Biographie :

Genevieve Orton s’est jointe à l’équipe nationale senior en 2007, sept ans après ses débuts en compétition. En 2009, elle a participé à ses premiers Championnats du monde à domicile, à Dartmouth. Elle y a remporté une médaille de bronze à l’épreuve non olympique du relais K‑1 4×200 m. Plus tôt le même été, elle a gagné une paire de médailles d’argent en Coupe du monde comme chef de nage du K‑4 500 m. En 2011, sa partenaire KC Fraser et elle ont remporté une médaille de bronze de l’épreuve de K‑2 200 m en Coupe du monde. Ses espoirs de participer aux Jeux olympiques de 2012 à Londres en K‑4 500 m ont été anéantis lorsque l’équipage a terminé au 15e rang des Championnats du monde de 2011. Genevieve et son mari ont ensuite pris une pause pour fonder une famille. Quelques mois après la naissance de sa fille Annika, elle a été couronnée championne du K‑1 200 m et du K‑1 500 m aux Championnats canadiens de 2013. Lors des Championnats du monde de 2015, elle s’est associée à Una Lounder pour terminer au 8e rang en K‑2 200 m. En 2016, elle a été réunie avec KC pour qualifier le Canada pour les Jeux olympiques de 2016 à Rio au K‑2 500 m en remportant la compétition de qualification continentale panaméricaine. Le duo a par la suite remporté une course nationale pour s’assurer une place aux Jeux olympiques.

À propos de l’athlète…

Famille : Ses parents s’appellent Ralph et Jane Orton. Sa sœur aînée Elizabeth a remporté trois médailles d’or et une d’argent en kayak aux Jeux du Canada de 1997. Sa sœur cadette, Helen, a remporté deux médailles d’argent en canoë aux Jeux du Canada de 2005. Son mari Jonathan Pike est un ancien de l’équipe nationale de canoë. Sa fille Annika est née en avril 2013. Débuts : Elle est montée pour la première fois dans un kayak à l’âge de 3 ans, mais elle est tombée dans le lac et on a dû la sauver. Elle a essayé la gymnastique, mais sa grande taille était un obstacle à son succès et c’est pourquoi à l’âge de 16 ans, elle est revenue au kayak en suivant les traces de sa sœur aînée. Elle rêve des Jeux olympiques depuis qu’elle a vu les Jeux de 1992 à Barcelone à la télévision. Au-delà du canoë-kayak : Elle aime lire, faire de la pâtisserie, faire de la randonnée et rénover sa maison. Pendant l’entre-saison, elle pratique des sports «  trop dangereux  » pour la période des compétitions. En 2013, elle a obtenu son baccalauréat ès sciences, une double majeure en biologie et en études internationales de l’Université Dalhousie. Elle appuie Greenpeace et Rapides et Radieuses. On la surnomme Genny. La veille d’une course, elle soupe copieusement et mange un dessert. En voyage, elle apporte toujours un nécessaire de couture qui s’avère souvent pratique. Sa devise est «  Fais ce qui te rend heureux.  »