Les nageurs canadiens n’ont peut-être pas grimpé sur le podium de la finale de l’International Swimming League (Ligue internationale de natation), mais ils nous en ont mis plein la vue tout au long de la saison sur le circuit.

C’est l’équipe des Cali Condors qui a remporté les honneurs dans ce format revisité de la ISL pour la saison 2020-2021, mais les Canadiens ne sont pas repartis bredouille : En tout, ce sont huit records nationaux qui ont été brisés lors de ce circuit disputé en plusieurs matchs à Budapest, en Hongrie.

Explication du format

Les équipes de l’ISL sont formées d’athlètes provenant de plusieurs pays et les courses ont lieu dans des piscines de 25 m. Durant la saison, les athlètes de Natation Canada ont battu plusieurs records canadiens au sein de leurs clubs respectifs. À quelques mois de Tokyo 2020, les nageurs canadiens nous ont offert des performances impressionnantes et prometteuses en vue des Jeux olympiques.

Voici quelques points saillants des athlètes d’Équipe Canada qui ont participé à l’ISL cette saison :

Markus Thormeyer

Markus Thormeyer a connu beaucoup de succès avec son équipe des Tokyo Frog Kings à l’ISL. À la fin octobre, il a battu le record canadien du 200 m dos avec un temps de 1:50,30 secondes. Lors des demi-finales, il a réussi à abaisser son propre record en enregistrant un temps de 1:50,27 secondes. 

Thormeyer s’était classé huitième au 200 m dos lors des Championnats du monde de la FINA 2019 à Gwangju. Il faisait également partie de l’équipe s’étant classée quatrième au relais 4 x 100 m mixte, permettant d’assurer une entrée pour le Canada dans cette épreuve à Tokyo 2020. Voyez quelles autres places en natation Équipe Canada a réussi à confirmer.

Sydney Pickrem

La nageuse Sydney Pickrem de l’équipe London Roar a elle aussi connu de bonnes performances sur le circuit. Au 400 m quatre nages individuel (QNI), elle a réussi à abaisser une première fois le record national à 4:25,90 secondes avant de retrancher 2,22 secondes à son record avec un chrono de 4:23,68 s dix jours plus tard, en demi-finales.

Lors du week-end de la finale du circuit, PIckrem a abaissé un autre record canadien sur une autre distance. Cette fois, il s’agissait de son propre record au 200 m QNI qu’elle a abaissé à 2:04,00 s.

À LIRE : Une médaille de bronze pour Sydney Pickrem au 400 m quatre nages aux Mondiaux aquatiques
À LIRE : Mondiaux FINA: Le bronze et un record canadien pour Pickrem au 200 m brasse

Pickrem a raflé trois médailles de bronze aux Mondiaux aquatiques 2019 de la FINA. Elle a décroché le bronze au 200 m brasse, au 200 m quatre nages et faisait partie de l’équipe du relais 4 x 100 m mixte qui a inscrit un nouveau record canadien.

Finlay Knox

 

Manifestement, la thématique du week-end des demi-finales était d’établir de nouveaux records canadiens. Finlay Knox se comptait parmi ceux qui y sont parvenus. Au 200 m quatre nages, il a battu son propre record établi l’an dernier en enregistrant un temps de 1:53,67 s pour son équipe Toronto Titans.

À LIRE : Knox monte sur le podium du 200 m quatre nages aux Jeux olympiques de la Jeunesse
À LIRE : Les étoiles montantes d’Équipe Canada remportent 11 médailles à Buenos Aires 2018

Lundi, Knox écrit une toute autre page d’histoire en brisant le record canadien au 100 m QNI, vieux de 10 ans, avec un temps de 52,36 secondes.

Knox a gagné deux médailles aux Championnats du monde junior 2019 de la FINA. Il a décroché l’argent au 200 m quatre nages en réussissant la deuxième performance la plus rapide de l’histoire du Canada. L’athlète de 19 ans a aussi décroché le bronze en équipe au relais 4 x 100 m mixte.

Cole Pratt

Lors des demi-finales lundi dernier, le nageur Cole Pratt des Toronto Titans a lui aussi battu un record canadien établi il y a 11 ans au 100 m dos, en réussissant un chrono de 50,40 secondes.

Pratt, âgé de seulement 18 ans, a pris part aux Mondiaux aquatiques 2019 de la FINA et s’est classé 26e au 200 m dos et 36e à l’épreuve mixte individuelle.

8 records canadiens à 8 mois des Jeux olympiques Tokyo 2020. Ça sonne plutôt bien et nous sommes persuadés que ces succès en bassins de 25 m sauront se transférer dans de grandes performances canadiennes en bassins olympiques de 50 m.