Le cyclisme est inscrit au programme olympique depuis les premiers Jeux de l’ère moderne, en 1896. Cependant, ce sport a radicalement évolué au cours des dernières décennies.

Ce qui a commencé avec six épreuves réparties en deux disciplines est devenu le troisième sport en importance aux Jeux d’été, alors qu’il y aura 22 épreuves réparties dans cinq disciplines à Tokyo en 2020.

Commençons par faire la lumière sur les deux formes de cyclisme les plus anciennes – le cyclisme sur route et le cyclisme sur piste.

Quelles sont les épreuves olympiques de cyclisme sur route?

Comme son nom l’indique, le cyclisme sur route se dispute habituellement sur des routes pavées. Au programme olympique, on retrouve deux épreuves sur route chez les hommes et chez les femmes, soit la course sur route individuelle et le contre-la-montre individuel.

PLUS D’INFO : Le cyclisme sur route à Tokyo 2020

Athlète d'Équipe Canada en vélo de route

Sean MacKinnon roule jusqu’au bronze au contre la montre individuel en cyclisme sur route aux Jeux panaméricains 2015 à Milton, en Ontario. (LA PRESSE CANADIENNE/Darren Calabrese)

Le coup d’envoi de l’épreuve sur route individuelle est donné avec un départ de masse. Le but est d’être le premier ou la première cycliste à atteindre la ligne d’arrivée. Chez les hommes, la course se dispute généralement sur 250 à 280 kilomètres, tandis que chez les femmes, les distances varient entre 130 et 160 kilomètres. À Tokyo 2020, la distance du parcours sera de 234 km chez les hommes et de 137 km chez les femmes. Les cyclistes partiront du centre de Tokyo et se rendront loin en dehors de la ville, pour conclure près du mont Fuji.

Même s’il s’agit d’une épreuve individuelle, les cyclistes peuvent bénéficier de l’aide de leurs coéquipiers, qui peuvent se lancer à la poursuite des cyclistes qui sont en tête. La compétition masculine peut prendre six heures à compléter, tandis que chez les femmes, elle peut durer environ quatre heures.

Au contre-la-montre individuel, les compétiteurs se battent contre le chrono. Le ou la cycliste qui terminera avec le meilleur temps sera couronné(e) champion(ne). Aux Jeux olympiques, l’épreuve du contre-la-montre masculin se dispute sur 40 à 50 kilomètres. La course féminine se dispute sur de 20 à 30 km. À Tokyo 2020, le parcours sera une boucle, ce qui signifie que les cyclistes commenceront et termineront l’épreuve au même endroit. Les femmes parcourront un circuit de 22,1 km. Les hommes effectueront deux tours, donc le double de la distance. La gagnante franchit habituellement cette distance en 45 minutes, tandis que le champion met généralement prêt d’une heure.

Depuis quand le cyclisme sur route est-il une épreuve olympique?

Le cyclisme sur route figurait au programme des Jeux d’Athènes en 1896, mais il s’y trouve de façon continue depuis Stockholm en 1912. Les épreuves féminines ont été ajoutées aux Jeux de Los Angeles en 1984. Les épreuves du contre-la-montre tant masculine que féminine ont fait leur apparition aux Jeux d’Atlanta en 1996. Dans le passé, les hommes ont aussi disputé une épreuve sur route par équipes et un contre-la-montre par équipes sur 100 km.

Quelles sont les épreuves olympiques sur piste?

Les épreuves sur piste se tiennent dans le vélodrome, qui comporte des virages à 45 degrés. La piste du vélodrome olympique est d’une longueur de 250 mètres.

PLUS D’INFO : Le cyclisme sur piste à Tokyo 2020

Kelsey Mitchell en action dans un vélodrome

Kelsey Mitchell gagne l’or au sprint féminin lors des Championnats canaiens de cyclisme sur piste à Milton, en Ontario. Photo: COC/Dave Holland

Il existe des épreuves sur piste chez les hommes et chez les femmes, notamment le sprint par équipes, le sprint, le keirin, la poursuite par équipe, l’omnium et le madison. Les trois premières sont considérées comme des sprints. Les trois autres requièrent plus d’endurance.

