Tout le monde a déjà vécu le stress de faire sa valise avant de partir en voyage en cochant mentalement les vêtements et articles de toilette à ne pas oublier.

Pour les athlètes de haute performance, la liste est encore plus longue : il y a les tenues de compétition et les vêtements d’échauffement, en plus de l’équipement sportif en tant que tel. Imaginez maintenant devoir préparer et apporter la majorité de la nourriture que vous consommerez pendant votre séjour. Bienvenue dans la vie de la patineuse artistique Meagan Duhamel.

Championne du monde en titre en couple et triple médaillée olympique avec son partenaire Eric Radford, elle est végétalienne depuis 10 ans. Meagan nous donne un aperçu du contenu moyen de sa valise avant de partir en compétition.

Qu’est-ce qu’elle peut bien trimbaler avec elle?

De la levure alimentaire à saupoudrer sur les légumes, un mélange de superaliments (graines de chia, graines de lin, graines de chanvre) à ajouter aux céréales, des mini-barres granolas à manger dans l’avion, des graines de citrouille, de l’eau de coco, du lait d’amande, des collations liquides aux graines de chia (qui comprennent du chou frisé et de la spiruline pour une ration de légumes verts bios), des mangues et des pommes séchées, des barres granolas au quinoa et des burritos maison à la patate douce, au tofu et au tempeh.

« J’apporte autant de nourriture que possible, et ensuite, je fais des recherches pour savoir quels genres de restaurants végétaliens il y a sur place. J’en apporte suffisamment pour quelques jours et si j’ai besoin d’autres repas, je peux toujours aller dans les restaurants que j’ai trouvés », explique Meagan.

Meagan a appris à ses dépens qu’elle devait préparer sa nourriture.

Smoothie à la citrouille avec dattes, graines de citrouille et gruau.

Meagan est littéralement devenue végétalienne du jour au lendemain. « À mon réveil, j’ai fait le ménage de mon placard, de mes armoires et de mon réfrigérateur, raconte-t-elle. J’ai pris mon café sans lait pour la première fois parce que je n’avais pas de substituts à la maison et je suis partie de là. J’ai pris la décision sur l’impulsion du moment. »

Peu après, elle se rendait aux Championnats canadiens de Saskatoon, son premier voyage comme végétalienne.

View this post on Instagram

Made a fresh supply of granola :-)

A post shared by Meagan Duhamel (@meaganduhamel) on

J’ai fait une portion fraîche de granola.

« À partir de l’aéroport, nous allions directement à l’aréna pour l’entraînement, et je me suis dit que je mangerais quelque chose là, sans trop réfléchir. Mais à l’aréna, il n’y avait aucun choix santé, et encore moins de choix végétalien, sauf des bananes. J’ai fait ma journée avec seulement deux bananes », se souvient-elle.

Depuis, l’organisation de ses repas a pris une grande importance. C’est aussi beaucoup plus facile depuis que le végétalisme n’est plus aussi marginal. Le site Web happycow.com lui permet de trouver des restaurants et des épiceries partout dans le monde parce qu’elle s’est rendu compte qu’elle ne peut pas toujours se fier aux repas fournis par les organisateurs des compétitions.

Heureusement, la culture japonaise joue en sa faveur.

Les Japonais prennent soin de moi. Déjeuner spécial légumes!

« Pour déjeuner, il y a toujours du tofu. Ils mangent aussi des épinards cuits à la vapeur et des patates douces. Il y a beaucoup de choix santé. »

Elle éprouve plus de difficultés en Europe, particulièrement en France et en Allemagne.

À LIRE : Duhamel et Radford remportent leur deuxième médaille de PyeongChang 2018

« En général, il n’y a même pas de salades au restaurant. Leur salade, c’est de la laitue iceberg avec des tomates. Mais ce n’est pas assez nourrissant pour faire un repas. On est loin de la salade d’épinards avec plein de légumes et quelques noix », dit Meagan.

En décembre dernier, Eric Radford et elle ont participé à une tournée de deux semaines en Allemagne. Même si on lui a assuré qu’il y aurait des repas végétaliens au menu, elle n’a trouvé que des bretzels avec de la moutarde. Elle se promet d’être mieux préparée pour la tournée de cette année.

View this post on Instagram

Granola kale fruit salad! Breakfast of champions!

A post shared by Meagan Duhamel (@meaganduhamel) on

Salade de fruits au granola et au kale! Déjeuner des champions!

