Biographie :

Quand James Worrall a porté le drapeau du Canada à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 1936 à Berlin, ce n’était là que le début d’une longue série de contributions au sport de haut niveau.

Aux Jeux de Berlin en 1936, James Worrall a été choisi pour agir comme porte-drapeau du Canada à l’occasion de la cérémonie d’ouverture, probablement parce que du haut de son 1,96 m (6-pieds-5), il était le plus grand athlète au sein de l’équipe canadienne. Il a participé aux épreuves du 110 m haies et du 400 m haies, mais il n’a pas franchi la ronde préliminaire dans un cas comme dans l’autre.

Worrall a remporté la médaille d’argent du 120 verges haies aux Jeux de l’Empire britannique de 1934 et il a fini quatrième du 440 verges haies. Il s’est qualifié pour les Jeux de l’Empire britannique de 1938, mais il s’est retiré afin d’étudier à la faculté de droit.

Après qu’il eut pris sa retraite de l’athlétisme, Worrall a amorcé une longue carrière en administration du sport, devenant un membre influent du paysage sportif. Il a agi quatre fois comme Chef de mission d’Équipe Canada aux Jeux olympiques (en tant qu’adjoint en 1948 et en 1952, et comme chef de mission en 1956 et 1960) et ensuite, de 1961 à 1968, Worrall a occupé le poste de président de l’Association olympique canadienne. Nommé membre du Comité international olympique (CIO) en 1967 et membre honoraire en 1989, Worrall est devenu le premier Canadien à se voir désigner membre du Comité exécutif du CIO en 1974. Il a œuvré au sein de plusieurs comités et commissions du CIO, notamment à la législation (1968-72) et au juridique (1984-85). Worrall étant reconnu pour son bon jugement, quand est venu le moment d’y aller d’une refonte de la Charte olympique, le président du CIO Juan Samaranch l’a mis à la tête de la Commission de 1982 à 1990.

Un homme d’influence et inspirant, Worrall s’est activement impliqué au sein de l’Union amateur d’athlétisme du Canada, du Conseil consultatif des sports canadiens, de la Fédération des sports du Canada, ainsi que du Conseil consultatif national de la condition physique et du sport amateur. Il a joué des rôles clés au sein des comités de candidature et comités organisateurs pour les Jeux de Montréal en 1976 et ceux de Calgary en 1988. L’autobiographie de Worrall, intitulée « My Olympic Journey: Sixty Years with Canadian Sport and the Olympic Games », a été publiée en 2000. Au moment de sa mort en octobre 2011, Worrall était le doyen des Olympiens canadiens, à l’âge de 97 ans.