Biographie :

Emma Lunder est déménagée à Canmore pour poursuivre son entraînement en biathlon lorsque son équipe de haute performance de Squamish, en Colombie-Britannique, a perdu son financement et son entraîneur à la suite des Jeux olympiques d’hiver de 2010.

Elle s’est jointe à un club local et s’est qualifiée pour sa première compétition internationale, les Championnats du monde de la jeunesse de 2010, où elle a eu l’immense fierté de porter l’unifolié pour la première fois. Elle a ensuite participé aux Championnats du monde juniors en 2011 et 2012. Elle a également représenté l’Alberta aux Jeux d’hiver du Canada où elle a remporté l’argent au relais et terminé 4e au sprint.

Repêchée par l’équipe nationale en 2014, Emma s’est imposée dès février 2015 lors de la Coupe IBU de Canmore en se classant 2e au sprint, son premier podium en compétition internationale devant sa famille et ses amis.

Avant les essais de l’équipe de 2015, elle a été importunée par des blessures parce qu’elle s’est déchiré un tendon et abîmé un petit os dans le pouce en chutant. Elle a passé le reste de la saison de course avec un pouce dans le plâtre. Elle a donc modifié sa carabine pour l’adapter à son pouce et sa technique de poussée de bâtons. Une chute en 2016 a causé des dommages semblables, mais elle a réussi à poursuivre la saison après quelques semaines de repos.

Après deux saisons de courses plutôt ternes, selon ses dires, Emma a réussi son meilleur résultat en Coupe du monde en janvier 2017 lorsqu’elle s’est classée au 21e rang de l’épreuve individuelle du 15 km d’Antholz, en Italie, en atteignant 19 des vingt cibles. C’est également en 2017 qu’elle a fait ses débuts aux Championnats du monde.

À PyeongChang 2018, Emma Lunder a terminé 54e au sprint 7,5 km. Elle s’est aussi classée 53e à l’épreuve de poursuite 10 km, et 10e au relais 4 x 6 km avec ses coéquipières Sarah BeaudryJulia Ransom, et Rosanna Crawford.

À PROPOS D’EMMA

Débuts : Elle a commencé à faire du ski de fond à l’âge de 7 ans. En 2016, elle a découvert le biathlon chez les Cadets de la Marine. En 2007, elle a participé à sa première course ailleurs que chez les cadets, et l’équipe provinciale de la Colombie-Britannique l’a invitée à joindre ses rangs. Elle a reporté son admission à l’université en 2009 pour s’entraîner avec l’équipe de haute performance de la Colombie-Britannique. Avant de terminer son secondaire, elle ne connaissait pas l’IBU et le circuit de la Coupe du monde.

Au-delà du biathlon : Elle a toujours un livre en cours. Pour se détendre, elle aime les livres à colorier pour adultes. Pendant l’entre-saison, elle aime essayer de nouvelles recettes, suivre des cours de yoga et garder les chats et chiens de ses amis. Elle fait du bénévolat auprès de la banque alimentaire de Canmore. Athlète ambassadrice pour Rapides et Radieuses. Depuis 2010, elle travaille à temps partiel chez Starbucks. Elle étudie les sciences humaines en ligne auprès de l’Université Athabasca.

Sa bonne amie est la biathlonienne française Anaïs Bescond, qui s’est entraînée au Canada pendant l’été 2016. Elles se sont liées d’amitié en jouant aux cartes et à des jeux de société, ce qu’elles continuent à faire sur le circuit de la Coupe du monde. Les journées de course, elle mange presque toujours du gruau pour déjeuner. Pendant la saison, elle choisit toujours une paire de boucles d’oreilles de course. En voyage, elle aime boire des thés inusités.