Au sprint par équipes, deux équipes de deux cyclistes (chez les femmes) ou de trois cyclistes (chez les hommes) partent chacune du côté opposé de la piste. À la fin de chaque tour, le cycliste en tête se retire, ce qui signifie qu’il reste seulement un(e) compétiteur(trice) par équipe pour la dernière boucle. Le premier ou la première à traverser la ligne d’arrivée remporte l’épreuve.

Le sprint est une épreuve hautement tactique. Les deux cyclistes qui s’affrontent n’ont pas à demeurer dans leur corridor. Ils commencent côte à côte et commenceront souvent l’épreuve lentement, s’échangeant la position de tête avant de choisir le bon moment pour atteindre leur vitesse maximale et sprinter jusqu’à la ligne d’arrivée.

Le keirin est né au Japon, en 1948, et est devenu un sport olympique aux Jeux de Sydney 2000. La course de huit tours met en vedette des groupes de six ou sept cyclistes qui suivent généralement un motocycliste qui donne le rythme. Ce dernier augmente graduellement sa vitesse jusqu’à ce qu’il quitte la piste avec deux tours à faire, laissant les cyclistes sprinter jusqu’au fil d’arrivée.

Six cyclistes sur la piste du vélodrome

Monique Sullivan participe au keirin féminin en cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil, le 13 août 2016. (Photo COC/Mark Blinch)

Dans la poursuite par équipe, deux équipes de quatre cyclistes prennent le départ aux côtés opposés de la piste pour courir sur une distance d’environ 4000 mètres aussi rapidement que possible. La prise d’aspiration ou le drafting est une stratégie importante et vous verrez souvent les cyclistes changer de meneur(euse), envoyer le meneur ou la meneuse précédent(e) à l’arrière pour éviter qu’il ou elle ne s’épuise rapidement.

L’omnium est un nouveau format qui sera introduit à Tokyo 2020. Il s’agit de quatre épreuves disputées le même jour. Les cyclistes amasseront des points dans chacune de ces compétitions et celui et celle qui auront accumulé le plus haut total seront sacrés champions(ne)s. Les quatre épreuves sont la course de scratch, la course tempo, l’élimination avec départ groupé et la course aux points.

Le madison prend son nom du Madison Square Garden de New York. Les deux cyclistes qui participent au relais amassent des points chaque 10 tours, mais des points peuvent aussi être décernés ou retirés dans ses dépassements. La course masculine est disputée sur 120 tours (30 km) et celle des femmes sur 80 tours (20 km). Le madison masculin effectuera une première présence aux Jeux depuis les Jeux de Beijing 2008. Il fera ses débuts olympiques chez les femmes.

Au Championnat du monde de l’UCI, on retrouve quelques autres épreuves qui ne sont pas incluses aux Jeux olympiques, comme le contre-la-montre sur 1 kilomètre (chez les hommes), le contre-la-montre sur 500 mètres (chez les femmes), la poursuite individuelle, la course de scratch et la course aux points.

Depuis quand le cyclisme sur piste est-il une épreuve olympique?

Aux premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, à Athènes en 1896, on disputait un sprint masculin ainsi que quatre autres épreuves qui ont depuis été retirées, dont une course de 12 heures au cours de laquelle les compétiteurs devaient effectuer un maximum de tours. Chez les femmes, la première épreuve sur piste a été le sprint, qui a effectué ses débuts aux Jeux de Séoul 1988. Le cyclisme sur piste olympique a évolué au fil des décennies, plusieurs disciplines ont été ajoutées ou retirées.

Quelles sont les épreuves olympiques de vélo de montagne?

