Résumé des Jeux :

Jeux de la XVIIIe Olympiade

En organisant les premiers Jeux olympiques d’Asie, le Japon voulait montrer au reste du monde qu’il s’était remis des horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Pour témoigner du succès de leur reconstruction, les organisateurs japonais ont confié la tâche de porter le flambeau jusqu’à la vasque à Yoshinori Sakai. Né à Hiroshima le 6 août 1945, le jour même où la bombe atomique a détruit la ville, il incarnait à la fois un hommage aux victimes de cette journée funeste et un appel à la paix dans le monde.

Sur cette photo du 10 octobre 1964, le coureur japonais Yoshinori Sakai allume la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo 1964. Sakai est né à Hiroshima le 6 août 1945, le jour où la l'arme nucléaire a détruit cette ville. Il symbolise la renaissance du Japon après la Deuxième Guerre mondiale en allumant la flamme. (AP Photo)

Sur cette photo du 10 octobre 1964, le coureur japonais Yoshinori Sakai allume la vasque olympique lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo 1964. Sakai est né à Hiroshima le 6 août 1945, le jour où la l’arme nucléaire a détruit cette ville. Il symbolise la renaissance du Japon après la Deuxième Guerre mondiale en allumant la flamme. (AP Photo)

Ce sont les derniers Jeux où les compétitions d’athlétisme ont été disputées sur une piste de scorie et où les temps étaient mesurés à l’aide d’un chronomètre manuel. Deux sports ont fait leurs débuts à Tokyo : le judo et le volleyball, qui a aussi été le premier sport d’équipe féminin aux Jeux olympiques. L’ajout du judo au programme olympique a fait le bonheur du Canada, Doug Rogers y ayant remporté la médaille d’argent.

Les Canadiens Roger Jackson et George Hungerford célèbrent leur médaille d'or à l'épreuve de couple en aviron, aux Jeux de Tokyo. (CP Photo/COC)

Les Canadiens Roger Jackson et George Hungerford célèbrent leur médaille d’or à l’épreuve de couple en aviron, aux Jeux de Tokyo. (CP Photo/COC)

Les rameurs George Hungerford et Roger Jackson ont procuré au Canada son unique médaille d’or des Jeux de Tokyo. À l’origine, les deux athlètes devaient être des remplaçants et ils n’ont commencé à s’entraîner ensemble que quelques semaines avant le début des Jeux. Comme les officiels et les journalistes canadiens ne leur donnaient aucune chance de monter sur le podium, la plupart d’entre eux n’ont pas assisté à la compétition. Le deux de pointe sans barreur canadien a causé toute une surprise en enlevant la médaille d’or par trois quarts d’une longueur de bateau. L’athlétisme a valu deux autres médailles au Canada, l’argent remporté par Bill Crothers au 800 m et le bronze remporté par Harry Jerome au 100 m.

Bill Crothers et Harry Jerome avec leurs médailles d'argent et de bronze remportée aux Jeux de Tokyo, en 1964. (CP Photo/COC)

Bill Crothers et Harry Jerome avec leurs médailles d’argent et de bronze remportée aux Jeux de Tokyo, en 1964. (CP Photo/COC)