Biographie :

Derek Livingston rêve de se présenter aux Jeux olympiques d’hiver depuis 2009, année où il a été nommé à l’équipe nationale de snowboard. Son rêve s’est réalisé à Sotchi 2014, où il a terminé au 19e rang. Il y a été le meilleur Canadien en demi-lune en terminant à une place de la demi-finale. Il a aussi été le meilleur de ses compatriotes à l’épreuve de demi-lune à PyeonChang 2018, terminant au 17e rang.

En février 2009, il a fait ses débuts en Coupe du monde à l’occasion de l’épreuve test officielle de Vancouver 2010 qui a eu lieu à Cypress Mountain. En février 2011 à Calgary, il a obtenu une 6e place pour ainsi inscrire le meilleur résultat de sa carrière sur le circuit de la Coupe du monde. Derek a participé aux épreuves de demi-lune et de slopestyle des Championnats du monde juniors de la FIS de 2010 et 2011; c’est à cette dernière compétition qu’il a terminé 10e en demi-lune, soit son meilleur résultat en carrière dans cette épreuve.

Il a par la suite pris part aux Championnats du monde de la FIS en 2011, 2013, 2015 et 2017. En 2016, il a fait sa première apparition aux X Games et a terminé 9e à Oslo. Il a aussi remporté deux titres nationaux consécutifs en 2016 et en 2017.

À propos de Derek

Débuts : Il a commencé à faire du snowboard à 8 ans lorsqu’il a reçu – tout comme son frère – une planche en cadeau de Noël. Sa source de motivation : le défi de rattraper le niveau de compétence de son frère.

Au‑delà du snowboard : Il travaille pour une compagnie de peinture. Durant l’entre-saison, il aime faire de la planche à roulette, de la randonnée en montagne et du camping. On le surnomme D‑rock. Il a déjà travaillé comme sauveteur. Souvenir olympique favori : regarder, en compagnie de sa famille et de ses amis dans un centre de villégiature, les finales de l’épreuve de demi-lune de Turin 2006. Il s’est fracturé sept os dans toute sa carrière. Sa tante Janice Cannon a participé à l’épreuve des bosses en démonstration à Calgary 1988.