Biographie :

Depuis sa première participation aux championnats nationaux en 2006, Lee Parkhill ne souhaite qu’une chose : représenter le Canada sur la scène internationale. Le fait saillant de sa carrière a été sa qualification pour TORONTO 2015, de véritables Jeux à domicile pour le navigateur qui s’entraîne au Royal Canadian Yacht Club. Il en a ajouté en y remportant la médaille de bronze en Lazer et en terminant au 5e rang à l’épreuve test de Rio 2016. En juin 2016, Lee a terminé au 4e rang de la Coupe du monde de Weymouth and Portland après deux 2es places à ses dernières courses. Lee a réalisé sa meilleure performance en carrière en novembre 2011 lorsqu’il a terminé 5e à la régate internationale de voile de Melbourne. Cependant, un mois plus tard il a accumulé des contre-performances aux Championnats du monde de l’ISAF ainsi qu’à la première moitié des essais canadiens pour l’équipe olympique de 2012. En conséquence, Lee a terminé 3e parmi les Canadiens en lice, il lui a donc été impossible d’obtenir son billet pour participer aux Jeux olympiques. Il s’est rattrapé en 2012 en égalant son meilleur résultat aux Championnats du monde, soit une 16e place.

À propos de l’athlète…

Famille : Fils d’Allan et de Maurie et frère cadet de Brett, il est marié à Alexandra. Sa fille Emma est née en avril 2016. Débuts : Il a fait ses débuts en voile à l’âge de 8 ans, et à 13 ans, il a commencé à concourir en suivant les traces de son frère. La famille entière était impliquée dans le sport. Au-delà de la voile : Il a obtenu un baccalauréat en commerce de l’Université de Guelph en 2010. Il adore travailler le bois, faire du crossfit et du vélo, et passer du temps à son chalet. On le surnomme Leeroy. Il voyage toujours avec un drapeau canadien qui a été signé par tous ceux qui ont assisté à une activité de collecte de fonds organisée pour l’appuyer en 2012. Sa citation préférée est de Steve Prefontaine : « Ne pas aller au fond de soi, c’est un peu renier son talent. »