Novembre 2015 : Olympique.ca explore l’évolution du sport – détails.

Il y a de très bonnes chances que l’équipement utilisé par vos athlètes préférés ait évolué depuis que vous avez commencé à suivre votre équipe.

Le sport est une question de performance, et tous les moyens sont bons pour s’améliorer. C’est pourquoi il nous arrive d’être témoins de progrès spectaculaires et fulgurants.

Le maillot de la controverse

Il n’aura fallu à la combinaison qu’un seul été, l’été 2009, pour révolutionner la natation d’élite.

Le maillot une-pièce n’était pourtant pas une nouveauté. La légende veut qu’on ait dû découper la combinaison adidas du grand Ian Thorpe après chaque course des Jeux de 2000 à Sydney pour que l’Australien s’en extirpe. Speedo a introduit sa combinaison LZR Racer aux panneaux stratégiques renforcés de polyuréthane à temps pour les Jeux de 2008 à Beijing.

Le grand bouleversement est survenu aux Championnats du monde de 2009 à Rome quand la quantité de polyuréthane utilisée dans la fabrication des maillots a explosé. La compagnie italienne Jaked a mis sur le marché une combinaison entière faite de la nouvelle matière. Le chaos. Michael Phelps a même perdu une course parce qu’il nageait toujours avec sa combinaison LZR Racer, un geste de bravade (ou des obligations contractuelles). La nouvelle combinaison donnait un profil aérodynamique aux nageurs et leur permettait presque de flotter.

An example of a Jaked full-body suit, eventually banned by FINA.

An example of a Jaked full-body suit, eventually banned by FINA.

Avant la combinaison, un nageur d’élite pouvait espérer retrancher un dixième de seconde dans une course de 100 m en s’entraînant pendant un an. Avec la combinaison Jaked, les nageurs amélioraient leur temps d’une pleine seconde.

Prise au dépourvu, la Fédération internationale de natation (FINA) a imposé certaines règles sur la longueur des combinaisons et le matériel utilisé dans leur confection à temps pour le début de la saison 2010. Aujourd’hui sur 40 records du monde de natation (de l’époque), seize ont été inscrits en 2009 à Rome, faisant ainsi la preuve incontestable de l’effet indélébile de la combinaison Jaked.

Le patin clap

Les records de patinage de vitesse ont déboulé à la fin des années 90 quand les athlètes d’élite ont adopté le patin clap. La nouvelle technologie permettait dorénavant de détacher la lame du talon et de la remettre en place à l’aide d’une charnière aux orteils.

Dans son livre, Clara Hughes écrit : « En permettant d’appliquer davantage de pression avec le mollet, la lame en acier durci reste en contact plus longtemps avec la glace, maximisant ainsi l’énergie investie. » (Traduction libre)

Une très bonne photo du fonctionnement du patin clap qui permet un contact plus long entre la lame et la glace.

Depuis l’introduction du patin clap, les athlètes ont peaufiné leur technique pour augmenter la durée du contact entre la lame et la patinoire, mais l’effet de l’équipement sur la discipline ne fait aucun doute. Les amateurs de patinage de vitesse dans le monde connaissent très bien le son « clap, clap, clap, clap » qui rythme les compétitions partout dans le monde. La carrière de Catriona Le May Doan était à son apogée quand le patin clap a fait son apparition, et elle est devenue la première Canadienne à défendre sa médaille d’or olympique sur patin clap en 2002 à Salt Lake City.

À lire : Évolution du sport : l’apport des nouvelles technologies

La super-brosse

À part un bâton de ski, il n’y a rien de plus banal qu’une brosse de curling. Elle a pourtant déchaîné les passions pendant la saison 2014.

Qu’on l’adore ou qu’on la trouve drôle, la populaire commande de curling « Plus fort! » sert à influencer la vigueur du « brossage » pour créer de la friction sur la glace perlée et altérer la trajectoire d’une pierre.

« L’an dernier à plusieurs reprises, nous avons remarqué que nous n’arrivions pas à produire les mêmes effets sur les pierres que certains de nos adversaires », raconte Brad Jacobs, dans un article de TSN (anglais). Au début, je pensais que c’était un problème de brossage, mais je me suis rendu compte que c’était impossible parce que nous avions deux des meilleurs brosseurs au monde. »

Brad Jacobs avec une brosse normale pendant le Brier 2015.

Brad Jacobs avec une brosse normale pendant le Brier 2015.

C’est vrai que les olympiens Ryan et E.J. Harnden en imposent. Les gars brossent comme personne. Qu’est-ce que les autres équipes pouvaient bien faire de plus?

Comme l’écrit Bob Weeks dans le même article de TSN, « … la brosse creuse de petites crevasses sur la glace dans la trajectoire de la pierre. Orientez la tête de la brosse dans l’autre direction, et la brosse dessine des crêtes qui ralentissent la pierre. C’est le résultat du “tissu multidirectionnel” et des différentes “caractéristiques de brossage” ».

Plusieurs équipes de curling d’élite, dont celles des médaillés d’or olympiques Brad Jacobs, Brad Gushue et Jennifer Jones, se sont engagées par écrit à ne pas employer de brosse faite de « tissu multidirectionnel ».

La Fédération internationale de curling a également banni les super-brosses d’une prochaine compétition.

Le bâton de hockey en composite

Le bon vieux hockey. Une paire de gants usés. Des patins confortables comme les pantoufles de papa. Et… le classique bâton Sher-Wood à la palette recouverte de couches de ruban remontant à plusieurs décennies.

Rien ne trahit plus votre âge que le souvenir de vos vieux bâtons Sher-Wood ou Titan. Ils ont disparu de la circulation.

Comme l’explique le journaliste Dave Feschuk du Toronto Star dans cette excellente frise chronologique (anglais), les fabricants sont à la recherche d’alternatives au bois et à la fibre de verre depuis les années 50.

Easton domine le marché avec le progrès de ses bâtons de hockey.

Easton domine le marché avec le progrès de ses bâtons de hockey.

Le bâton de composite a fait son entrée sur le marché au début des années 2000 et maintenant, il est partout. En résumé, on appelle composite les bâtons faits de fibre de carbone, d’aluminium, de fibre de verre et de kevlar.

En plus de donner un bâton plus léger, les matériaux composites modifient le comportement du bâton selon le type de lancer pour plus de puissance grâce à la flexibilité et à l’effet de fouet. Maintenant, quand on parle bâtons, on parle de point de flexion et de souplesse. Pour la lame, on parle de courbe et d’angle d’inclinaison.

Le ballon de soccer

Frapper du pied un ballon de soccer parfaitement gonflé est un plaisir universel que même les personnes les plus sédentaires peuvent apprécier.

Mais le ballon n’est plus ce qu’il était. Dans ce superbe article du New York Times (anglais), le premier ballon de cuir lacé est méconnaissable à côté du Brazuca, le ballon de l’équipementier adidas pour la Coupe du monde de 2014, fait de panneaux soudés à chaud.

 

30 ans de ballons de soccer. (Crédit : New York Times)

30 ans de ballons de soccer. (Crédit : New York Times)

Selon adidas, moins il y a de panneaux dans un ballon, plus il est uniforme. La chambre à air de butylcaoutchouc offre aussi une performance plus prévisible.