Rien ne semblait être à l’épreuve du génie du snowboard Max Parrot, ce multiple médaillé des X Games et fraîchement médaillé d’argent en slopestyle aux Jeux olympiques de PyeongChang 2018. Puis, tout s’est écroulé l’automne d’après quand le cancer est entré dans sa vie.

Un an et demi après l’apparition des premiers symptômes, Max Parrot est non seulement un survivant du cancer, mais il est au sommet de son art et porté par une mission qui lui tient bien à cœur. Depuis son retour à la compétition, Parrot s’engage à donner 1000 $ à la Société de leucémie et lymphome du Canada pour chacune de ses victoires sur le circuit.

À lire: Le médaillé olympique Max Parrot atteint du même cancer que Mario Lemieux

Voici un retour sur son parcours ainsi que sur ce qui le motive à aller plus loin dans le sport et dans la levée de fonds pour la recherche.

Le diagnostic

C’est suite à l’apparition de démangeaisons importantes et d’un ganglion enflé au cou en septembre 2018 que Parrot s’est soumis à une biopsie le 11 décembre suivant.

Le diagnostic est tombé dix jours plus tard, le 21 décembre, tout juste avant le congé des Fêtes. Il s’agissait du lymphome de Hodgkin. Le 17 janvier, il en faisait l’annonce aux médias et du même coup mettait fin à sa saison 2018-2019 pour se concentrer sur ses traitements de chimiothérapie.

Le grand compétiteur qu’est Max Parrot a avoué que c’était le fait de devoir renoncer à la compétition qu’il trouvait difficile, lui qui n’avait pas raté une compétition en 7 ans.

« J’ai maintenant un nouveau défi à affronter, c’est une nouvelle sorte de compétition que je dois disputer, et j’ai l’intention de tout faire pour la gagner, » avait-il dit en conférence de presse.

Le combat

Le lymphome de Hodgkin touche très peu de gens selon Lymphome Canada. Que 0,5 % des cancers diagnostiqués sont de ce type précis et environ 900 Canadiens reçoivent ce diagnostic annuellement.

Pour Max, le « programme d’entraînement » était simple, mais agressif. 12 séances de chimiothérapie par perfusion aux deux semaines.

Durant ses traitements, il a vu ses cheveux et sourcils tomber, son système immunitaire en prendre un coup en plus d’éprouver de la grande fatigue et des nausées importantes.

La victoire

Après 2 mois de travail acharné au gymnase et sur sa planche, Parrot s’est senti prêt physiquement environ 2 semaines avant sa première compétition : les X Games d’Oslo du 31 août 2019. Mentalement, il était prêt depuis un bon moment !

« J’étais comme un lion dans une cage pendant 6 mois, donc quand les traitements ont finalement été complétés, je ne me suis jamais senti aussi prêt à revenir sur les pistes et profiter de ma passion à nouveau. » — Max Parrot, survivant du cancer.

Le succès

Max Parrot n’y est pas allé de demi-mesure lorsqu’il a effectué son retour. L’or au big air aux X Games d’Oslo, à la Coupe du monde de Beijing et dernièrement aux X Games d’Aspen.

À lire: Parrot et Sharpe en or, Mark McMorris égale un record des X Games à Aspen

Séquelles physiques ? Aucune. Max admet même que physiquement il est le même qu’avant, mais mentalement « je suis encore plus fort, je suis aussi plus sage avec mon temps maintenant et j’en vois de bons résultats ».

La mission

Max Parrot ne remerciera jamais assez la Société de leucémie et de lymphome du Canada. « Ils ont fait énormément de travail au fil des ans pour améliorer les traitements et les chances de survie. Sans eux, mes chances d’être en vie aujourd’hui seraient très faibles. » C’est pourquoi il prend avec beaucoup de fierté son rôle de porte-parole pour la LLSC.

View this post on Instagram

I’ve never really been a believer of luck in life as I’ve always worked my ass off to get the things I wanted. But I understood this past year that luck is not really about the things you want in life! For those who doesn’t know, the cancer I had in 1960 had only 10% of chances of surviving. But with all the donations the population as given over the years, it increased by a lot! I feel lucky to be born when the chances of surviving are much more than 60 years ago. This is 100% luck. But also 100% because of the people in our society who chose to donate and stand together for cancer! My battle may be done, but the battle for cancer stands until the chances of surviving are not up to 100%. So now that I am back on my board, enjoying my passion again, I ain’t gonna say thank you good bye to cancer. I’ll be forever grateful and I’ll keep on working my ass off until cancer is 100% curable. So for every contest I win this season, starting with the one last weekend, I’ll be giving 1000$ to the @llscanada!! How about that cancer!? You thought you were done with me?!! Hell no!!! 🖕🏻 #fuckcancer

A post shared by Max Parrot (@maxparrot) on

« Cela signifie beaucoup pour moi et je veux juste redonner maintenant et aider les autres, c’est pourquoi j’ai choisi de donner 1000 $ pour chaque compétition que je gagne. Cela me motive aussi beaucoup à bien faire dans mes compétitions ! »

Max, on salue ton courage et ton engagement. On ne va jamais se tanner de te voir aller sur les rampes de snowboard.

C’est grâce aux dons à la recherche que des gens comme Max Parrot ont survécu au cancer et peuvent profiter pleinement de leur vie aujourd’hui. Max marchera en solidarité avec la communauté du cancer du sang lors de l’événement annuel phare de la LLSC, la Marche illumine la nuit, cet automne.

La Marche illumine la nuit rassemble des communautés de partout au pays célèbre les survivants, rend hommage à ceux que nous avons perdus et donne de l’espoir à ceux qui souffrent du cancer. Chaque année, plus de 35 000 Canadiens participent à l’amélioration du processus guérison du cancer du sang. Les fonds amassés par les événements de Marche illumine la nuit sont investis dans la recherche, les programmes et les services qui sauvent des Canadiens à chaque étape de leur expérience du cancer du sang. Pour en savoir plus ou pour faire un don, visitez le site de la LLSC.