De Charles Hamelin, à Clara Hughes en passant par Cindy Klassen et Marc Gagnon, nos patineurs et patineuses de vitesse ne nous ont habitués à rien de moins que des médailles.

En fait, si vous réunissez les deux types de patinage de vitesse, on se retrouve avec la discipline où le Canada a connu le plus de succès aux Jeux, avec 70 médailles…and counting.

Mais c’est aussi un fait qu’il s’agit vraiment de deux sports complètement différents. Et croyez-le ou non, les différences entre les deux sont plus extrêmes que vous ne le pensez.

Quelle est la grandeur des anneaux de patinage de vitesse?

L'Ovale de Gangneung accueuillera les épreuves de patinage de vitesse sur longue piste.

L’Ovale de Gangneung où les épreuves de patinage de vitesse sur longue piste de PyeongChang 2018 ont été disputées.

Comme vous l’avez sans doute deviné, le patinage de vitesse sur courte piste se pratique sur des pistes plus courtes, d’une longueur d’un peu plus de 111 mètres, tandis qu’en longue piste, on parle plutôt de 400 mètres.

La dimension réduite sur courte piste signifie que les virages représentent l’essentiel de la course, ce qui, comme nous le verrons, modifie considérablement la nature des attributs physiques des athlètes et aussi de leur équipement.

Quelles sont les épreuves en patinage de vitesse?

Les épreuves sur courte piste comprennent les courses individuelles sur 500, 1000 et 1500 mètres, en plus d’un relais de 5000 mètres pour les hommes et d’un relais de 3000 mètres pour les femmes. Une nouvelle épreuve olympique, celle du relais mixte, fera ses débuts aux Jeux de Beijing 2022.

Les courses sur courte piste se font par ailleurs en peloton de quatre à six concurrents. Il y a même de rares cas où vous verrez de sept à huit patineurs, les patineurs supplémentaires s’étant qualifiés à la suite de fautes commises à leurs dépens (par exemple, quand un(e) adversaire leur barre le chemin).

cinq patineurs de courte piste dans un virage.

Samuel Girard et Charles Hamelin en action lors du 1000 m masculin de patinage de vitesse sur courte piste aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, à Gangneung, en Corée du sud, le 17 février 2018. (Photo de Vincent Ethier / COC)

En longue piste, les épreuves individuelles se font sur des distances de 500, 1000, 1500, 5000 et 10 000 mètres, en plus des épreuves au départ en groupe chez les hommes et de la poursuite par équipe. Les épreuves féminines sont les mêmes, mis à part le fait qu’elles disputent un 3000 mètres au lieu d’un 10 000 mètres.

Pour leur part, les épreuves sur longue piste mettent de l’avant deux concurrents seulement à la fois – qui patinent chacun dans leur couloir.

Les épreuves sur longue piste comprennent le 500 m, 1000 m et 1500 m pour les deux genres ainsi que la poursuite par équipe. En addition, les hommes disputent aussi le 5000 m et le 10 000 m tandis que les femmes coursent le 3000 m et 5000 m. Le longue piste compte depuis quelques années une épreuve disputée en peloton, le départ groupé, où tous les participants sont sur la piste en même temps. Ayant fait ses débuts olympiques à PyeongChang 2018, le départ groupé est sans doute l’épreuve la plus chaotique de toutes les épreuves de patinage de vitesse puisque jusqu’à 24 concurrents prennent la glace à la fois.

Quel équipement est utilisé en patinage de vitesse?

Courtney Sarault mène la course.

Courtney Sarault mène une course lors de la Coupe du monde de patinage de vitesse disputée à Montréal, le 10 novembre 2019. (PHOTO: Greg Kolz)

Un des facteurs les plus importants (mais peut-être sous-estimé) qui distingue les deux sports se trouve au niveau de l’équipement.

Les patins de courte piste sont beaucoup plus rigides et ont une coupe plus haute pour aider les athlètes à composer avec les forces extrêmes dans les virages – et ils ont besoin de toute l’aide qu’on est en mesure de leur donner. Croyez-le ou non, des patineurs ressentent une pression d’un peu moins de trois G quand ils patinent dans les coins – soit à peu près la même force qu’une navette spatiale au moment du décollage. Les patins de longue piste, par contre, ont une coupe plus basse et sont assez flexibles pour qu’on puisse les plier à la main.

Une autre différence importante se trouve dans la conception des lames. Les patineurs sur longue piste portent ce qu’on appelle des « patins claps », qui ont un mécanisme d’articulation. Les lames sont attachées à l’avant du patin avec un gond lui permettant de se détacher du talon chaque fois que le patin quitte la glace. Ceci permet à la lame de rester en contact avec la glace plus longtemps tandis que la cheville peut librement se tendre à la fin de chaque enjambée. Au final, ceci permet d’y aller d’une foulée plus longue et plus efficace, un élément crucial dans les lignes droites sur longue piste.

