Biographie :

Les performances d’Elisabeth Vathje ont fait jaser lors de la saison 2014‑2015. Nouvelle venue sur le circuit de la Coupe du monde de skeleton, elle est montée sur la deuxième marche du podium de sa toute première course, à Lake Placid. La semaine suivante, elle montait pour la première fois sur la plus haute marche du podium après avoir remporté une course à domicile, à Calgary. Plus tard dans la saison, elle a récolté deux autres médailles d’argent à Saint‑Moritz et Igls. Elle a terminé l’année avec la médaille de bronze de ses premiers Championnats du monde qui avaient lieu sur l’une de ses pistes préférées, celle de Winterberg. Lors de sa deuxième saison sur le circuit, Elisabeth n’a pas obtenu le même succès, mais elle a tout de même remporté son premier titre de championne canadienne.

Lors de la saison 2016‑2017, elle était de retour sur le podium de la Coupe du monde grâce à ses victoires aux courses de Whistler et de Winterberg. Par contre, vers la fin de la saison, elle a dû composer avec une mononucléose et une infection au foie pendant l’épreuve test de PyeongChang 2018. Elle est revenue en force en terminant sur quatre podiums de Coupe du monde pendant la saison 2017‑2018. Parmi ces exploits, on compte une 2e place à Innsbruck où elle a partagé le podium avec sa coéquipière Mirela Rahneva. Elisabeth a clos sa saison au 3e rang du classement général de la Coupe du monde. À PyeongChang 2018, Elisabeth a terminé au neuvième rang.

Elle a aussi disputé sa première course internationale en avril 2010 sur le circuit de la Coupe nord-américaine. Elle a également participé aux Championnats du monde juniors à trois reprises, soit en 2011, 2012 et 2014, année où elle a remporté la médaille d’argent.

À propos d’Elisabeth

Débuts : Elle adore les Jeux olympiques depuis les Jeux Salt Lake City 2002 qu’elle a regardés alors qu’elle avait 8 ans. Après un vol en compagnie de l’équipe canadienne de luge, son père a pensé que ce serait un bon sport pour elle, mais à 14 ans, elle était trop âgée pour la luge et trop jeune pour le bobsleigh. Elle a donc suivi un cours de l’association de skeleton de l’Alberta, et elle est tombée amoureuse du sport. Au‑delà du skeleton : Elle fait du mentorat auprès de jeunes adolescentes. Elle voyage en emportant des casse-têtes et elle regarde beaucoup Netflix. Elle aime construire des objets en Legos et jouer du ukulélé. Elle devait voyager avec sa mère pour participer à ses premières compétitions internationales en raison de son jeune âge. Elle ne donne maintenant plus sa place sur le circuit de la Coupe du monde, offrant ses accolades dignes d’une maman aux athlètes qui en ont besoin. Citation favorite : « Beaucoup de gens ont accompli ce qu’ils jugeaient impossible parce que quelqu’un les en croyait capables. » – Zig Ziglar. Chandra Crawford est une de ses sources d’inspiration en raison de son Ô Canada entonné haut et fort à Turin 2006. Kallie Humphries est aussi un modèle pour le sérieux et la passion qu’elle voue à son sport.