Il existe plusieurs épreuves de vélo de montagne sanctionnées par l’Union cycliste internationale (UCI), qui est la fédération internationale de ce sport, mais le format disputé aux Jeux olympiques s’appelle le cross-country. Le vélo de montagne a effectué ses débuts olympiques aux Jeux d’Atlanta en 1996, tant chez les hommes que chez les femmes.

PLUS D’INFO : Le vélo de montagne à Tokyo 2020

Catharine Pendral dans une descente rocailleuse

Catharine Pendrel roule jusqu’à la victoire à la Coupe du monde 2016 de vélo de montagne cross-country. (LA PRESSE CANADIENNE/Jacques Boissinot)

La caractéristique la plus unique du cross-country est le terrain sur lequel l’épreuve est disputée. On y retrouve de la forêt, des roches et des sauts sur lesquels il faut monter et descendre.

La course débute avec un départ de masse. Les compétiteurs doivent effectuer plusieurs tours du circuit, qui est d’une longueur de quatre à six kilomètres. L’épreuve dure environ 90 minutes.

Quelles sont les épreuves olympiques de BMX?

Le BMX (qu’on appelle aussi le bicycle motocross) est le petit dernier aux Olympiques. Les hommes et les femmes disputent l’épreuve de course depuis les Jeux de Beijing en 2008, tandis que l’épreuve de style libre en parc fera ses débuts à Tokyo en 2020 pour en faire deux disciplines de BMX aux Jeux olympiques.

PLUS D’INFO : Le BMX à Tokyo 2020

La course de BMX met aux prises des cyclistes divisés en vagues de huit, qui s’affrontent sur une courte piste sur laquelle l’on retrouve des buttes, des sauts ainsi que des virages serrés. Chaque course dure environ 30 secondes.

Le BMX style libre en parc est la seule épreuve cycliste jugée. Les juges évalueront les manœuvres de chaque participant(e), ainsi que leur style et leur exécution. Les compétiteurs effectueront deux fois le tour du parc, se servant de murs, de plateformes, de rampes et de surfaces inclinées afin de démontrer leur originalité, leur style, leur régularité, leur variété et leur contrôle.

Quelles sont les différences entre les vélos utilisés aux Jeux olympiques?

Quatre cyclistes de BMX en suspension dans les airs après un saut

Tory Nyhaug, à gauche, mène le peloton dans un saut lors de la finale de l’épreuve de BMX masculin aux Jeux panaméricains de Toronto, le 11 juillet 2015. Nyhaug a fini par remporter l’or. (LA PRESSE CANADIENNE/Nathan Denette)

Les vélos de cyclisme sur piste ont des engrenages fixes, ce qui signifie qu’ils n’ont qu’une vitesse et que les pédales vont tourner tant que les roues tournent aussi. On ne fait pas de descente avec un vélo à engrenage fixe! Les vélos utilisés en cyclisme sur piste n’ont pas de freins et les pédales sont plus hautes pour ne pas qu’elles touchent la piste inclinée du vélodrome.

Il existe des différences entre les vélos utilisés en cyclisme sur route. Ceux qui servent aux épreuves de contre-la-montre sont plus aérodynamiques. Le guidon force les cyclistes à être plus penchés sur leur monture et des disques couvrent les roues. Les vélos de cyclisme sur route sont plus légers et ils ont plusieurs vitesses, que les compétiteurs peuvent changer selon le terrain sur lequel ils roulent.

Les vélos de montagne sont plus lourds que les vélos de route. Ils sont construits afin d’encaisser les chocs du terrain. Leurs pneus sont plus larges et robustes et la barre droite permet aux coureurs de s’asseoir plus droit.

Que ce soit pour la course ou le style libre, les vélos de BMX sont plus petits que ceux des autres disciplines. Les vélos employés en style libre sont constitués de cadres plus robustes afin d’encaisser les chocs de chaque figure. Ceux pour la course sont bâtis pour être plus rapides, alors ils sont aussi plus légers.