Champion en titre, Mark De Jonge a prouvé dimanche qu’il était toujours le meilleur au monde en remportant la finale du K-1 200 m au dernier jour des Championnats du monde de canoë-kayak de vitesse à Milan en Italie.

dejonge2

Mark de Jonge aux Championnats du monde 2015 de canoë-kayak de vitesse. (Photo: Balint Vekassy / CKC)

Le kayakiste Mark de Jonge a capturé l’or grâce à un chrono de 34,802 secondes pour décrocher la première médaille du Canada aux Mondiaux. Champion de la discipline, le médaillé de bronze olympique a devancé par seulement 0,191 seconde et 0,2 seconde ses deux plus proches rivaux, le Français Maxime Beaumont et le Suisse Petter Menning.

« J’ai essayé de me concentrer sur ce que j’avais à faire et juste après le départ j’avais une légère avance alors j’ai été capable de garder la tête froide pour le reste de la course. Le plan était de tout donner lors des 50 premiers mètres parce que je sais que je suis bon après cette étape», a confié De Jonge après la finale.

La pression était grande, mais le vétéran de 31 ans a livré la marchandise. Cette victoire permet au Canadien de conserver son titre mondial pour une deuxième année consécutive après son triomphe en 2014 lors des derniers Mondiaux à Moscou, et de qualifier le Canada à cette épreuve pour les Jeux olympiques de Rio 2016.

Les six premières embarcations obtenaient leur laissez-passer pour Rio.

Émilie Fournel en bronze

Émilie Fournel aux Mondiaux de canoë-kayak de vitesse à Milan, le 23 août 2015. Photo: Balint Vekassy/CKC

Chez les femmes, la Québécoise Émilie Fournel a décroché la deuxième et dernière médaille du Canada aux Mondiaux, le bronze au K-1 5000 m chez les femmes.

L’olympienne de 28 ans a inscrit un chrono de 22 min 43 s 59 pour terminer la course à 7,53 secondes de la médaillée d’or, Maryna Litvinchuk de la Biélorussie, et à 3,57 secondes de la médaillée d’argent, la Britannique Lani Belcher.

Cette épreuve n’étant pas au programme des Jeux olympiques, aucun laissez-passer pour Rio 2016 n’était en jeu.

Fournel pourra ajouter cette médaille à celle remportée au K-4 500 m aux Jeux panaméricains de Toronto.

Grande déception pour Laurence Vincent Lapointe

vincentlapointe1

Laurence Vincent Lapointe pagaie pour remporter la première médaille d’or panaméricaine en canoë féminin, le 14 juillet 2015.

La championne en titre, Laurence Vincent Lapointe, n’a pas été en mesure de défendre son titre mondial à l’épreuve féminine du C-1 200 m.

L’athlète de Trois-Rivières a terminé au pied du podium à 0,129 seconde d’une troisième place et à 0,637 seconde de la tête.

Lors de la dernière édition des Mondiaux à Moscou, en 2014, Vincent Lapointe avait dominé la compétition. Elle avait remporté son quatrième titre mondial à cette épreuve (2010, 2011, 2013 et 2014) en établissant le record du monde grâce à un temps de 46,419 secondes.

Ce sera certainement une défaite difficile à avaler pour la jeune femme de 23 ans qui, rappelons-le, a écrit une page d’histoire aux Jeux panaméricains de Toronto.

Le C-1 200 m n’est pas au programme olympique, mais l’arrivée d’un plus grand nombre de participantes pourrait attirer l’attention du CIO afin d’aider l’épreuve à se retrouver au calendrier de Tokyo 2020.