TORONTO (23 octobre 2019) – Le Comité olympique canadien a décerné le Prix Randy Starkman 2019 à l’Olympienne Mary Spencer, athlète de deux Jeux olympiques en boxe, dans le cadre de la cérémonie d’intronisation du Temple de la renommée olympique du Canada, mercredi. Le prix, qui honore Randy Starkman, un des membres de la cuvée 2019 du Temple de la renommée, reconnaît un ou une athlète de l’équipe nationale qui a utilisé son expérience sportive au bénéfice de la communauté.

Spencer, 34 ans, est une des boxeuses qui a connu le plus de succès au Canada. Elle a combattu dans la catégorie des poids moyens (75 kg) aux Jeux de Londres en 2012, où la boxe féminine a fait son entrée officielle au programme olympique. Elle est une triple championne du monde et quintuple championne panaméricaine. Son succès l’a placé au-devant de la scène comme modèle et ambassadrice de la boxe féminine. Avant les Jeux olympiques, elle figurait parmi les athlètes à surveiller sur la liste des femmes d’influence de l’Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique, en plus d’être porte-parole de l’initiative Modèle autochtone GEN7 de Motivate Canada. 

Au-delà de ses réalisations dans le ring, Spencer, une fière athlète Ojibway, a passé un nombre incalculable d’heures à redonner à sa communauté de Cape Croker, de Kashechewan et dans d’autres régions du nord de l’Ontario.

Comme Bev Wake l’a découvert sur olympique.ca, Spencer affirme que la motivation pour le soutien des communautés des Premières nations est simple.

« Quand j’ai commencé à boxer et quand j’ai rejoint l’équipe nationale, je me suis retrouvée dans un meilleur endroit que là où j’étais comme adolescente, affirme Spencer. Je voulais revenir à mes racines pour redonner. On entend parler de toutes ces situations et de tous ces problèmes auxquels sont confrontées les communautés des Premières nations, que peut-on faire? Ce qu’on peut faire est d’offrir nos dons, non? Offrir nos dons pour les utiliser d’une belle façon. Pour moi, c’est le sport. C’est le don que j’ai. La seule façon que je sais comment l’utiliser de la bonne façon est de le partager avec les jeunes et leur enseigner. C’est de cette façon que je sens que je peux contribuer aux efforts des communautés. » 

Spencer recevra 15 000 $ dans le cadre du Prix Randy Starkman. De ce montant, 10 000 $ sera versé par la Fondation caritative Randy Starkman, notamment la moitié pour l’organisme caritative ou l’initiative du choix de Spencer et l’autre moitié pour son utilisation personnelle. Le Comité olympique canadien versera un montant égal de 5000 $ pour le même organisme caritatif ou la même initiative caritative.

Spencer a été choisie par un comité dirigé par la famille Starkman et composé de membres de la communauté sportive.

À LIRE AUSSI : Comment Spencer et Starkman se sont rencontrés par l’entremise du Club des garçons et filles.

-30- 

CONTACTS MÉDIAS DU COC

Josh Su, spécialiste des relations publiques
Cell. : 647-464-4060
Courriel : jsu@olympique.ca 

Photi Sotiropoulos, directeur des communications et des relations médias
Cell. : 416-476-9174
Courriel : psotiropoulos@olympique.ca