Carol Huynh Photo : La Presse Canadienne / Paul Chiasson
Photo : La Presse Canadienne / Paul Chiasson

Où sont-ils rendus ?: Carol Huynh

Dans la série Où sont-ils rendus?, Olympique.ca se penche sur l’après-carrière sportive de certains des plus grands olympiens d’Équipe Canada. Bref, on prend des nouvelles de nos champions!


Reconnue pour sa remarquable carrière sur le tapis , la double olympienne Carol Huynh est la première Canadienne à avoir décroché une médaille d’or en lutte féminine aux Jeux olympiques.

Carol n’a pas perdu sa passion pour le sport depuis qu’elle a porté les couleurs d’Équipe Canada pour la dernière fois, elle qui a occupé depuis toutes sortes de postes dans le domaine sportif, par exemple ceux d’adjointe au chef de mission à Rio 2016, d’entraîneure pour les jeunes lutteurs et d’analyste à la télé pendant les Jeux.

Huynh a accédé au podium à chacune de ses deux présences aux Jeux olympiques. La première fois, à Beijing 2008, celle qui est née à Hazelton en Colombie-Britannique, de parents d’origine chinoise réfugiés au Canada en provenance du Vietnam, nous a permis de vivre un moment mémorable quand elle a foulé la première marche du podium et laissé les larmes couler pendant l’hymne national canadien. Huynh était passée sous le radar jusqu’à ce qu’elle batte la double championne du monde en titre dans la finale des 48 kg pour donner au Canada sa première médaille d’or des Jeux.

« L’excitation du moment, en raison de la possibilité que ça représentait et de l’inconnu qui m’attendait, m’avait donné beaucoup d’élan. J’ai affronté mon ennemie jurée — après une décennie à me faire battre par la Japonaise Chiharu Icho — avec confiance et énergie parce que j’avais fait le travail nécessaire sur les tapis et dans ma tête. Cela a été décuplé par le soutien palpable de mes coéquipières, de ma famille et de mes amis partout dans le monde.

Mon mari et ma famille étaient présents dans le stade pour m’encourager. En fait, mes parents n’avaient jamais assisté à un de mes combats en personne avant! C’était une sensation incroyable de l’emporter pour le Canada. J’ai ressenti un profond sentiment de soulagement, de fierté d’être Canadienne, et aussi de reconnaissance à l’endroit de tous ceux et celles qui m’avaient soutenue en cours de route », a expliqué Huynh à Olympique.ca.

À sa deuxième présence aux Jeux à Londres 2012, elle a mis la main sur la médaille de bronze dans la même épreuve. Au cours de sa carrière, Huynh a par ailleurs décroché 11 titres nationaux (2000-2002, 2004-2011), deux médailles d’or aux Jeux panaméricains (2007, 2011) et quatre médailles aux Championnats du monde (une d’argent, trois de bronze). En septembre 2013, elle a été intronisée au Temple de la renommée de l’UWW, la fédération internationale de lutte.

Cette même année, elle a été élue au poste de présidente de la commission des athlètes de l’UWW, qu’elle a occupé jusqu’en 2017. Pendant son mandat, elle a milité en faveur de son sport alors qu’elle s’est battue pour qu’il continue de faire partie du programme olympique après que le CIO eut pris la décision surprenante de retrancher la lutte du noyau de sports principaux au programme des Jeux olympiques. Ses efforts ont payé.

En 2016, Huynh a agi comme adjointe au chef de mission d’Équipe Canada, acceptant un rôle de mentore aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Après avoir pris sa retraite comme athlète, Huynh a commencé à travailler comme entraîneure du programme junior du club de lutte des Dinos de Calgary. Depuis 2015, Huynh est l’entraîneure du programme de prochaine génération (NextGen) de Wrestling Canada Lutte à Calgary. Elle travaille surtout avec les athlètes juniors à l’occasion de tournois et de camps d’entraînement, et la pandémie a placé plusieurs nouveaux obstacles sur son chemin dans ses efforts pour tenter de communiquer avec les jeunes athlètes.

« Je suis reconnaissante d’avoir pu élaborer une programmation qui aidera les athlètes à progresser cette année. J’adore voir les athlètes progresser. J’adore les voir aussi prêts à apprendre, avoir autant le courage d’essayer et autant de résilience au moment d’affronter les difficultés. J’adore apprendre des athlètes et les soutenir dans leur quête », a dit Huynh.


Pendant qu’elle peaufine son approche d’entraîneure, elle a aussi bien accueilli la possibilité de passer plus de temps avec ses deux enfants, à la fois si « gentils, turbulents et hilarants ». Elle poursuit aussi des études pour obtenir un diplôme avancé en entraînement en plus de se faire certifier en tant que conseillère en performance mentale.

« Je me suis toujours intéressée à la psychologie, mais la performance mentale est devenue une passion en raison de son incidence importante sur mon parcours. Ces compétences et ces concepts peuvent aider tout le monde, pas seulement les athlètes. Le fait de pouvoir bâtir sur mes connaissances et mon expérience en performance mentale et d’avoir appris à l’enseigner s’est avéré une de ces occasions inattendues pour laquelle je suis vraiment reconnaissante », a dit Huynh.

Huynh sera bientôt de retour devant la caméra, mais cette fois ce sera à titre de membre de l’équipe de télédiffusion du réseau CBC en vue de Tokyo 2020. Comme elle l’a expliqué, l’aspect qu’elle trouve le plus bizarre en reprenant le métier d’analyste, c’est qu’elle devra de nouveau s’entraîner pour les prochains Jeux.

« Reste que cette fois, je vais faire quelque chose dans laquelle je n’ai pas investi des tonnes d’heures d’entraînement et ça me rend nerveuse! C’est un défi très spécial, que je me sens privilégiée d’avoir. Je suis super contente de faire partie de l’équipe de CBC et de pouvoir regarder beaucoup de lutte, en plus de pouvoir encourager nos athlètes canadiens », a fait savoir Huynh.

Suivez Carol dans sa nouvelle vie :

Sur Twitter