont le design, peindre et dessiner, voyager et les sports extérieurs… De tout et de rien : Devise préférée : « La discipline mène à la liberté » – Aristotle / « Ne vous imposez jamais de limites » – Ed Whitlock…