Biographie :

Andrew Yorke a participé à son premier triathlon international en 2007. En 2006, il avait raté sa qualification pour l’équipe des mondiaux juniors. C’est cette qualification manquée qui l’a motivé à s’investir corps et âme l’année suivante, un point tournant de sa carrière. En 2008, Andrew a souffert d’un abcès épidural et il croyait qu’il ne pourrait plus participer aux triathlons professionnels. Heureusement, il a réussi à prendre part à toutes les compétitions de grande envergure depuis cette blessure, hormis Londres 2012 où il était remplaçant. Après ses débuts sur le circuit de la Coupe panaméricaine, il a fait son entrée sur le circuit de la Coupe du monde de l’ITU en 2010. La même année, il s’est joint à l’équipe nationale de développement et a ensuite rejoint l’équipe nationale senior en 2013. Andrew a percé aux Jeux du Commonwealth en 2014, à Glasgow, où il a terminé au 4e rang d’une compétition très relevée. En 2015, il a raté de peu le podium de la Coupe du monde lorsqu’il a terminé 4e à l’arrêt de New Plymouth, en mars. Aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, il a été le meilleur triathlète canadien avec sa 7e position. Il a aussi souffert de plusieurs autres blessures, dont deux fractures de stress au tibia en 2009 et 2011, ainsi que des fractures aux côtes en 2013 et en 2015.

À propos de l’athlète…

Famille : Il est le fils de Ward et Tracey Yorke. Sa sœur cadette s’appelle Amy. Débuts : Il a participé à son premier triathlon à l’âge de 12 ans parce que son père et lui se sont inscrits ensemble à un club. En voyant Simon Whitfield remporter la médaille d’or à Sydney 2000 et Peter Reid gagner l’Ironman à Hawaii, il a trouvé que le sport avait l’air cool. L’effort physique éprouvant et le dépassement de soi sont les aspects qui l’attirent vers ce sport. Au-delà du triathlon : Il a obtenu son diplôme spécialisé en histoire de l’Université McMaster en 2014. Il épaule des organismes comme Right to Play et Canadian Hero Fund. Il a grandi en faisant de la compétition en ski de fond, en athlétisme, en vélo de montagne, en soccer et en basketball. Pendant l’entre-saison, il aime faire du camping et pêcher. Il aime jouer au baseball, au football et aussi jouer de la guitare. Il aimerait devenir policier. Sa citation préférée : « Tu peux toujours arrêter. » – Son grand-père, Bert Yorke. Avant une course, il se fait couper les cheveux, il se rase les jambes et il écoute les deux mêmes chansons. Il aime aussi ramasser des objets sur le parcours de chaque course, comme une feuille ou une plante, qu’il garde sur lui pour se donner du courage. On le surnomme Yorkie et The Dog.