Croyez-le ou non, il y avait des athlètes présents à Rio qui ne portaient pas les couleurs d’Équipe Canada. En fait, il y en avait beaucoup !

Quelques-uns d’entre eux ont offert des performances qui resteront gravées dans le patrimoine des Jeux olympiques. Alors que nous tournons la page sur Rio 2016, voilà un top 10 des histoires de ces Jeux qui n’ont pas impliqué de représentants de l’unifolié.

Trois fois triple pour Usain Bolt

Jamaica's Usain Bolt ahead of the 200m Olympic heats on August 16, 2016 in Rio de Janeiro.

Le Jamaïcain Usain Bolt avant sa demi-finale de l’épreuve du 200 m aux Jeux olympiques de 2016, à Rio.

Usain Bolt soutient qu’il est le plus grand sprinteur de tous les temps, et en vertu de ses performances à Rio, qui peut le contredire ? L’icône du sprint jamaïcaine a réussi un exploit qui ne sera probablement jamais réédité, soit le « triple triple », c’est-à-dire remporté trois médailles d’or olympiques aux épreuves du 100 m, du 200 m, et du relais 4X100 m, lors de trois Jeux consécutifs.

Van Niekerk’s fracasse le record du monde

South Africa's Wayde Van Niekerk, right, competes in the men's 400-meter final during the athletics competitions of Rio 2016 at the Olympic stadium in Rio de Janeiro, Brazil, Sunday, Aug. 14, 2016. (AP Photo/Natacha Pisarenko)

Le Sud-Africain Wayde Van Niekerk (droite) lors de la finale de l’épreuve du 400 m aux Jeux de 2016, à Rio. (AP Photo/Natacha Pisarenko)

Bolt n’a pas été le seul à réécrire l’histoire sur la piste d’athlétisme. Prenant part à la finale du 400 m dans le couloir numéro huit, Wayde van Niekerk de l’Afrique du Sud a créé une onde de choc au Stade olympique lorsqu’il a remporté la médaille d’or en établissant une nouvelle marque mondiale. Sa performance de 43,03 secondes a ainsi relégué celle de Michael Johnson en 1999 au second rang.

Phelps en requin

United States' Michael Phelps races the men's 4x100-metre medley relay during the 2016 Olympic Summer Games in Rio de Janeiro, Brazil on Saturday, Aug. 13, 2016. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

Michael Phelps lors des Jeux de 2016, à Rio. THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

Le nageur Michael Phelps, l’athlète le plus décoré de tous les temps aux Jeux olympiques tous sports confondus, a ajouté cinq médailles d’or et une d’argent à son palmarès pour porter son impressionnant total à 28. Sa compatriote Katie Ledecky a quant à elle fracassé deux records du monde (400 et 800 m style libre) en route vers quatre récompenses d’or et une d’argent.

Simone Biles tout en style

United States' Simone Biles performs on the balance beam during the artistic gymnastics women's team final at the Rio 2016, Rio de Janeiro, Brazil. (AP Photo/Rebecca Blackwell, File)

L’Américaine Simone Biles lors de sa routine en gymnastique artistique en final des Jeux olympique de 2016, à Rio. (AP Photo/Rebecca Blackwell, File)

La gymnaste américaine Simone Biles a entamé ses premiers Jeux olympiques pleine d’ambitions. Et elle les a réalisés. À 19 ans seulement, Biles a raflé l’or au cheval d’arçon, au concours général par équipe, au sol ainsi qu’au concours général individuel. Elle a également remporté une médaille de bronze à la poutre. Biles a eu l’honneur de porter le drapeau américain à la cérémonie de clôture.

Les îles Fidji triomphent

Fiji's players after winning the men's rugby sevens gold medal match against Britain at the Rio 2016, Brazil, Thursday, Aug. 11, 2016. (AP Photo/Themba Hadebe)

Les joueurs de l’équipe de rugby célèbrent après avoir remporté la médaille d’or au rugby à sept contre la Grande-Bretagne aux Jeux de 2016, à Rio. (AP Photo/Themba Hadebe)

Pour le premier tournoi olympique de rugby à sept de l’histoire, les partisans des Îles Fidji ont passé par toute la gamme des émotions. L’équipe masculine a en effet remporté la médaille d’or à Rio aux dépens des Anglais. Il s’agissait de la première médaille olympique de toute l’histoire du pays.

