On ne se le cachera pas, les Canadiens sont reconnus pour être très polis et pour tripper un peu trop sur la poutine!

Voici quelques moments où nos Canadiens nous ont rendus plus que fiers, tant sur la scène nationale qu’internationale.

Lawrence Lemieux porte secours à des voiliers adverses

Lawrence Lemieux, un marin originaire d’Edmonton, a prouvé que certaines choses sont plus importantes qu’une médaille. Aux Jeux olympiques de 1988 à Seoul, Corée du Sud, il s’est arrêté en pleine course pour porter secours aux Singapouriens Joseph Chang et Shaw Her Siew, dont le voilier avait chaviré en raison des forts vents atteignant les 35 nœuds. Même s’il était en bonne voie de terminer la course en deuxième position, il a plutôt choisi de braver les hautes vagues de près de 4 mètres pour venir en aide aux deux athlètes à la merci de l’eau tumultueuse.

Pour souligner son acte héroïque, il s’est vu décerner la médaille Pierre de Coubertin ainsi qu’une deuxième place honoraire.

Keegan Messing tient le drapeau pour Yuzuru Hanyu

En septembre 2019, à la Classique d’automne à Oakville, Keegan Messing n’a pas simplement remporté l’argent. Durant la cérémonie de remise des médailles, alors que l’hymne national japonais jouait pour célébrer la médaille d’or de Yuzuru Hanyu, le drapeau nippon était tout entortillé. Sans hésiter, Messing a déployé le drapeau japonais et l’a tenu jusqu’à la fin de l’hymne national de son compétiteur. Par ce geste, il a su faire briller nos valeurs canadiennes en mettant de côté rivalité et esprit compétitif pour aider un adversaire à vivre pleinement sa victoire.

Bianca Andreescu reéconforte Serena Williams à la Coupe Rogers

Tu peux te donner une petite tape dans le dos quand même la légende du tennis Serena Williams reconnait ta gentillesse! Après seulement quatre jeux en finale de la Coupe Rogers, l’Américaine n’a pu poursuivre la compétition en raison de douleurs insupportables. En entendant la nouvelle, Bianca s’est tout de suite précipitée à ses côtés pour la réconforter. Bianca venait de devenir la première Canadienne en 50 ans à gagner la Coupe Rogers et, au lieu de célébrer, elle a préféré remonter le moral de son adversaire.

« Bianca, tu es une incroyable athlète, lui a affirmé Williams. Je suis officiellement une fan. »

Justin Wadsworth règle un problème de ski

L’entraîneur de ski fond Justin Wadsworth a fourni un excellent exemple des valeurs canadiennes aux Jeux de Sochi 2014. En regardant la course de ski de fond masculin, il s’est aperçu que le Russe Anton Gafarov avait brisé un des ses skis et ne pouvait donc pas compléter l’épreuve. Wadsworth s’est emparé d’un des skis de rechange de sa propre équipe et est accouru aux côtés de Gafarov. Il lui a retiré son ski endommagé pour le remplacer par un nouveau et lui permettre de finir la course. Il ne s’agit peut-être que de quelques secondes, mais elles ont fait toute la différence pour Gafarov. En raison de la barrière linguistique, les deux hommes n’ont pas réellement échangé, mais la gentillesse, elle, est universellement comprise!

L’équipe canadienne de rugby aide des sinistrés japonais

Alors que l’équipe Canadienne de rugby était fin prête à affronter la Namibie à la Coupe de monde de rugby, en octobre dernier à Kamaishi, au Japon, les athlètes ont appris que la partie serait annulée en raison de l’alerte à l’ouragan Hagibis. Complètement à l’image de sa patrie, au lieu de prendre une journée de repos, l’équipe a plutôt choisi de se rendre dans différents secteurs affectés par l’ouragan et d’aider la communauté à ramasser les débris. Certains dégageaient la boue des rues alors que d’autres aidaient à nettoyer des maisons inondées de plus d’un mètre d’eau!

Rudi Swiegers et le patin brisé

Paige Lawrence et Rudi Swiegers réalisent une figure.

Paige Lawrence et Rudi Swiegers offrent une performance en bronze chez les couples aux Championnats des quatre continents de l’ISU, le 18 février 2011, à Taipei, Taïwan. (AP Photo/Wally Santana)

C’est alors qu’il participait au Championnat des quatre continents 2011 de Taipei, en Taïwan, que les valeurs olympiques canadiennes du patineur artistique Rudi Swiegers ont brillé devant tous.

Swiegers avait déjà patiné et regardait maintenant les performances de ses compétiteurs. C’est alors que le patin de l’Américain Mark Ladwig s’est brisé en plein programme. Dans le cas d’une telle situation, le patineur n’a que trois minutes pour rectifier la situation et se remettre en action, sans quoi il sera disqualifié. Swiegers n’a pas hésité : s’étant déjà entraîné avec Ladwig, il savait qu’ils portaient tous deux la taille 9. Il a donc été offrir son patin afin que Ladwig puisse compléter son programme.

Les Canadiens en aide aux athlètes russes de biathlon

Athlète russe de biathlon tirant du fusil

Athlète russe de biathlon tirant du fusil (source : arcticwintergames.com)

L’hospitalité canadienne a encore fait ses preuves en 2018, à l’occasion des Jeux d’hiver de l’Arctique, dans les Territoires du Nord-Ouest. Lorsque les athlètes russes de biathlon se sont vus dans l’incapacité d’apporter leurs propres fusils de la Russie, des Canadiens de Hay River et Fort Smith leur ont rapidement fourni les 16 fusils dont ils avaient besoin. Grâce à cet acte de gentillesse et de générosité, les athlètes russes ont non seulement pu participer à la compétition, mais aussi remporter des nombreux ulus d’or et d’argent!

Psitt! Un ulu est un couteau universel propre à la culture inuit!

Gilmore Junio cède sa place à Denny Morrison à Sotchi 2014

Gilmore Junio posant avec Denny Morrison, tenant le drapeau canadien

Denny Morrison (gauche) posant avec sa médaille d’argent aux côtés de Gilmore Junio (droite) qui lui a cédé sa place à la course du 1000 m à Sochi 2014.

Gilmore Junio a fait fondre les cœurs des Canadiens aux Jeux olympiques de Sochi 2014, lorsqu’il a renoncé à sa place au 1000 m en patinage de vitesse sur longue piste pour laisser son coéquipier Denny Morrison participer.

Ce dernier était tombé lors des qualifications nationales, ruinant toute chance pour lui de se qualifier pour cette catégorie. Junio était bien plus performant au 500 m et a eu la réalisation que Morrison, alors double champion du monde, aurait de meilleures chances de gagner une médaille pour le Canada au 1000 m.

L’acte altruiste de Junio a finalement porté fruit puisque Morrison s’est mérité l’argent. Pour souligner la noblesse de son geste, les Canadiens ont donné 7 000$ afin qu’il puisse recevoir sa propre médaille commémorative.