Le snowboard slopestyle possède son jargon bien à lui. Sauriez-vous reconnaître un backside triple cork 1440 degrés? Afin de saisir chacune des manœuvres possibles à effectuer et bien comprendre ce qui se passe dans le parc à neige, voici un petit lexique de cette discipline.

La position de départ

Stance : Lorsqu’on parle du stance d’un planchiste, on fait référence à sa position naturelle sur sa planche. Environ 2 planchistes sur 3 sont regular (pied gauche à l’avant) alors que l’autre tiers est goofy (pied droit à l’avant).

Switch : Descendre en switch implique que le planchiste descend dans le stance opposé à son stance naturel. Donc, un planchiste goofy qui descend dans un stance regular on dit qu’il descend en switch

View this post on Instagram

Switch back 16 babbby! Today was insane @whistlerparks

A post shared by T Dawg (@tyler_nicholson) on

Ici, Tyler Nicholson accomplit un switch backside 1620 degrés.

Les différents reliefs

Rail : Un rail est une rampe de métal, pas très large, ronde ou carrée, sur laquelle les planchistes réalisent des manœuvres d’équilibre. Ces rails ressemblent souvent à des rampes pour les mains dans les escaliers.

Box : Un box est très similaire à un rail. Toutefois, le box est beaucoup plus large et sa surface de glisse est plate.

Big air : Un big air, aussi appelé jump, est un relief de propulsion construit de neige sur une surface plate permettant aux planchistes de prendre énormément de hauteur pour réaliser leurs manœuvres aériennes. Pour chaque big air, il y a un landing. Note : le big air est également une discipline olympique.

Landing : Le landing est la section dans laquelle le planchiste atterrit suite à un big air. Cette section très inclinée se trouve habituellement à plusieurs dizaines de pieds (50 à 70 pieds) du big air

Cupping : Le cupping est la jonction entre la section plate après le big air et le landing. Il est très dangereux pour un planchiste d’atterrir avant ou sur le cupping.

Ici, la médaillée de bronze olympique en big air Laurie Blouin effectue quelques manoeuvres sur les rails.

Les manoeuvres

Frontside (spin) : On parle de frontside pour qualifier une rotation d’un athlète. Cela veut dire que le planchiste a commencé sa rotation face au landing lorsqu’il a décollé du big air.

Backside (spin) : On parle de backside pour qualifier une rotation d’un athlète. Cela veut dire que le planchiste a commencé sa rotation dos au landing lorsqu’il a décollé du big air.

Donc, pour un regular, un frontside spin tourne vers la gauche, alors que pour le goofy, il tournera vers la droite. On inverse lorsque le planchiste descend en switch.

Frontside (rail) : En rail, ce n’est vraiment pas compliqué. On dit d’une manœuvre sur un rail qu’elle est frontside aussitôt que le rail est face au planchiste au décollage.

Backside (rail) : On dit d’une manœuvre sur un rail qu’elle est backside aussitôt que le rail est dos au planchiste au décollage.

Donc, pour un regular qui embarque un frontside rail, le rail se trouve à sa droite au décollage, alors que pour le goofy, un frontside rail se trouve à sa gauche au décollage. On inverse encore une fois lorsque le planchiste descend en switch.

Cork : Le cork spin est une rotation hors des axes naturels lors d’un saut. Alors qu’un flat spin tourne de façon horizontale, un flip tourne de façon verticale. Le cork spin se situe entre ces deux axes de rotation.

Grab : Lorsqu’un planchiste attrape sa planche pendant un saut, on parle d’un grab. Il en existe de nombreuses variantes, par exemple le nose grab (lorsque c’est le devant de la planche qui est attrapé) et le tail grab (à l’inverse).

Cab : Nommé ainsi en raison du nom de son inventeur (Caballero), on parle habituellement du cab lorsque le planchiste aborde le saut ou la rail en switch, puis effectue une rotation frontside.

Une vraie descente de slopestyle

Ici, on voit les descentes des médaillés olympiques Max Parrot et Mark McMorris à PyeongChang 2018. Sur les rails, Parrot effectue : un swich backside lipslide 270 degrés, un backside 360 degrés (sortie en 180 degrés), un half-cab 50-50 (sortie en 360 degrés) et un backside rodéo nose grab. Dans les sauts, il effectue : un switch cab 1260 degrés, un frontside double 1080 degrés et un backside triple cork 1440 degrés.

Du côté de McMorris, il effectue sur les rails : un frontside (sortie en 450 degrés), un half-cab, un 270 degrés, un backside 270 degrés et un frontside rodéo. Dans les sauts, il effectue : un switch backside 1260 degrés, un frontside triple 1440 et un backside triple cork (malheureusement mal atterri).

En bonus

Hardway : Le hardway est la façon la plus difficile d’effectuer une rotation avant d’embarquer sur un rail. On parle de hardway lorsque le planchiste effectue une rotation qui tourne contre le sens dans lequel il doit s’enligner pour atterrir sur le rail. Par exemple, si un planchiste regular saute sur un frontside rail situé en avant de lui (à sa droite) tout en effectuant une rotation vers la gauche, on parle de hardway. On jette un coup d’œil à cette courte vidéo pour mieux saisir.

Nous avons ici un planchiste effectuant un hardway frontside 270 in. Si le planchiste avait tourné en backside (rotation vers la droite) alors que le rail est déjà à sa droite, on ne parlerait pas de hardway.