Résumé des Jeux :

Ier Jeux Olympiques d’hiver

Les compétitions sportives hivernales ont commencé à connaître une popularité croissante au début du XXe siècle. Le patinage artistique fut le premier sport d’hiver à être inclus aux Jeux olympiques — en 1908 à Londres. Le patinage artistique ainsi que le hockey sur glace furent inclus à part entière aux Jeux olympiques de 1920 à Anvers, en Belgique. Leur succès a donné de nouveaux arguments aux sympathisants de Jeux olympiques d’hiver indépendants et, lorsque les membres du Comité international olympique se sont réunis l’année suivante, ils ont adopté une motion pour appuyer une compétition hivernale séparée, malgré une vive opposition. James G. Merrick, le membre canadien du CIO, est l’homme qui a provoqué l’appui victorieux grâce à un discours enthousiaste en faveur de la proposition française.

Le 25 janvier 1924, près de 300 athlètes se rencontrèrent à Chamonix, en France, pour ce qu’on intitula la Semaine internationale des sports d’hiver. Le CIO ayant refusé de leur donner le titre de Jeux olympiques d’hiver.

Parmi les athlètes présents, il y avait une douzaine de Canadiens : un patineur de vitesse, deux patineurs artistiques et les neuf membres de l’équipe de hockey des Granites de Toronto. Les Granites remportèrent leurs quatre premières parties, par des pointages cumulatifs de 104 à 2. Dans le match pour la médaille d’or contre les États-Unis, le Canadien Harry Watson enfila trois buts et l’équipe canadienne gagna 6-1, conservant ainsi le titre acquis aux Jeux d’été de 1920.

Cette semaine hivernale a été marquée par le froid intense qui sévit, le mercure atteignant les –25 degrés Celsius.