Pour les Canadiens, l’hiver c’est tout ou rien. Certains d’entre nous hibernent avec pour seule compagnie Netflix et des biscuits. Pour les plus aventureux, la neige est une source infinie de plaisir.

Exemple: le triathlon d’hiver

Une des versions du triathlon d’hiver consiste à enchaîner la raquette et le patin avant de conclure le parcours en ski de fond. Triathlon Canada encourage la croissance de la nouvelle formule de son sport. Le premier Championnat canadien de triathlon d’hiver sera disputé en février à Québec dans la foulée du succès de la série Coupe des neiges de 2014.

L’Union internationale de triathlon appuie l’initiative du Canada.

Luc Landriault, président de Triathlon Canada, explique que pour l’Union internationale de triathlon, le triathlon d’hiver devrait être disputé dans une formule enchaînant course, cyclisme et ski de fond.

« La formule sanctionnée par l’Union internationale de triathlon ne fonctionne pas du tout », soutient Luc Landriault, en soulignant la difficulté de tenir une épreuve de cyclisme lorsque la température n’est pas clémente, ce qui est, avouons-le, assez fréquent en hiver.

Il y a quatre ans, des pays d’Europe ont fait appel à Luc dans l’espoir de développer une nouvelle formule. Le 8 février, le Championnat canadien inaugural sera présenté à Québec parce que la belle province a été la première à s’intéresser sérieusement au triathlon d’hiver. L’an dernier, Triathlon Québec a organisé la série Coupe des Neiges ainsi que le premier triathlon d’hiver de l’UIT au mois de mars à Québec. L’athlète olympique Marc-André Bédard (biathlon) a pris le départ de l’épreuve d’élite et a terminé au deuxième rang.

La version canadienne du triathlon d’hiver se dispute sur 25 kilomètres. En février, le parcours sera composé de 5 km en raquette, 11 km en patin et 9 km en ski de fond. Les triathloniens d’hiver utilisent des raquettes plus petites et plus techniques. Au niveau élite, les patins ressemblent davantage à ceux de Clara Hughes que de Sidney Crosby. Les skis de fond sont des skis normaux.

L’idée fait boule de neige. Cette année, il y aura une course en Alberta et d’autres à l’extérieur du Canada, notamment en Finlande et en France, où l’on souhaite organiser des compétitions.

Le triathlon d’hiver exige un parcours moins long que son pendant estival, mais trois boucles dont une patinoire pour l’épreuve de patin. Luc Landriault croit que le patin sera la discipline la moins commune chez les participants.

Luc Landriault prend exemple sur le triathlon classique : « il y a 35 ans, nous avons eu droit aux mêmes arguments quand une bande d’athlètes un peu cinglés a proposé d’amalgamer la nage, le vélo et la course. »

Pour l’instant, Triathlon Canada s’affaire à populariser sa version du triathlon d’hiver. « Nous voyons loin et nous ferons tout ce que nous pouvons pour que le triathlon d’hiver devienne un jour un sport olympique, mais nous ne sommes pas encore là », admet son président.

« C’est un beau projet qui prendra beaucoup de temps, mais je pense que nous sommes sur la bonne voie parce que ça va de mieux en mieux au Canada. »

Photos : Page Facebook de Triathlon Québec