Photo: COC
Photo: COC

7 étapes vers une meilleure santé mentale

Que veux-tu ? Un esprit sain dans un corps sain. Quand le veux-tu ? Maintenant !

Le partenaire santé d’Équipe Canada, Plan de match, connaît l’importance que prend la santé mentale dans le parcours olympique d’un athlète et offre des conseils utiles aux meilleurs athlètes canadiens pour garder leur santé mentale sous contrôle.

Parce que la santé mentale doit être la priorité de tous, pas seulement des athlètes olympiques, nous voulons partager ces conseils avec toi précieux fan d’Équipe Canada !

Si tu vois quelque chose, remédie à la situation

Le coureur de fond canadien Mohammed Ahmed célèbre après avoir remporté la médaille d’argent dans la finale du 5000 m masculin lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, vendredi le 5 août 2021. Photo : Darren Calabrese/COC

As-tu vu une personne qui ne va pas bien ces derniers temps ? Tout d’abord, demande-toi : « Qu’est-ce qui a changé dans son comportement et quels changements t’ont alerté ? Est-elle plus distante, triste ou agressive ? Est-ce que son apparence physique a changé ? » La deuxième étape consiste à l’approcher simplement en lui demandant comment elle va. Ensuite, tu dois exprimer tes préoccupations en expliquant les changements que tu as remarqués. De cette façon, la personne se sentira écoutée et plus disposée à en discuter.

Porte une attention particulière aux détails

Si tu te sens stressé(e), anxieux(euse) ou déprimé(e), commence à faire plus attention à ton alimentation, ton hydratation et ton sommeil. Ton style de vie a un impact significatif sur ton état mental.

Passe du temps de qualité avec quelqu’un

Essaie de passer un temps de qualité avec quelqu’un qui te fait du bien. Nous avons tendance à abuser des médias sociaux et des textos pour communiquer. Rencontrer quelqu’un en personne ou même par téléphone peut contribuer à te remonter le moral. Une sortie comme les soeurs Dufour-Lapointe ne peut qu’être bénéfique !

Fais ce que tu aimes

Fais quelque chose qui te rend heureux(se). Tu peux faire une activité simple comme lire, écouter ta musique préférée ou faire du snowboard comme Liam Brearky. Prends un moment pour toi.

Mets l’accent sur ce que tu fais bien

Les joueuses du Canada célèbrent leur victoire contre la Suède lors du match pour la médaille d’or en soccer féminin aux Jeux olympiques d’été de 2020, vendredi le 6 août 2021, à Yokohama, au Japon. (AP Photo/Fernando Vergara)

Notre attention, et cela est particulièrement vrai dans le cas des athlètes, porte sur ce que nous percevons comme étant problématique, sur ce que nous tentons de corriger, mais nous oublions parfois ce qui nous remonte le moral ainsi que les éléments positifs dans nos vies.

À lire : Équipe Canada décroche l’or en soccer féminin, une première dans l’histoire

Arrête de te comparer

Margaret MacNeil du Canada, à droite, réagit après avoir remporté la finale du 100 mètres papillon féminin sous le regard de la Suédoise Sarah Sjoestroem aux Jeux olympiques d’été de 2020, lundi le 26 juillet 2021, à Tokyo, au Japon. (AP Photo/David J. Phillip)

Chaque personne réagit différemment au stress. Apprends à identifier les situations stressantes pour toi et à comprendre ce qui t’aide à diminuer ton stress. Tout comme il existe de nombreuses façons de se préparer à une compétition, il existe de nombreuses façons de gérer le stress et l’anxiété. Trouve ce qui fonctionne pour toi.

À lire : L’ABC de la pleine conscience

Vise la prévention

Stephanie labbé médite en nature
Stephanie Labbé médite près d’un lac en banlieue de Calgary.(Photo: COC)

Règle générale, tu n’attends pas d’avoir besoin d’une intervention chirurgicale avant de consulter un médecin. Il en va de même pour la santé mentale. Il n’est pas nécessaire de souffrir de dépression clinique ni de trouble anxieux pour consulter un professionnel en santé mentale. C’est correct de ne pas se sentir correct.

À lire : Labbé : Une histoire de dépression, une médaille de bronze et la puissance de la résilience

Rappelle-toi que rien n’est parfait

Prendre soin de sa santé mentale et demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse. Tout comme les athlètes de haut niveau, nous, les gens normaux, avons aussi l’habitude de cacher notre douleur. Nous voulons être forts, parfaits et donner l’impression que naviguer cette grande chose qu’est la vie est aussi facile que lorsque Mikaël Kingsbury attaque les bosses. Cependant, nous savons tous que derrière les performances se cachent des efforts, des difficultés, des échecs et parfois quelques (ou plusieurs) larmes.

Ensemble, mettons fin à la stigmatisation liée à la santé mentale et prenons soin de nous-mêmes. Deal?