Ted-Jan Bloemen effectue un croisé dans un virage

Ted-Jan Bloemen, du Canada, pendant le 5000 m à la Coupe du monde de patinage de vitesse d’Erfurt, dans le centre de l’Allemagne, le samedi 20 janvier 2018. (AP Photo / Jens Meyer)

Outre la technologie de la lame, il y a aussi une différence au niveau de la longueur. Les lames de courte piste mesurent de 12 à 18 pouces tandis que les lames de longue piste mesurent habituellement de 16 à 22 pouces.

La plus longue lame permet d’être plus rapide en ligne droite, tandis que la plus courte lame permet de mieux contrôler les virages.

Quelle technique est utilisée en patinage de vitesse?

La technique va de pair avec l’équipement. Quand des patineurs choisissent de faire d’un de ces deux sports leur spécialité, l’équipement doit s’adapter à leurs besoins – et leur technique aussi.

Vous remarquerez que les patineurs de courte piste sont les experts des virages. Ils sont en mesure de se mettre en position très basse pour exploiter leur erre d’aller. Cette technique souvent vue où ils mettent la main sur la glace est d’ailleurs cruciale pour les patineurs sur courte piste dans les moments où ils foncent dans les virages serrés.

Marianne St-Gelais attaque un virage

Marianne St-Gelais, du Canada, à gauche, patine devant la deuxième au classement, Suzanne Schulting, des Pays-Bas, et la troisième, Valerie Maltais, du Canada, à droite, lors de la finale du 1000 mètres féminin à la Coupe du monde de patinage de vitesse sur piste courte à Dresden, Allemagne de l’Est, samedi 4 février 2017. (AP Photo / Jens Meyer)

Les patineurs sur longue piste sont plus puissants et plus rapides dans les lignes droites, atteignant les 65 kilomètres à l’heure, mais ils n’effectuent pas de virages aussi serrés que leurs homologues sur courte piste. Pourquoi? C’est que leurs longues lames leur permettent d’aller vite en ligne droite, mais les gênent dans leur capacité à négocier les coins de la piste.

Quelle stratégie est utilisée en patinage de vitesse?

Un entraîneur montre un tableau à Denny Morrison

Le Canadien Denny Morrison reçoit les conseils de son entraîneur pendant une épreuve de longue piste aux Jeux olympiques de Sotchi 2014.

Bien franchement, outre les stratégies entourant l’endurance et la conservation énergétique, l’approche tactique ne s’applique pas vraiment sur longue piste puisque ces patineurs cherchent généralement à aller le plus vite possible. Certains pourraient faire valoir qu’ils peuvent se garder des forces au début d’une longue course afin de conserver de l’énergie, mais c’est là que s’arrête l’approche tactique dans le cas de ces athlètes.

En courte piste, l’aspect stratégique peut faire toute la différence. Parce que les courses se disputent en peloton, la tactique adoptée pour dépasser ses adversaires doit être bien planifiée et nécessite de bonnes habiletés ; il faut bien choisir son moment et bien doser ses énergies pour y aller d’un dépassement qu’on pourra qualifier de réussi. Le peloton peut aussi donner lieu à bien plus de situations dramatiques et de revirements de situation, alors que le plus grand nombre de concurrents sur la glace fait en sorte qu’il est fréquent de voir des collisions ou des chutes.

Un patineur tombe et entre en collision avec deux autres patineurs

Kwak Yoon-gy de la Corée du Sud tombe derrière Charles Hamelin et devant les Chinois Shi Jingnan et Wu Dajing, lors de la demi-finale du 1000 mètres à la Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste disputée à Séoul, en Corée du Sud, le dimanche 13 mars 2016. (Photo AP / Ahn Young-joon)

L’économie d’énergie est aussi un élément beaucoup plus important en courte piste. Bien souvent, ces patineurs disputent de six à sept courses au cours d’une fin de semaine, comparativement à une ou deux courses dans le cas des athlètes en longue piste. La capacité de conserver son énergie afin de terminer la course en force se trouve au cœur du calcul qu’il faut faire pour avoir du succès.

Bien que le patinage de vitesse sur courte piste et longue piste se ressemblent peut-être pas mal au premier coup d’œil, vous comprenez maintenant pourquoi on les considère comme deux sports différents.

Avec toutes ces connaissances dans votre poche, vous pourrez apprécier encore plus les excellents patineurs de vitesse du Canada. Et hé, si jamais vous voulez impressionner (ou mélanger) vos amis, essayez de plugguer les patins Clap ou la force G dans vos prochaines conversations.