Le fondeur le plus décoré du Canada, Alex Harvey, a annoncé qu’il prendra sa retraite en mars prochain.

La nouvelle est sortie dans les médias Il participera à sa dernière compétition le 24 mars devant ses fans, à Québec, lors de la finale de la Coupe du monde de ski de fond.

Harvey a pris sa décision après une pause de trois semaines qu’il s’est offerte en janvier, chose qu’il n’avait jamais faite avant dans sa carrière. Et selon lui, même si l’éventualité d’une saison de plus planait dans son esprit, le meilleur moment pour prendre sa retraite, c’est maintenant.

«L’an prochain, il n’y a pas de championnat, a-t-il expliqué au Journal de Québec. C’est plus difficile de se motiver que durant une année post-olympique où il y a un gros championnat comme celui d’ici. On se dit toujours qu’on peut faire une année de plus, mais l’an prochain, il n’y a pas de grands rendez-vous. Et moi, c’est dans les grands rendez-vous que j’ai eu mes bons résultats».

Le fondeur de 30 ans a affirmé être prêt à livrer de bonnes performances lors de ses prochaines compétitions, notamment aux Mondiaux, qui se déroulent actuellement en Autriche.

Un véritable champion

Originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges, au Québec, Alex Harvey est quintuple médaillé des Championnats du monde de la FIS et il compte non moins de 20 podiums de la Coupe de monde à son palmarès.

À LIRE: Alex Harvey champion du monde au 50 km style libre

En 2015, il a récolté deux médailles aux Championnats du monde, soit l’argent au sprint en style classique et le bronze en skiathlon. En 2017, il a enlevé le titre mondial du départ groupé 50 km en style libre. D’ailleurs, à la fin de ces deux saisons, il a terminé 3e au classement général de la Coupe du monde.

Harvey a participé à trois Jeux olympiques : Vancouver 2010, Sotchi 2014 et PyeongChang 2018. Ses meilleurs résultats olympiques sont deux 4e places, au sprint par équipes en 2010 et au départ groupé 50 km en 2018.

À LIRE: Alex Harvey termine sa carrière olympique avec le meilleur résultat canadien de l’histoire

On se rappellera son désormais célèbre sprint dans les derniers mètres de cette épreuve à PyeongChang 2018, où il avait exprimé aux médias présents que «deux Russes ont terminé devant moi, qui sait, peut-être que je recevrai une bonne nouvelle par la poste », faisant référence au scandale de dopage qui avait miné la Russie avant le début des Jeux.