En mars 2018, Maddy Grant était ouverte à toutes les possibilités qui pouvaient se présenter quand elle s’est rendue à Kingston, en Ontario, pour participer à l’événement local de qualification du Camp des recrues RBC.

Sept mois plus tard, elle paradait à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de la jeunesse d’été de 2018 à Buenos Aires en tant que membre de l’équipe féminine de rugby à sept qui allait remporter une médaille de bronze.

Sur le point d’amorcer sa quatrième année, le programme du Camp des recrues RBC est une recherche innovatrice pancanadienne des futurs médaillés olympiques du pays. À travers des événements de qualifications, les athlètes sont testés et ceux qui sont identifiés avec un haut potentiel athlétique reçoivent de RBC un appui financier et l’accès à des ressources qui les aideront à atteindre leur rêve olympique.

Maddy Grant lors de la finale régionale du Pacifique du Camp des recrues RBC 2018.

En 2019, huit fédérations nationales de sport suivront de près les résultats obtenus par les athlètes âgés de 14 à 25 ans dans le cadre de divers tests de force, de vitesse, de puissance et d’endurance afin de repérer ceux et celles qui ont un potentiel exceptionnel. Les FNS pourraient découvrir un(e) athlète issu(e) d’un autre sport ou, comme dans le cas de Grant, en apprendre encore davantage sur un(e) athlète qui se trouve déjà dans leur système.

À LIRE : Tout ce que vous devez savoir sur le Camp des recrues et comment participer

En août 2017, Grant avait quitté sa ville natale de Cornwall, en Ontario, pour s’entraîner à l’Académie de développement de Rugby Canada à Langford, en Colombie-Britannique. Bien qu’elle avait entendu parler du Camp des recrues RBC par des amis, c’est l’un de ses entraîneurs, l’ancien joueur international canadien Adam Kleeberger, qui l’a vraiment convaincue de participer à une séance d’évaluation.

« Dans ma tête, j’espérais avant tout me donner une longueur d’avance dans mon sport actuel, le rugby », a déclaré Grant à Olympique.ca. Mais quand elle a aussi été identifiée pour le cyclisme et l’aviron, elle a tenté sa chance dans ces deux sports avant de décider de s’en tenir au rugby.

Maddy Grant pendant l’épreuve d’endurance lors de la finale régionale du Pacifique du Camp des recrues RBC 2018.

« Ce fut une expérience incroyable et je me suis beaucoup amusée à essayer ces deux sports », a dit Grant, qui a dû sortir de sa zone de confort. « Je pense qu’en fin de compte, cela a fait de moi une meilleure athlète dans la mesure où j’ai pu avoir confiance en mes propres moyens grâce au soutien dont je disposais pour essayer de nouveaux sports. »

Inscrivez-vous au Camp des recrues RBC 2019

Grant avait fait partie des athlètes les plus performants au camp d’évaluation de Kingston et, du coup, elle a mérité une invitation pour une finale régionale. Elle a été relocalisée à la finale de Vancouver puisque cet événement avait lieu plus près de son lieu de résidence. Des sentiments de nervosité et d’excitation l’accompagnaient. À 17 ans, elle était parmi les plus jeunes compétiteurs de la finale régionale. Toutefois, elle était bien préparée puisqu’elle avait participé à des tests similaires tout au long de l’année avec ses coéquipières de l’équipe de rugby.

« Je devais simplement faire ce que je savais que j’étais capable de faire et ce pour quoi je savais que je m’étais entraînée », a-t-elle déclaré.

Ne laissant personne ni quoi que ce soit l’intimider, Grant a obtenu des résultats remarquables à Vancouver et a été déclarée gagnante de cette finale régionale.

« Cela m’a totalement prise au dépourvu, a-t-elle dit.  La compétition là-bas était incroyable. J’étais vraiment fière de sortir gagnante de cette finale. »

Maddy Grant entourée des olympiens RBC après avoir été annoncée comme championne féminine de la finale régionale du Pacifique du Camp des recrues RBC 2018.

Ses résultats dans les tests ne furent cependant pas sa seule source de motivation pour la suite de sa carrière. Elle a aussi été inspirée par les paroles et l’expérience des athlètes de haute performance actuels, les olympiens RBC qui assistent souvent à ces séances d’évaluation pour montrer leur soutien à la prochaine génération.

« J’ai réalisé la voie que je devais suivre, en quelque sorte, a déclaré Grant. Je devais exceller pour obtenir le type d’avantages que le Camp des recrues RBC pouvait m’offrir, alors ça m’a poussée encore plus. »

La carrière de Grant a pris son envol depuis que son potentiel élevé a été détecté. Avant de participer aux Jeux olympiques de la jeunesse, elle faisait partie de l’équipe canadienne qui a tout juste raté le podium à un tournoi de rugby à sept à Hokkaido, au Japon au mois de septembre.

« Je pense que si je n’avais pas vécu le processus du Camp des recrues RBC, je n’aurais certainement pas été aussi motivée, a dit Grant à propos de l’incidence du programme sur sa carrière. Le fait de voir le processus de détection de talent des athlètes prometteurs qui participent au programme… ça m’a poussée encore plus de voir qu’ils essaient d’identifier tous ces athlètes de tous les horizons qui pourraient potentiellement se présenter et exceller dans le sport que je pratiquais déjà. »

« Ça m’a poussée à devenir plus compétitive. »

Grant a un conseil pour tous les jeunes athlètes de partout au Canada qui se demandent s’ils devraient s’inscrire ou non au Camp des recrues RBC cette année :

« Absolument! Allez-y, ayez confiance en vos capacités et ne laissez pas les autres participants vous intimider. Parce qu’il n’y a que du positif à participer au Camp des recrues, que ce soit recevoir un financement de RBC ou encore avoir la chance de vivre l’expérience de ce type d’environnement positif dans lequel vous savez que des centaines de personnes vous soutiennent tout au long du processus. »