L’histoire du hockey au Canada est remplie de grands héritages familiaux, des Orr aux Sutter. Pour les gardiens, il n’y a probablement pas de plus grand héritage familial que celui des Brodeur.

Denis Brodeur et son fils Martin Brodeur sont deux olympiens. Ils ont tous deux joué pour Équipe Canada aux Jeux olympiques d’hiver et ont gagné une médaille chacun. En fait, ils sont les seuls père et fils à avoir tous deux gagné une médaille aux Jeux olympiques d’hiver dans le sport du hockey sur glace.

Denis a été médaillé de bronze aux Jeux olympiques d’hiver de 1956 à Cortina d’Ampezzo. Martin, pour sa part, a décroché la médaille d’or mémorable aux Jeux de Salt Lake City en 2002 et vise maintenant répéter cette victoire à domicile le mois prochain à Vancouver.

Martin a continué de consolider son héritage familial comme gardien. Le 21 décembre, Martin a battu le record de blanchissage en carrière dans la LNH de Terry Sawchuk (103). Il a gagné trois Coupes Stanley, quatre trophées Vézina et détient maintenant neuf records de tous les temps, incluant le plus de victoires par un gardien dans l’histoire de la ligue.

Leur expérience olympique a été largement différente. Par exemple, Denis a joué sur une patinoire extérieure, sans masque, contre les meilleurs joueurs amateurs au monde. Quand Martin a gagné la médaille d’or, il a joué dans un tournoi qui regroupait 14 pays qui mettaient en vedette des super-vedettes de la LNH. Martin a aussi été substitut d’Équipe Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 1998 et de 2006.

Pour le père et le fils, les Jeux olympiques sont une source de grande fierté et d’excellents souvenirs. Martin a rendu hommage à son père à Salt Lake en ayant « Salt Lake 2002 » et « Cortina 1956 » inscrits sur son masque.

Denis n’a pas poussé Martin à suivre ses traces et à devenir gardien. Tout au contraire: dans ses premières années, Martin était vraiment un marqueur prolifique.

Leurs styles comme gardiens sont aussi très différents. Alors que Martin est un grand et fort droitier, Denis était un petit gaucher. Denis a joué à une époque au cours de laquelle les gardiens n’avaient pas l’équipement et la protection qui existent aujourd’hui. En fait, à la fin de sa carrière de gardien, Denis avait accumulé un total de 118 points de suture au visage et au crâne.

Pour jouer à Cortina d’Ampuzzo, Denis a refusé un contrat avec les Barons de Cleveland, de la Ligue américaine de hockey, qui incluait une prime à la signature de 3000 $ et qui aurait pu devenir un contrat dans la LNH.

Denis est devenu un des meilleurs photographes de hockey avec les Canadiens de Montréal. En 1996, il a publié un livre intitulé Gardiens – Guardians of the Net. Également cette année-là, la LNH a acquis plus de 110 000 de ses photos prises au cours de quatre décennies.

Il est souvent près de la patinoire aux matches de son fils pour capter chacun de ses arrêts records.

Avec ses perpétuelles performances dominantes et son leadership avec les Devils du New Jersey, Martin ne montre aucun signe de ralentissement alors qu’il continue d’élever la barre pour les gardiens de demain. Il semble être le candidat principal pour être le gardien partant aux Jeux olympiques à Vancouver à la suite de son jeu brillant au cours de la saison actuelle de la LNH.

À Vancouver, il sera accompagné de Marc-André Fleury (Penguins de Pittsburgh) et Roberto Luongo (Canucks de Vancouver).