Rédemption pour Neymar

Brazil's Neymar celebrates at the end of a quarter-final match of the men's Olympic football tournament against Colombia in Sao Paulo, Brazil, Saturday Aug. 13, 2016. Brazil won 2-0 and qualified for the semi-finals.(AP Photo/Leo Correa)

Le Brésilien Neymar célèbre après la victoire de son équipe en quarts de finale contre la Colombie aux Jeux de 2016, à Rio. (AP Photo/Leo Correa)

Neymar, le capitaine de l’équipe de soccer brésilienne, n’aurait pu écrire un meilleur scénario pour sa formation. En finale contre l’Allemagne, qui avait humilié le Brésil 7-1 lors de la Coupe du monde de 2014, après avoir marqué le seul but des siens en temps réglementaire, Neymar a marqué en tirs de barrage ce qui s’avéra être le but qui donna au Brésil sa première médaille d’or olympique en soccer.

Deux médailles d’or de plus pour Mo Farah

Britain's Mo Farah competes in a men's 5000-meter heat during the athletics competitions of the 2016 Summer Olympics at the Olympic stadium in Rio de Janeiro, Brazil, Wednesday, Aug. 17, 2016. (AP Photo/Lee Jin-man)

Le Britannique Mo Farah lors de l’épreuve du 5000 m aux Jeux olympiques de 2016, à Rio. (AP Photo/Lee Jin-man)

Aux Jeux de Londres en 2012, Mo Farah avait littéralement électrisé la foule lorsqu’il s’était emparé de la médaille d’or au 5000 m et au 10 000m pour la Grande-Bretagne. Quatre ans plus tard, sous le chaud soleil de Rio, le coureur de 33 ans a répété son doublé olympique en défendant avec succès ses titres acquis à Londres.

L’équipe des réfugiés

Yusra Mardini, swimming for the Refugee Olympic Team, competes in a women's 100-meter freestyle heat during the swimming competitions at the 2016 Summer Olympics, Wednesday, Aug. 10, 2016, in Rio de Janeiro, Brazil. (AP Photo/Martin Meissner)

Yusra Mardini, membre de l’équipe des réfugiés, après son épreuve du 100 m style libre aux Jeux de 2016, à Rio.  (AP Photo/Martin Meissner)

Pour la première fois des Jeux olympiques, on retrouvait une équipe internationale composée de 10 athlètes réfugiés. Malgré que les représentants n’aient pas remporté de médaille, leurs histoires, particulièrement celle de la nageuse Yusra Mardini, ont inspiré des milliers de partisans à travers le monde.

Le charme d’une première médaille

Kosovo's Majlinda Kelmendi receives the gold medal after winning the women's 52-kg judo competition at the 2016 Summer Olympics in Rio de Janeiro, Brazil, Sunday, Aug. 7, 2016. (AP Photo/Markus Schreiber)

Majlinda Kelmendi, du Kosovo, reçoit sa médaille d’or après avoir remporté la finale de judo dans la catégorie de 52 kg aux Jeux olympiques de 2016, à Rio. (AP Photo/Markus Schreiber)

Plusieurs nations à travers le monde ont connu pour la première fois la sensation d’être médaillé aux Jeux olympiques. Majlinda Kelmendi (judo) a remporté la première médaille olympique de l’histoire du Kosovo, qui prenait part aux Jeux indépendamment pour la première fois. Sara Ahmed (Égypte – haltérophilie) ainsi que Kimia Alizadeh Zenoorin (Iran – taekwondo) sont quant à elles devenues les premières femmes médaillées pour leur pays respectif.

Un soulier en moins

Ethiopia's Etenesh Diro is helped on the track after a women's 3000-meter steeplechase heat during the athletics competitions of the 2016 Summer Olympics at the Olympic stadium in Rio de Janeiro, Brazil, Saturday, Aug. 13, 2016. (AP Photo/Martin Meissner)

L’Éthiopienne Etenesh Diro reçoit de l’aide à l’épreuve du 3000 m steeplechase après avoir perdu un soulier et être tombée sur la piste aux Jeux olympiques de 2016, à Rio. (AP Photo/Martin Meissner)

Après une collision à la mi-course des demi-finales de l’épreuve du 3000 m steeplechase, l’Éthiopienne Etenesh Diro a du abandonner l’un de ses souliers pour terminer sa course. Malgré un soulier en moins, elle s’est qualifiée pour la grande finale.