Biographie :

Jesse Cockney a fait ses débuts olympiques à Sotchi 2014 après une impressionnante carrière sur le circuit junior, au cours de laquelle il a remporté trois médailles d’or à l’occasion des Jeux d’hiver du Canada de 2011 en plus de terminer au 6e rang de l’épreuve de sprint en style classique aux Championnats du monde 2011 des moins de 23 ans de la FIS. Jesse Cockney a fait ses débuts en Coupe du monde en janvier 2011. Depuis lors, il s’est imposé comme un sprinter de calibre mondial. En décembre 2012, il s’est classé au 9e rang de l’épreuve de sprint en style libre pour ainsi afficher son meilleur résultat individuel à la Coupe du monde à Canmore.

En février 2017, à l’épreuve test pour PyeongChang 2018, il a inscrit une impressionnante 10e place au sprint par équipes en style classique. Il a également franchi la barre des 10 premiers au sprint en style libre à la finale de la Coupe du monde à Québec, en mars 2017. Jesse a participé pour la première fois aux Championnats du monde de la FIS en 2015 et a également été membre de l’équipe des Championnats du monde en 2017. En tant qu’Inuit, Jesse vise à être un modèle positif pour tous les jeunes d’origine autochtone.

À propos de Jesse

Débuts : Il a commencé à faire du ski à Yellowknife à l’âge de 3 ans. Il fait du ski de compétition depuis neuf ans. Lorsqu’il était plus jeune, sa famille pratiquait beaucoup le ski; alors il n’a jamais vraiment rien connu d’autre. Son père Angus a fait du ski comme membre de l’équipe nationale junior et a remporté deux médailles d’or des Jeux du Canada. Sa sœur cadette, Marika, a aussi représenté le Canada sur la scène internationale. Lorsqu’il avait 7 ans, sa famille a déménagé à Canmore, où il a pu participer au système de développement. Au‑delà du ski de fond : Il va fréquemment à la pêche à la mouche dans les ruisseaux et les lacs alpins au printemps, en été et en automne avec ses partenaires d’entraînement de Canmore. Il aime prendre le temps de préparer de bons repas pour les membres de sa famille et ses amis. Il agit en tant que mentor auprès d’élèves des Premières Nations, des élèves inuits et métis par l’entremise du programme Classroom Champions. C’est pour lui une expérience unique de créer des liens avec des élèves autochtones, comme lui. C’est en regardant Donovan Bailey gagner l’or au 100 m à Atlanta 1996 qu’il a compris pour la première fois ce que représentent les Jeux olympiques. Il a décidé de concourir pour le Canada lorsque Beckie Scott a gagné l’or à Salt Lake City 2002. Devise favorite : « Le travail porte toujours des fruits. »