Biographie :

Frank Amyot a remporté la seule médaille d’or du Canada aux Jeux olympiques de Berlin 1936. Sa victoire au C-1 1000 m a été la seule médaille d’or olympique canadienne aux Jeux d’été jusqu’en 1952.

Frank Amyot a fait sa seule apparition aux Jeux olympiques à Berlin en 1936, où il a remporté l’unique médaille d’or du Canada à ces Jeux, avec un type d’embarcation dans lequel il n’avait jamais pagayé. Ayant seulement vu le canoë canadien sur des plans, Amyot, un vétéran kayakiste, n’était jamais monté à bord d’une embarcation de C-1 masculin jusqu’à ce qu’il mette les pieds en Allemagne pour les Jeux. En finale du C-1 1000 m, Amyot a laissé filer une avance en début de parcours aux mains du Tchèque Bohuslav Karlik, mais il a maintenu son rythme fluide et l’a dépassé avec 50 mètres à faire, remportant la médaille d’or par 4.8 secondes. Ce fut la seule médaille d’or olympique du Canada aux Jeux olympiques d’été jusqu’à Helsinki en 1952, où George Généreux a remporté l’épreuve de la fosse olympique au tir. Amyot a aussi disputé l’épreuve masculine du K-1 1000 m en 1936, mais a été éliminé dès la vague préliminaire. Malgré qu’il ait été nommé capitaine, entraîneur et gérant de la délégation olympique canadienne en 1936, Amyot a dû amasser lui-même – avec succès – les fonds pour se rendre à Berlin, grâce à une campagne intitulée « Le fond olympique Frank Amyot».

Avant sa médaille d’or olympique en 1936, Amyot avait remporté six titres nationaux seniors entre 1924 et 1935. Amyot était forcé de compter sur des embarcations et des pagaies faites sur mesure pour accommoder sa grandeur (6-pieds) et ses longs et puissants coups de rame.

Amyot a pris sa retraite de la compétition après les Jeux de 1936, mais en raison de sa propre expérience olympique avec le financement, il a travaillé avec l’Association canadienne de canoë pour s’assurer que les athlètes olympiques profitent des fonds nécessaires pour participer aux futurs Jeux olympiques. Il a aussi été membre du Club Britannia Yacht (qui l’a honoré en 2012 en étalant tous ses trophées) et du Club Rideau Canoë, où il a été un organisateur de longue date.

Amyot, dont le père, Dr John A. Amyot, a été le premier sous-ministre fédéral de la Santé, de 1919 à 1932, n’a pas seulement été un héros olympique, mais aussi un héros dans la vie. En juin 1993, il a sauvé de la noyade deux membres de l’équipe de football des Rough Riders d’Ottawa au lac Deschênes, après que leur canot se soit renversé.

Servant dans la Marine royale canadienne pendant la Deuxième Guerre mondiale, Amyot a atteint le grade de lieutenant commandant. Jusqu’à sa mort en 1962, alors qu’il n’avait que 58 ans, il a eu une carrière avec le gouvernement canadien au sein du ministère des Anciens combattants.

Amyot a été intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada en 1949 et au Panthéon des sports canadiens en 1955.