SECTIONS

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des promotions, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.

Reliez vos comptes

Deconnexion
EN

Site Web officiel de l’Équipe olympique canadienne

Nanjing 2014 : Les équipes canadiennes de volleyball de plage sont prêtes à affronter le monde

Nanjing 2014 : Les équipes canadiennes de volleyball de plage sont prêtes à affronter le monde

Par Callum Ng

Le tournoi de volleyball de plage à Nanjing n’est pas une petite affaire. En tout, 36 équipes sont réparties parmi six poules, mais le Canada n’a eu aucune difficulté à se faire remarquer dès le départ, avant même d’exécuter son premier service.

Megan et Nicole McNamara, les jumelles de Vancouver, arrivent au tournoi en tant que médaillées de bronze du Championnat du monde de volleyball de plage U19. Elles ont à peine 17 ans, mais à 16 ans, elles étaient déjà championnes nationales seniors. Quant à eux, Andrew Richards et Jake MacNeil s’étaient qualifiés pour Nanjing avant les jumelles, et ils ne passent certes pas inaperçus avec leurs bouffonneries. Richards, originaire de London (Ont.), et MacNeil, de Georgetown (ON), tous deux âgés de 18 ans, incarnent la confiance de la jeunesse, la bonne humeur et la nature décontractée qui est le propre de la culture cool du volleyball de plage.

« Nous aimons surprendre les gens et être les gagnants imprévus, le cheval noir de la course. Nous voulons vraiment étonner et aller chercher d’autres entrevues », a déclaré MacNeil un peu à la blague, sourire narquois aux lèvres, en faisant référence au surnom que lui et Richards se sont donné – Team Dark Horse – pour motive leur performance.

jake_mcneil

Mais dans le cas des jumelles McNamara, les choses sont un peu différentes. Megan et Nicole McNamara ont beaucoup retenu l’attention des médias à Nanjing. Elles sont une menace sur le terrain, et parce qu’elles sont jumelles, elles jouent avec une étrange complicité, une espèce de symbiose naturelle. Et Nanjing est exactement l’endroit où elles veulent être. « Nous ne pensions pas vraiment que nous pouvions nous retrouver ici – c’est tellement prestigieux. Mais quand nous avons commencé à jouer au volleyball de plage et avons entendu parler des Jeux olympiques de la jeunesse, nous avons tout de suite su que nous voulions vivre cette expérience », a déclaré Nicole plus tôt cette semaine.

Un peu plus courtes que les autres joueuses, à 5’9”, elles ont développé de nombreuses techniques cruciales en plus d’un style de jeu qui leur convient parfaitement. En tant qu’équipe de contre divisée, elles partagent les responsabilités au filet, et selon leur entraîneur Mischa Harris, elles ont un excellent contrôle du ballon.

« Elles ont travaillé très dur au cours des dernières années pour développer leur force physique. Elles ne sont pas vraiment désavantagées par leur taille, parce qu’elles ont appris depuis longtemps à contrôler le ballon comme des joueuses de plus petite taille. Elles exécutent très bien les manchettes, passent très bien le ballon et sont excellentes au service », a précisé Harris.

C’est aussi un avantage que de jouer ensemble depuis si longtemps. « Elles jouent ensemble comme aucun autre duo ne le fait. Elles connaissent extrêmement bien le jeu – elles savent exactement ce qu’elles doivent faire pour gagner », a ajouté Harris.

Les sœurs McNamara font partie de la poule A avec l’Italie, la Lettonie, l’Équateur, le Kazakhstan et la Namibie. Les Italiennes et les Lettoniennes sont les joueuses qui présenteront le plus de défis. Les Canadiennes doivent terminer parmi les quatre premières équipes pour se qualifier pour la poule à 24.

Du côté des hommes, les Canadiens devront aussi se méfier de deux équipes. Ils s’affronteront notamment aux Ukrainiens qui viennent de remporter l’argent au Championnat du monde de volleyball de plage U19, ainsi qu’aux Argentins, contre qui rien n’est jamais facile. La Sierra Leone, Sao Tomé-et-Principe (une île d’Afrique centrale de moins de 200 000 habitants) et la Thaïlande composent le reste de la poule D.

« Nous avons vraiment hâte de nous mesurer à certaines des équipes les plus fortes. Nous voulons montrer à tout le monde que nous sommes capables de jouer contre ces gars-là dès le départ et d’avoir un impact sur le tournoi », a déclaré MacNeil.

« Toutes les équipes sont impressionnantes – et je crois que la compétition va être vraiment féroce. Mais nous sommes solides et je suis persuadé que nous allons bien nous en tirer », a ajouté Richards qui se fait l’écho de son coéquipier avec autant d’assurance. « Du moment que nous remportons le dernier point du tournoi, le reste importe peu, n’est-ce pas? »

Par Callum Ng

Rédacteur et homme des médias. Rédacteur principal et producteur pour Olympique.ca. Rêveur, réalisateur et conteur. Découvrez ce qui vous passionne.

Identification Olympique

Sondage

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 30 autres abonnés

Identification olympique gratuite

Créez un compte olympique pour obtenir en exclusivité des renseignements, des récompenses et des prix de l’Équipe olympique canadienne.