Une de ses expériences les plus difficiles a été les Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi où elle a aidé le Canada à remporter la médaille d’argent à l’épreuve par équipe inaugurale. Comme le séjour était plus long que d’habitude pour une compétition de patinage artistique, elle n’avait de la nourriture que pour les premiers jours où elle était en compétition. Elle espérait trouver un substitut de yogourt à manger avec les cinq pots de granola maison qu’elle avait apportés, mais il n’y en avait nulle part. Elle s’est rabattue sur du tofu qu’elle a pilé jusqu’à ce qu’il prenne la consistance du yogourt. Tous les soirs, elle mangeait un ragoût de lentilles indien parce que la cafétéria du village des athlètes avait beau être immense, elle était loin d’être adaptée aux besoins des végétaliens.

« J’adorais le ragoût de lentilles, mais après trois semaines, je n’en pouvais plus. »

À LIRE : Duhamel et Radford: Boucler la boucle avec un moment olympique

Le personnel de l’équipe de mission du Canada a fait de son mieux pour accommoder les athlètes avec des exigences nutritionnelles particulières, mais ils devaient se contenter de ce qu’ils pouvaient trouver dans les épiceries de Sotchi.

« Quand je suis revenue à la maison, j’ai eu une rage d’épinards, de chou frisé, de bette à cardes et de brocoli pas possible », raconte-t-elle.

Dîner coloré!

Même si c’est toute une affaire de s’assurer qu’elle mange convenablement sur la route, Meagan dit que les bienfaits de son régime végétalien, qu’elle équilibre en prenant des suppléments de vitamine B12 et de fer, surpassent de loin les inconvénients.

« Très rapidement, j’ai perdu du poids. Ce n’était pas mon seul objectif quand j’ai changé de régime, mais j’ai vite perdu du poids », dit Meagan en parlant des débuts de son nouveau mode de vie. « Après quelques mois, j’ai remarqué une différence dans la qualité de mon sommeil et dans l’apparence de ma peau. Le soir, je n’avais qu’à m’essuyer le visage avant d’aller me coucher. Ma peau était plus lumineuse, j’avais plus d’énergie et je dormais mieux. Au réveil, je me sentais plus reposée. »

Avec son corps découpé et musclé, Meagan est parmi les patineuses artistiques les plus athlétiques au monde. Elle doit s’entraîner et exécuter des figures comme le quadruple Salchow lancé ainsi que le quadruple Lutz.

« Mon alimentation me permet de bien m’entraîner et de m’entraîner beaucoup parce que je manque rarement d’énergie. En après-midi, quand tout le monde est épuisé au gym, moi, je suis souvent la seule qui a encore de l’énergie. »

Eric Radford et Meagan Duhamel lors du programme court de l’épreuve par équipes aux Jeux olympiques de PyeongChang, le 12 février 2018. (Photo: Jason Ransom/COC)

Elle est aussi surprise par sa capacité de récupération et de guérison.

« Pendant l’été, j’ai eu très mal à un genou pendant une semaine, et puis c’est passé. Je récupère vraiment vite à cause de la nourriture que je donne à mon corps, explique-t-elle. C’est dur de mettre le doigt sur la raison exacte, mais tous les athlètes végétaliens que j’ai rencontrés ou à propos desquels j’ai lu se remettent particulièrement rapidement d’un entraînement difficile ou d’une situation semblable. »

J’ai fait ma première lasagne! Complètement végétalienne. Fromage ricotta de tofu, farce d’épinard et pâte de kamut.

Parmi ces athlètes, il y a son coéquipier de l’équipe nationale Elladj Baldé, qui s’entraîne maintenant avec le mari de Meagan, Bruno Marcotte, depuis son retour à Montréal après plusieurs années à Detroit. Il avait déjà commencé à faire le ménage de son alimentation, mais elle lui a offert soutien et conseils sur les aliments à mettre dans sa valise pour son voyage dans les Alpes en septembre où il a remporté sa première victoire sur la scène internationale au Trophée Nebelhorn à Oberstdorf en Allemagne.

Meagan se décrit comme appliquée et capable de se motiver par elle-même. Sans aucune connaissance du domaine, elle est devenue végétalienne et a fait des études en nutrition holistique pendant deux ans au Collège spécialisé en nutrition naturelle. Passionnée d’alimentation, elle alimente également un blogue personnel sur le mieux-être, Lutz of Greens.