Biographie :

Emma Miskew était la troisième joueuse de l’équipe dirigée par la capitaine Rachel Homan, qui a remporté l’or aux Championnats du monde de curling féminin 2017. Cette équipe, qui était également composée de Joanne Courtney (deuxième) et de Lisa Weagle (première), a décroché le premier titre mondial du Canada en curling féminin depuis 2008, mettant ainsi fin à la plus longue disette du pays. Elle est également devenue la première équipe invaincue aux Championnats du monde féminins en 39 ans d’existence de l’événement grâce à une fiche parfaite de 13-0.

L’année précédente, le quatuor avait perdu la finale provinciale de l’Ontario. Étant l’équipe la mieux classée au monde, cette défaite a été difficile à accepter, mais Emma a su y tirer la motivation nécessaire pour travailler à fond chaque élément de son jeu. L’année 2017 a marqué la troisième participation d’Emma aux Championnats du monde; elle avait remporté le bronze en 2013 et l’argent en 2014 avec Rachel Homan, Lisa Weagle et Alison Kreviazuk. Ce quatuor a décroché la médaille de bronze au Roar of the Rings 2013, qui déterminait les équipes canadiennes de curling pour Sotchi 2014.

Emma Miskew et Rachel Homan jouent ensemble depuis l’âge de 11 ans. En 2007, elles ont remporté l’or aux Jeux d’hiver du Canada, et trois ans plus tard, elles étaient médaillées d’argent des Championnats du monde juniors de curling 2010, et cela, après que leur équipe est devenue la première à gagner le titre national junior avec une fiche parfait de 13-0.

À propos d’Emma

Débuts : Emma Miskew joue au curling depuis l’âge de 5 ans et participe à des compétitions depuis l’âge de 9 ans. C’est son père qui lui a fait découvrir ce sport.

Au-delà du curling : Elle a obtenu un baccalauréat en dessin industriel de l’Université Carleton en 2012. Elle fait des travaux de conception graphique à la pige et envisage de poursuivre cette activité sur une plus grande échelle. Elle est ambassadrice de la Fondation Sandra Schmirler. Elle aime jouer au golf et au tennis et passer du temps à l’extérieur. Elle a la chair de poule chaque fois qu’elle revêt un chandail d’Équipe Canada pour la première fois.